Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2011 3 06 /07 /juillet /2011 10:59

                                            per Ive Gourgaud

 

 

 

 

                                      Un lessico cantalés inedit ?

 


          Ai entre man un tapuscrit sens titre nimai sens noum d’autour ; las pajo soun numeroutado segoun la letro d’entrado : A1, A2… B1…B5, etc. Au toutau, comto 68 pajo de fourmat A4, e quicom coumo 4000 mot que soun revira en francés.


          L’escrituro n’es patesejanto : noste J es nouta DS ou DJ : djisclar, dsoundse ; l’ –R finalo das infinitiu es noutado, à l’oucitano ou à la franceso : dsirmenar (= germena).


          Semblo que seguè l’obro d’un ensegnaire, qu’entremié lous mot li a coumo d’esercice pedagougico : à la fi de la tièiro das B, se pò legi : « Exercices : formez des phrases avec BIAI. Différence entre BOULEGADA, SOURADA et PATRAQUADA » (pajo 9). Tabé li a de tros de literaturo poupulàrio :

 


DAVYNETA

Daquè quo zi aquo

quatre quatre fason lou tsamy

quatre quatre porton l’isparty

quatre quatre inguéiton lou chaou

(la vatsa) /pajo 47/

 

 

 

POUR AMUSER L’INFANTOU

 

 

on lui prend la main et en lui chatouillant

le creux de la menotte on lui dit :

La poulèta zo fat lou cacaou ty.

Et en lui montrant chacun de ses 5 doigts

en commençant par le pouce :

Aqui lou lèva, aqui lou fai cueuire, aqui

lou para, aqui lou mondsa.

Puis en lui secouant le petit doigt :

Et lou garguilhou n’agué ri. /pajo 53/

 


 

          La lengo presentado es à l’encop francisado (SADSE : sage, se dit des enfants obéissants, tranquilles, dociles) e forço idioumatico (SACAMO : mette tout à SACAMO, c’est prendre ses plus beaux habits tous les jours), ço qu’es la marco d’uno lengo autentico.


          Vejaici ço qu’ai pougu trouba per loucalisa aqueste traval :


          AGUSSE per « avoir » es douna per ALMC (Atlas Linguistique du Massif Central) à Landeyrat e Murat

          OUROGNA « noisette » es douna per ALMC, carto 218, à Murat.

 


          L’article MYSSOUNEI pò tabé ajuda :


« (myssounéi) : ouvrier qu’autrefois les gros propriétaires louaient pour moissonner. On allait les louer à ST FLOUR. Certains s’appelaient CLARCHIS (habitants du Quercy ?). D’autres des DSOUONS. » /pajo 38/


          Belèu que noste Felibre d’Auvernho ne saupra mai que ieu ? Se l’autou n’èro counegu, supause qu’auriè laissa de tèste literàri, ou per lou mens d’autres traval su la lengo nostro ?


          Vous doune aici la tièro das mot de la darièiro pajo :


VOUMYIR ; VOURADSE (= voulage) ; VRAI ; VREN (venin, haine, rancune : ZO IN VREN CONTRE YOU, il m’en veut pour quelque chose) ; VERNOU (venimeux) ; VULHADA ; VULHAIRE.


          S’aqueste tapuscrit es inedit, sariè de-segu interessant de l’edita, de tant qu’es richo sa lengo  (li a de mot que soun pa din l’ALMC nimai din lou bèl Diciounàri auvergnat de P. Bonnaud nimai din lou Tresor de Mistral, coumo DJIMOUREDSAR, DJIMOUREDSADA : faire des giboulées ; une giboulée.)

 


                                                         Ive Gourgaud, jun de 2011


 

 

Apoundi quaucos remarcos :

 

 

"cantalés" se refèro noun-pas al Cantau, lou departomen, mès à un parçô del centre sud del Cantau entremié Salèr e lou Puèch Mari.

 

Murat es dien lou departoment del Cantau mès pas dien lou Cantalés.


 

Acò esplico lou tìtoul "Un lessique cantalian" que doublo lou tìtoul "Un lessico cantalés".

(En Auvernho li mots en -ic de la lengo vièlho sou devenguts  -ique)

 

 

Èi de fotòs de las primièros paginos mès malirousomen on pot pas lei coupia pega soubre over-blog. Sabi pas perqué.

 

 

Lou parla es de sant-flourenc coumo lou parla del paire Labouderie. Murat es dien aquel parla. Pouden dire qu'es de sant-flourenc un pauc min cafeïnat puèi que fai un pauc min qu'à Sant-Flour ou Chaldos Aigos lou passatge de -L- entrevoulique à HR (jota espanholo).

