Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 17:50

Lou primier es de Jan de Nostrodamo, fraire caddet del celèbre devinhaire. 

Passiounat d'Istòrio escriguè uno istòrio de Prouvenço Crounica de Prouvensa... ount' inventè ço que sabio pas coumo "lei courts d'Amour" di troubabours qu'aun pas jamai existat. 

Vaqui un troç mai serious de sis escrits.

 

So qu'es un pauc estranh es que lou tèste fouguè escrit vers 1540, sounque dez ou vint ons abons li dous sounets que boutan après, e que la lengo n'es mai arcaïco. Se Jan de Nostrodamo voulio imita la lengo vièlho ?

A un moument, dinc un lhibre en francés soubre lou prouvençau, escriéu qu'es mins prestigious que la lengo vièlho
« parce qu’elle estoit meslee en partie de termes Francois, Espagnols, Gascons, Tuscans, & Lombards, il est aisé à veoir qu’elle deuoit estre l’vne des plus parfaites & meilleures langues de toutes les vulgueres » (Vies des plus anciens poètes provensaux)

 

Jan de Nostrodamo ourò dounc vóugut s'atura d'aquelo lengo tant "perfècto" ? Acò's uno ipoutèsi.

L'auto ipoutèsi es de sigur l'evouluciou rapido del prouvençau al sègle Sege, coumo lis àutri parlas d'oc.

 

 

                             

 

 

SO QUE S’ES POGUT RECULHIR DELS comtes de Prouvensa et de Forcalquier e de lours successours despueys l’an de la Nativitat de Nre Segnour DXXX jusquas al rey Reynyer M.CCCC LXXXI.


 

1187. Jerusalem fon rendut per forsa a Saladin, sarrazin.

1190. — Richard, rey d’Angleterra, si mecte del parti de Fransa, et embe Filip, rey, monton a Marseilha et arriban a Cecilia per mar. Aquest [es] del nombre dels poetas prouvensals.


Lou coupisto s'es enganat, escriguè "si mecte" per "si metec"

1190. — Ws es comte de Prouvensa, et si tenya a Manuasca d’aquel temps. Apareys

per ung instrument de Layncel.

 

Ws = Wenceslas

 

1193. 1194. — Peyre, rey d’Aragon, ha agut loud. Yldefons, qu’el maridet a madama

Garcenda, filha de Guilhens, comte de Forcalquier. Aquest Ildefons era marquis de Prouvensa.

Aquest Guilhens era filz de Bertrand et de Jausseranda, maridaz.

 

S’atroba als Archifs que Garcenda era filha de Raynez de Claustral, et que un’ autra Garcenda,filha deld. Guilhens, comte de Forcalquier, era moulher deld. Raynez, e que aquestIldefons fon aquel que partaget embe Hugon des Baulx la Prouvensa, per aquistar Marseilha.

 

1194. — S’atroba en ung vielh instrument de l’abbat de Valmagna que Yldefons, rey

d’Aragon, comte de Barcilona, marquis de Prouvensa, fa donation de l’isla de Camarguas a ung abbat de Valmagna, en presensa de l’arcevesque d’Arles et de monsen Folquet de Marseilha, abbat de Thoronet.

 

Aquest Foulquet de Marseilha es aquel poeta prouvensal tant celebrat de Petrarqua, en sonTriomphe d’Amour, et de Dante et dals autres poetas italians. 

 

 

Li dous pouèmos que venou sou de Louis Bellaud de la Bellaudiero.

 

 

                       http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/5/58/Bellaud.jpg/220px-Bellaud.jpg

 

 

 

Obros et rimos prouuenssalos, de Louys de la Belaudiero, Gentilhomme Pouuenssau

Marseille : Mascaron, 1595, pp. 49-50

S'acò's una primièro ediciou ou una reediciou ? Fetivomen Louïs Belaud mouriguè en 1588 e escriguè aquéssi pouèmo abons 1450.

 

(atenciou : Bellaud escriéu U per V en  minusculos, coumo din "grauat" e "graffignauo", e V per U à l'incialo coumo din l'article "vn". Escriéu parièromen I per J en minusculos e J per I à l'inicialo coumo din "inclins".
Acò sarò l'usatge durant tout lou sègle Dez-o-sèt un pauc après.)


 

APRES auer roudat sept mez per lou terraire,

De Bourdeaux & Pouictiers, enfin mourian de fan :

Esperant toutosfes dau jour à l’endeman,

De nous tous embarquar per nostre viagi fayre.

 


Mays tanleou qu’a Paris fon acabat l’afaire,

Dau jour sant Bourtoumiou venguet vn Pa-ta-tan,

Per fayre proulongar lou viagi à vn’ autr’ an :

Et cascun interin aness’ à son repaire.

 


So que fort gentioument feran tous en bon ourdre,

Et coumo gens de ben viuian senso desourdre,

Miracles ey soudars per non y estre jnclins.

 

 

Mays lou diantre fet ben, que passant per Chantello,

Foury fach presonnier dessus mon haridello :

Et puys de cant en cant menat drech à Moulins.

 

 

 

 

Arribat en preson trouberan taullo messo,

Et pron de bons arquins que sy voulien soupar,

Lousqua’lz tous d’vno voux m’aneron saludar,

Et coumo tout nouueou my feron la caresso.

You qu’auiou ja grauat dins mon couort la tristesso,

Non pougueri jamays inb' ellous m’allegrar,

Mays foury pensatiou tout lou long dau briffar,

Plus qu’vn paure amouroux leissat de sa mestresso.

 

 

Nou, ou dez jours apres, d’Esbierrous vn deluge,

Vengueron en preson per my menar au Iuge:

Diou sap, sy lou pendut à mas bestis parlet.

 

 

Tout so que respondiou, vn leiron graffignauo,

Souto vent de mon mau, lou bougre s’allegrauo,

Sentent qu’el implerié d’argent lou bassaquet.

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by La Coumpanhio mistralenco - dans lengo
commenter cet article

commentaires

Presintaciou

  • : Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • : Le blog Mistralenc est la suite du groupe "Info d'oc" mais un blog offre plus de possibilités, notamment d'illustrations.La pratique de Info d'oc a amené à rajouter une rubrique "actualitat" car les abonnés prenaient plaisir à commenter en langue d'oc les sujets chauds.Amm' acò dounc Mistralenc es coumo Info d'oc un endrèit ounde li gents prendou plazi de charra en lengo d'oc.Es animat per li felibres de "La Coumpanhio mistralenco".
  • Contact

Nouste princìpi

UIRIONA EðI SACRA


  La vertat es sagrado


 

Rechercher

Uno citaciou d'un arabe cristiô

« So que retrazi d’uèi al mounde arabe, acò’i l’indigenço de sa counsciéncio mouralo, ço que retrazi à l’Oucident, acò’i sa proupensiou à muda sa counsciéncio mouralo en esplecho de douminaciou. »

 

                                                                                     Amin Ma'alouf

Uno citaciou inteligento

La monarchie, dans notre pays, est franque, elle n'est pas gauloise.

 

                  (Proudhon)

Henri Doniol

Les patois de la Basse-Auvergne, 1878

 

Pagino 20

 

« Si l’accentuation, qui est la prosodie de chaque langue, constitue un signe de race,  la race appartient au patois de la haute Auvergne ; dans ce cas le brivadois est en basse Auvergne le moins éloigné du parler d’autrefois, car il suffit d’ajouter peu de chose à sa prononciation pour le rendre identique au patois cantalien. »