Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 janvier 2013 5 11 /01 /janvier /2013 19:59

Bernat Sarriéu fouguè lou foundatour de l'Escolo deras Pireneos, vèire nouste article

http://mistralenc.over-blog.com/article-uno-enganado-occitano-a-prepaus-de-l-escolo-deras-pireneos-114095129.html

 

Li gestapoccitans, precisomen Felip Martel, ensajou de lou presinta coumo un autour "occitan", guel que coumbatè toujour aquel mouviment racisto ammé soun Escolo gascouno e jis "occitano". 

 

Li pouèmos de Sarriéu sou loungs, forço loungs. Irousomen escriguè també mai de dous cent cinquanto chansous, mai courtos.

Vous presintan eici "la serenado", "Era serenado" en parla de Banhères de Lushoun. 

 

 

 

                                  ERA SERENADO

 

 

Es oumbres aro,

O douço amigo, tout qu'emplién ;

Que can bidj-aro,

E per dessus es mounts qu'amién

Era net claro.

 


 

E sus es nhèus

Ja s'ei lheuado ena frescuro

Era liò puro,

E que lugréjen lounhs es gèus,

E que brìlhen es cèus.

 

 

 

O touto aimado,

Ta tu d'estéles, ample cor,

Immenso armado

Que semié 'nla d'escates d'or

Era serado.

 

 

 

E, silencious

Ed moun, debadj era 'stienudo

Ludento e mudo,

Ouè que s'adrom adj aire dous

Que ben ded port blanquious.

 

 

 

Laujèro briso

Que passe en escuscai tardiéu,

O Anderiso,

Tout audouranto de blaniéu

E d'artemiso.

 

 

 

Soul, ed tourrént

Que trouble aciéu 'ra batch umido,

Lounh assoupido,

En tout guimba, sourt e bioulént ;

Ena carrau d'argént.

 

 

 

Lìmpio cascado,

E soul dabb étch que canti jou,

O adourado,

Er' amo miò 'nta tu d'amou

Qu'ei penetrado.

 

 


Que'm so houlat

Mès que de houécs e de lumièro

'Ra boto 'ntièro,

E, coumo 't gabe, embriagat

Quan béi 'ra tiò beutat.

 

 

 

Que la couroune

'Ra gràcio de milo 'splandous -

Que'm sénti houne...

Ha, qu'à jamès toun frount erous

De goi 'rraioune !



                                        26 de Jè 1899

 

 

 

                          http://pyreneesrandos.free.fr/photo/themes/lacs_torrents/haut_py/33-2.jpg

 

 

 

 

Acò'i l'escazenço també de sinhala perqué lou parla de Banhères de Lushoun es tant maleigit d'entendre pes quites àutri Coumengés :

 


- chàmbio de iatus en ditoungos ascendentos: qu'emplìen (auv. emplenou) devé qu'emplién. qu'amìen (auv. amenou) devé qu'amién.

 

- li noums feminis faun -es al plurau.

 

- la tresenco persouno del singulier es -e (/e/ pas /ë/ coumo en aranés)



En coumu ammé lou restant del coumengés lis articles sou : ed (edj davant voucalo), era al singulier e es, es al plurau. 


Partager cet article

Repost 0
Published by La Coumpanhio mistralenco - dans escrivans
commenter cet article

commentaires

Presintaciou

  • : Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • : Le blog Mistralenc est la suite du groupe "Info d'oc" mais un blog offre plus de possibilités, notamment d'illustrations.La pratique de Info d'oc a amené à rajouter une rubrique "actualitat" car les abonnés prenaient plaisir à commenter en langue d'oc les sujets chauds.Amm' acò dounc Mistralenc es coumo Info d'oc un endrèit ounde li gents prendou plazi de charra en lengo d'oc.Es animat per li felibres de "La Coumpanhio mistralenco".
  • Contact

Nouste princìpi

UIRIONA EðI SACRA


  La vertat es sagrado


 

Rechercher

Uno citaciou d'un arabe cristiô

« So que retrazi d’uèi al mounde arabe, acò’i l’indigenço de sa counsciéncio mouralo, ço que retrazi à l’Oucident, acò’i sa proupensiou à muda sa counsciéncio mouralo en esplecho de douminaciou. »

 

                                                                                     Amin Ma'alouf

Uno citaciou inteligento

La monarchie, dans notre pays, est franque, elle n'est pas gauloise.

 

                  (Proudhon)

Henri Doniol

Les patois de la Basse-Auvergne, 1878

 

Pagino 20

 

« Si l’accentuation, qui est la prosodie de chaque langue, constitue un signe de race,  la race appartient au patois de la haute Auvergne ; dans ce cas le brivadois est en basse Auvergne le moins éloigné du parler d’autrefois, car il suffit d’ajouter peu de chose à sa prononciation pour le rendre identique au patois cantalien. »