 

 

I o de formos interessantos pel lenguisto :

 

 

"L'APIA" que counfirmo que las palatalisacious miejournalos se faun pas en Auvernho.

 

Un aute trait del parla sant-flourenc es lou manté de ON en lioc de OUN : ABANDON, APLON (aplomb).... e també de O en lioc de OU : AVORA, LAS BOTSAS, LA POLA, L'ORA, L'ORA.

 

(chas iéu ABOURO, lei BOUCHOS, la jalino, L'OURO, L'OUGO)

 

Pouden supausa que lou R de L'ORA 1 es diferent del R de l'ORA2.

Lou primier es uno èrro vertadièro, lou segound es uno jota espanholo. De sigur, se prounounciat l'èrro à la modo franceso, la diferéncio s'augis min.

 

 

Acò counfirmo be que li troubadours prounounciabou O lou O puèi que lou passatge de O à OU, prou generau en lengo d'o dien la segoundo mitat del sègle 14, es pas achabat dien lou parçô de Sant-Flour... ni à Marsilho ounte dizou "l'amor, lou senhor, la doulor, la fornigo".

 

 

L'escrituro.

 

Es forço interessanto puèi qu'es uno escrituro pataisanto razounado.

 

 

Je m'explique. Vous avez d'un côté en gros les patoisants qui écrivent plus ou moins phonétiquement sans trop se soucier de la cohérence et de la grammaire, et de l'autre ceux qui écrivent en orthographe félibréenne.

 

On peut passer de l'une à l'autre. Pèire Biron a écrit pendant une moitié de sa vie en orthographe patoisante pour les lecteurs du "Courrier d'Auvergne" et l'autre moitié de sa vie en orthographe félibréenne.

 

Ici nous avons affaire à un auteur qui n'a aucun lien avec l'écriture félibréenne et qui n'a manifestement qu'une connaissance orale de son parler.

 

Mas aquelo persouno es un ensenhaire coumo hou dis Ive. Lis exercìcis hou provou. Acò esplico lou R dis infinitiéus.

 

Per aquel Mèstre d'Escolo, se poudio pas escriéure parier "chanta" e "chantat".

 

Moi qui suis de la région de Salers je peux écrire "chanta" à l'infinitif parce que je dis "chanto" à la troisième personne.

 

Apparemment l'homme dit "tsanta" à la troisième personne, et donc il ne peut pas écrire "tsanta" aussi à l'infinitif.

 

(Me dirés que Biron dizio "chanto" mas escrivio "chantat" tô à l'infinitiéu qu'al particìpi passat, mas Biron se chautabo pas de gramatico.)

 

Adounc nouste ome o troubat l'estè d'escrieure "tsantar" à l'infinitiéu.

 

 

Per èsse couherent escriéu dounc també "s'avatchir" amm' uno èrro.

 

 

La couheréncio del lenguisto ensenhaire se retrobo dienc un fum de detalhs min impourtants.

 

 

Si je reprends l'exemple du Biron de moins de 40 ans, il écrit tantôt DZ, TZ, TCH pour le même mot. On sent que Biron trouve que TCH est "trop pesu", mais que TZ est moins exact. En un mot trantalho.

 

 

Nouste ensenhaire fo pas parier. Es plô couherent. Ensajo de degaja de reglos.

 

Soubre lou pauc de paginos qu'èi à ma dispousiciou èi l'impressiou qu'escrieu TCH pulèu davant I e DS pulèu davant A.

 

 

Il différencie très bien G prononcé /J/ de J prononcé DJ ou DZ (DZ chez lui). Escriéu DS.

 

 

Utiliso LH, tradiciounau poupulariomen en Auvernho. Mas escriéu "agné" e "agnelar", ço qu'es un pau estranh mas que s'esplico.

 

LH represinto un soun qu'esisto pas en francés. Lou soun NH es coumu al francés e à la lengo d'o. L'autour o dounc gardat la grafìo franceso, mai counegudo.

 

 

Il note le chuintement "Aché" pour "acier" , "Bechenar" pour "Bessenard". (gros pet muet), ce qui l'oblige donc à utiliser TCH pour différencier notre S félibréen chuinté de notre CH.

 

 

 

Il note Y la palatalisation de I. Dounc "in artysou" se prononce /in artyizou/ (un asticot).

 

Counfèssi qu'aquel Y me sedus coumpletomen.

 

Je suis charmé aussi par sa notation de l'article indéfini : IN, INA parce que c'est comme ça que nous disons aussi dans le Cantalés.

