Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

                         A Visoun la roumano

 

                              en parla d'Avinhoun

 

 

 

Es aqui tout de long de l’Ouvézo risento
Un site agradiéu qué s'apèlo Visoun
Din l’antique passa a subi l’envasioun
Li tradicioun roumano enca ici presento

 

Dóu vièi Visoun à daut lou castèu qué doumino
Un tresor dé scïenço qué l’ome a desterra
A l’obro dé Titan poudès lou coumpara
Di rèire respeli lou souveni camino

 

Sé davales plan-plan ila vers la coulino
Vaï-t-en te requeli Capello Sant Quenin
Gardien di souveni de Vilasso à Puymin
Et dóu vièi pont rouman qu’èici a pres racino

 

Oh ! Sé poudién parla li pèiro ounte camines
Li Temple respeli li coureto d’amour,
Pelerin d’à cambado que la glòri calignes
La vilo dé Visoun té consacro à l’hounour.

 

Sé n’as fat que passa gardo la souvenenço
d’uno pèrlo escandido vestige d’envasioun
Sachés te souveni o-tu bèlo Prouvenço
Que Roumo t’a vesti d’un mantèu dé Visoun.

 

                                Audouard Barrot

 

per l'escouta dit per lou pouèto guel-mèmo :

http:// louparladavignoun.free.fr/html/07-a_vison-la-romane.html

 

 

L'Auvernhat Francés de Murat fouguè al sègle Dez-o-uèit lou primier Cantalian à escriéure en oc despuèi li troubadours :

 

 

Chansou de primo


La primo, tout chanto l’amour,
Li troupèls e las pastourèlos,
L’oumbro, li rieus e la chagour,
Li pastours e lei damizèlos.

Mès la fuelho coumo la flour
Qu’entreté sougo la rousado
N’aun qu’un moument, e lour freschour
Passo coumo una matinado.

Proufitat de vòsti printemps,
Tendre pastour, jento pastouro,
La jueinesso n’o mès un temps
E sous plazés n’aun mès uno ouro.

Perqué tâ lèu nous quitat vous
Sazou d’amour e de tendresso ?
Perqué faire li jours irous
Mai courts que li jours de tristesso ?

Partijat mièl vostos favours,
N'en privassias pas la jueinesso,
Mès aumen jitat quaucos flours
Su l’estrado de la vielhesso
Francés de Murat

 (1766-1838)


Levaz-vous toùti eis aurouros
Jouves e tendres pastourèls,
Et vous tabé jonto pastouro
Venez gita vòstri troupèls.

La neuyt fugt, las estiagos baissou
Lis ouzelou chantou l’amour,
De boun mati li moutous paissou
Et chircou l’oumbro al cor del jour.

Proufitaz de la matinado
Imitaz lou merle e lou tourd
Que fau l’amour su la rousado
E se caressou neuyt et jour.

Venez, bellos pastoureletos,
Caduno ammé voste pastour,
Venez, quilirin lei flouretos
E respirarin la freschour.

Aqueste ser per vous distraire,
Su l’erbeto venez dansa :
Et per paga lou musetaire,
Pastouros coudrò l'imbrassa.



                                                                           Francés de Murat
pèço integrado al rouman
« Le berger de l’Averne » 1804 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Presintaciou

  • : Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • : Le blog Mistralenc est la suite du groupe "Info d'oc" mais un blog offre plus de possibilités, notamment d'illustrations.La pratique de Info d'oc a amené à rajouter une rubrique "actualitat" car les abonnés prenaient plaisir à commenter en langue d'oc les sujets chauds.Amm' acò dounc Mistralenc es coumo Info d'oc un endrèit ounde li gents prendou plazi de charra en lengo d'oc.Es animat per li felibres de "La Coumpanhio mistralenco".
  • Contact

Nouste princìpi

UIRIONA EðI SACRA


  La vertat es sagrado


 

Rechercher

Uno citaciou d'un arabe cristiô

« So que retrazi d’uèi al mounde arabe, acò’i l’indigenço de sa counsciéncio mouralo, ço que retrazi à l’Oucident, acò’i sa proupensiou à muda sa counsciéncio mouralo en esplecho de douminaciou. »

 

                                                                                     Amin Ma'alouf

Uno citaciou inteligento

La monarchie, dans notre pays, est franque, elle n'est pas gauloise.

 

                  (Proudhon)

Henri Doniol

Les patois de la Basse-Auvergne, 1878

 

Pagino 20

 

« Si l’accentuation, qui est la prosodie de chaque langue, constitue un signe de race,  la race appartient au patois de la haute Auvergne ; dans ce cas le brivadois est en basse Auvergne le moins éloigné du parler d’autrefois, car il suffit d’ajouter peu de chose à sa prononciation pour le rendre identique au patois cantalien. »