Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 18:34

Qué sarò aquelo revolto ? Se farò un segound "Resourgimen" ?


                       UN NUOVO RISORGIMENTO ?

 

 

 

Un pauc de pertout naissou de mouviments regiounalistos, mai souvent que separatistos, que mostrou una voulountat di cieutadans italiôs de recoubra lour poulitico al sens etimoulougique dis afaire de la Cieutat. 

 

Fetivomen lou gouvèr de Mario Monti es estat chausit per Angela Merkel e per li banquiers estrangiers. Es pas estat elegit per lou Poble italiô.

 

Puèi que lou gouvèr centrau lour escapo li cieutadans ensajou de tourna beila sa plaço centralo al mounde poulitique e à la demoucracìo en revendincant de counto-roulla lis afaires publiques de lours regious.

Amm' acò una vièlho chansou istourico d'anarquistos italiôs descassats de Souïsso en 1895 es devengudo lou simbèl de la Resisténcio naciounalo à l'Uropo alemondo.

 

 

Coumpartissen amm' Albert Gardin ina grondo admiraciou per la chantadouro sardo Marìa Carta, que fouguè à uno epoco counsilhièro municipalo de Roumo.

La chansou "Addio Lugano bella" se retrobo jougado à la flaguto, sèns las paraulos, soubre lou disque de Lou Dalfin "Gibous, bagasse' e bandits".

Gradiscano !

http://www.youtube.com/watch?v=2yrl7IjaOvU&feature=share 

 

Ati n'avet las paraulos :

 

Addio Lugano be-ella 
o dolce terra mìa
scacciati senza colpa 
gli anarchici van vìa
e partono cantando 
con la spera-anza in cor.


Ed è per voi sfruttati 
per voi lavoratori
che siamo ammanettati 
al par dei malfattori
eppur la nostra idea 
non è ch'idea d'amor.



Anonimi compagni
amici che restate
le verità sociali
da forti propagate
è questa la vendetta
che noi vi do-omandiam.


 


Ma tu che ci discacci
con una vil menzogna
repubblica borghese
un dì ne-avrai vergogna
noi oggi t'accusiamo
in faccia all'avvenir.



Banditi senza tre-egua

andrem di terra in terra
a predicar la pace
ed a bandir la guerra
la pace per gli oppressi
la guerra agli oppressor'.

 


Elvezia il tuo governo
schiavo d'altrui si rende
d'un popolo gagliardo
le tradizioni offende
e-insulta la leggenda
del tuo Guglielmo Tell.



Addio cari compa-agni

amici luganesi
addio bianche di neve
montagne ticinesi
i cavalieri erranti

son trascinati al nord.

 

 

Vaqui la revirado ouvirnhato :

 

Adiéu jinto Lugano

O dóuço terro mèuno,

descassats sèns coulpabletat

lis anarquistos s'en vaun,

e s'en vaun en chantant

ammé l'espèr al cor.



Cò'i per vous li deseritats,

Per vous trabalhadours

que san encadenats

coumo de maufatours

e pamen nousto idèio

n'es qu'uno idèio d'amour.



Camarado' anounimes

amics que demourat

lei vertats soucialos

prouclamados per de voutz fortos

vaqui la venjanço

que vous damandan.



Mas tu que nous embandes

amm' uno laido messourgo,

republico bourgeso,

un jour n'ouras vergounho,

nàutri t'acusan d'uèi

caro à l'avenidour.



Coumo de bandits sèns trego

anaren de païs en païs

per prezica la paz

e prouclama la guerro

la paz pels ouprimits,

la guerro is oupressours.



Souïsso toun gouvèr

se fo lou sirvent dis àutri

e d'un poble valent

oufenso las tradicious.

Insulto la legendo

de toun Guilhèm Tell.



Adiéu mi chars coumpanhs,

amics luganés,

adiéu blanchos de nèu

mountonhos tessinesos,

li chavaliers landaires

sou rebalats al nord,



e s'en vaun en chantant

ammé l'espèr al cor.



 

Circonstances historiques. Après l'assassinat du président français Sadi Carnot par un anarchiste italien ayant séjourné à Lugano, Sante Caserio - quelques années après l'assassinat de Sissi par un anarchiste italien, Lucchesi - les autorités helvétiques en ont eu marre des anarchistes italiens et en ont expulsé 17 qui habitaient dans le Tessin, dont Gori l'auteur de la chanson - ce qui se comprend plutôt bien d'ailleurs -

Mais Gori savait écrire et a adapté une chanson toscane à ses paroles.

Cette chanson, plus historique que concrète jusque récemment, parle de justice sociale et comme le gouvernement Monti non élu par les Italiens mais nommé par Ankula Merkel (comme l'appelle Nicolas Canteloup) écrase d'impôts le peuple italien, elle est aujourd'hui reprise par ceux qui sont scandalisés, c'est à dire à peu près tous les Italiens.
                         
                              

 

 

La chantadouro sardo Maria Carta fouguè també actriço coumo veirés dien la videò que la mostro dinc un filme di fraires Taviàni. Faguè descoubri e chantè meravilhousomen un Ave Maria pounhent en catalô de l'Alguer, vilo catalanoufono en Sardenho :

 

http://www.youtube.com/watch?v=KZibwjqcn3o

 

Partager cet article

Repost 0
Published by La Coumpanhio mistralenco - dans actualitat
commenter cet article

commentaires

Presintaciou

  • : Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • : Le blog Mistralenc est la suite du groupe "Info d'oc" mais un blog offre plus de possibilités, notamment d'illustrations.La pratique de Info d'oc a amené à rajouter une rubrique "actualitat" car les abonnés prenaient plaisir à commenter en langue d'oc les sujets chauds.Amm' acò dounc Mistralenc es coumo Info d'oc un endrèit ounde li gents prendou plazi de charra en lengo d'oc.Es animat per li felibres de "La Coumpanhio mistralenco".
  • Contact

Nouste princìpi

UIRIONA EðI SACRA


  La vertat es sagrado


 

Rechercher

Uno citaciou d'un arabe cristiô

« So que retrazi d’uèi al mounde arabe, acò’i l’indigenço de sa counsciéncio mouralo, ço que retrazi à l’Oucident, acò’i sa proupensiou à muda sa counsciéncio mouralo en esplecho de douminaciou. »

 

                                                                                     Amin Ma'alouf

Uno citaciou inteligento

La monarchie, dans notre pays, est franque, elle n'est pas gauloise.

 

                  (Proudhon)

Henri Doniol

Les patois de la Basse-Auvergne, 1878

 

Pagino 20

 

« Si l’accentuation, qui est la prosodie de chaque langue, constitue un signe de race,  la race appartient au patois de la haute Auvergne ; dans ce cas le brivadois est en basse Auvergne le moins éloigné du parler d’autrefois, car il suffit d’ajouter peu de chose à sa prononciation pour le rendre identique au patois cantalien. »