 

Aquelo formo es majouritàrio en Auvernho.*

 

 

Vezet, amm' acò, uno obro ouriginalo, mas plô pensado.

 

 

                                                                                     Alan Broc

 

 

 

                

 

 

 

 

Noto :

 

Bien sûr en auvergnat illustre on écrit UN, UNO parce que, il faut bien le dire, au départ le parler de Vermenouze a servi de référence. La Lozère dit aussi UN, UNO, et bien sûr bien sûr, tout le monde pense à l'unité de la langue d'oc.

 

Mais la graphie IN, INA n'est pas impensable. C'est l'article de la langue romanche.

 

Ce que j'appelle dans mon parler du Cantalés "ina mountonho" se dit et s'écrit dans le Canton des Grisons en Suisse "ina muntogna".

 

 


 

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by La Coumpanhio mistralenco - dans lengo
commenter cet article

commentaires

gourgaud 08/07/2011 18:13



Per lou segne Lafeillo, que belèu me respond à ieu quouro parlo de francisme:


I a pa ges de besoun d'èstre esta oucitanisto per "veire de francisme pertout": Mistral ne vesiè be prou, amai hou escriviè à sous courespoundent per lus dire de pa "francisa lus lengo".


Basto per acô, belèu qu'avès rasou e que "sage" es pa un francisme en Auvergno: ieu ço que ne dise es raport au cevenôu, qu'en ma lengo "sage" sariè coumprés à l'ouro d'aro coume un francisme:
disèn pulèu "tranquinle" que "sage" per parla d'un droulet qu'es gaire boulegaire. Mè lou bèl Diciounàri cevenôu de Charvet-d'Hombres, de 1882 , qu'a pèr baso lou traval de noste grand
LAFARE-ALAIS, vous douno rasou: enregistro SAJE.


De tout biai, per ieu "francisme " es pa uno insoulenço: lous Castihan disou be JARDIN e MESON, lous empacho pa de viure!



Felibre d'Auvernho 08/07/2011 18:21



Chas iéu dizen "sàbi" e un pauc mai al sud dizou "sàbie".



gourgaud 08/07/2011 18:00



C'est une grande chance qu'un document aussi localisé ait trouvé son commentateur compétent: au lieu de dormir dans l'oubli puis de disparaître, ce Vocabulaire a des chances de trouver un éditeur
après avoir été "débroussaillé" et mis en valeur par le Félibre d'Auvergne. Ce blog se confirme comme un lieu d'échanges CONCRETS à propos DE NOSTO CARO LENGO D'O (pour reprendre une formule
chère au Felibre d'Auvernho)



lafeuille 08/07/2011 17:36



coussi "satge" es un francisme?


(l'utis m'a engoulat la debuto del messatge de dabant !per soun sens)



lafeillo 08/07/2011 15:47



d'oun tenès aco qu'es un francisme, d'èsse esta occitan cal uno vido per se recounbeli , vesets de francisme pertout ?!



Presintaciou

  • : Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • : Le blog Mistralenc est la suite du groupe "Info d'oc" mais un blog offre plus de possibilités, notamment d'illustrations.La pratique de Info d'oc a amené à rajouter une rubrique "actualitat" car les abonnés prenaient plaisir à commenter en langue d'oc les sujets chauds.Amm' acò dounc Mistralenc es coumo Info d'oc un endrèit ounde li gents prendou plazi de charra en lengo d'oc.Es animat per li felibres de "La Coumpanhio mistralenco".
  • Contact

Nouste princìpi

UIRIONA EðI SACRA


  La vertat es sagrado


 

Rechercher

Uno citaciou d'un arabe cristiô

« So que retrazi d’uèi al mounde arabe, acò’i l’indigenço de sa counsciéncio mouralo, ço que retrazi à l’Oucident, acò’i sa proupensiou à muda sa counsciéncio mouralo en esplecho de douminaciou. »

 

                                                                                     Amin Ma'alouf

Uno citaciou inteligento

La monarchie, dans notre pays, est franque, elle n'est pas gauloise.

 

                  (Proudhon)

Henri Doniol

Les patois de la Basse-Auvergne, 1878

 

Pagino 20

 

« Si l’accentuation, qui est la prosodie de chaque langue, constitue un signe de race,  la race appartient au patois de la haute Auvergne ; dans ce cas le brivadois est en basse Auvergne le moins éloigné du parler d’autrefois, car il suffit d’ajouter peu de chose à sa prononciation pour le rendre identique au patois cantalien. »