Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 décembre 2014 2 30 /12 /décembre /2014 02:55

I o un païs qu'existo dempuèi mai de cinq milo ons e que vo disparèisse.

 


Au début il s'appellait Aruernia qui a un double sens : "le pays des aulnes" et "le pays des meilleurs" car ses habitants étaient les Aruernoi, ce qui veut dire "les meilleurs" en gaulois.

 


Puis à l'époque romaine on a dit Aluernia qui est devenue Auvernho et Auvergne selon qu'on parle en oc ou en français.

 


Ce pays va disparaître par la volonté du Parti Socialiste.

 


Ce crime contre notre identité il doit le payer très cher !

 

 

Noùstis elegits aun pas ris fat countro acò e d'ùnsi coumo Souchon aun coulabourat à l'assassinat de nousto patrìo.

 

 

Dempuèi soun tagut nouste grond Vermenouzo lour fo vergounho :

 

 

« Tout poble que n’es pa ’no traço

   e n’o pas lou cor mau plaçat

   gardo lou culte del passat

   e las tradicious de sa raço.

 



En Franço toutes son Francés,

E lou mème drapèu acato

Païs bretou, terro auvernhato,

E nord e miejour, Dieu mercés !

 



Mès se tout es francés en Franço,

N’es pas min vertat çaquelai

Que tout z’es pas del mèmo biais :

La Seno n’es pas la Duranço.

 



L’Oucean semblo pas la mar

Blugo que sounan mar latino,

E tetou pas mèmo tetino

Gascou, Prouvençau e Picard.

 



Avan cadu nostos coustumos

E cò n’empacho pas l’uniéu :

San dels oucèls d’un mèmo niéu

Mès n’avan pas lei mèmos plumos.

 



E se cau pas leissa pluma,

Fantous ; cau pas – sario doumatge –

Se laissa pana l’eretatge

Que les vièlhs nous aun fat eima.

 



Garden, garden nosto cabreto

E garden lou parla mairal

Que, coumo dis lou grond Mistral,

Nous brecet quand sion din l’anneto.

 



Nautres que san lou Nalt-Miejour,

Cantau, Avairou e Louzèro,

Parlan també la lengo fièro

De las anticos Courts d’Amour.

 



La lengo d’oc, la lengo maire

E, sus aquel pount, Lintilhac

E Farjo, dous efonts d’Ourlhac

Aun deja fat luzi l’esclaire.

 



Sans se n’avergounja jamai,

De capelôs de grondo marco

L’aun parlado, e mai d’un mounarco

Que crezio pas parla patai.

 



Un patai, acò ! me faun rèire,

Quau zo dis n’es qu’un abaiant,

Un troç de Francimond parpand

Que batalho sans res sabèire.

 



Lengo destrounado, belèu,

Dize pas nou, mas lengo en vido

E que jouls pès que l’aun trupido

Torno quilha lou front vol cèu !

 



Nou ! per ço qu’es anat al poble

Aquel lengatge n’es pas mort;

Lou poble que lou parlo es fort,

Aquel es d’un sang fièr e noble.

 



Dounc, en avant! Lou païs-naut !

En avant ammé la Gascounho

E toutses li mascles de pounho

Del crane païs prouvençau ! »

 




 

Arsèni Vermenouzo

 

 

 

 

             

 

                    Vermenouze-petit.gif

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by La Coumpanhio mistralenco - dans actualitat
commenter cet article

commentaires

Presintaciou

  • : Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • : Le blog Mistralenc est la suite du groupe "Info d'oc" mais un blog offre plus de possibilités, notamment d'illustrations.La pratique de Info d'oc a amené à rajouter une rubrique "actualitat" car les abonnés prenaient plaisir à commenter en langue d'oc les sujets chauds.Amm' acò dounc Mistralenc es coumo Info d'oc un endrèit ounde li gents prendou plazi de charra en lengo d'oc.Es animat per li felibres de "La Coumpanhio mistralenco".
  • Contact

Nouste princìpi

UIRIONA EðI SACRA


  La vertat es sagrado


 

Rechercher

Uno citaciou d'un arabe cristiô

« So que retrazi d’uèi al mounde arabe, acò’i l’indigenço de sa counsciéncio mouralo, ço que retrazi à l’Oucident, acò’i sa proupensiou à muda sa counsciéncio mouralo en esplecho de douminaciou. »

 

                                                                                     Amin Ma'alouf

Uno citaciou inteligento

La monarchie, dans notre pays, est franque, elle n'est pas gauloise.

 

                  (Proudhon)

Henri Doniol

Les patois de la Basse-Auvergne, 1878

 

Pagino 20

 

« Si l’accentuation, qui est la prosodie de chaque langue, constitue un signe de race,  la race appartient au patois de la haute Auvergne ; dans ce cas le brivadois est en basse Auvergne le moins éloigné du parler d’autrefois, car il suffit d’ajouter peu de chose à sa prononciation pour le rendre identique au patois cantalien. »