Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 19:14

                                            par Felibre d'Auvernho


Sur le blog de cette association loi 1901*, son président Jean-François Blanc - aujourd'hui trésorier - avait publié de fausses citations de Frédéric Mistral censées venir du Tresor du Felibrige.

 

(* IEO = Institut d'Etudes Occitanes)

 

L'une de ces fausses citations ajoute l'incompétence linguistique à la malveillance antisémite et anti-Mistralienne.

 

Pei passiounats de lengo d'oc acò'i bessai interessant de finta de mai pròchi :



On n'a pas mis le détail sur le blog pour ne pas répéter des horreurs et pour ne pas ennuyer par des détails linguistiques un peu longs. Mais par exemple Jean-François Blanc fait cette fausse citation qu'il attribue à Mistral :

"Capoun de judièu = salaud de juif !" !!!

Alors que dans le Tresor du Felibrige il y a :

"couquin de judiéu, capoun de judiéu, sorte de jurons".

 

Remarquons au passage que le mot judièu n'existe pas en provençal, ni dans les autres parlers d'oc puisque le parler d'Aurillac qui dit ièu et Dièu avec un È ouvert contrairement au provençal qui a un E si fermé qu'il s'entend [i] [džüdyiw], dit jousiu pour dire juif.



Les Aveyronnais y auront reconnus leurs fréquents couqui de Diéu et  capoun de Diéu qui sont des blasphèmes. Donc les formules citées par Mistral n'ont rien à voir avec les juifs mais prennent un mot qui se termine comme le mot Diéu. Mistral a donc raison d'indiquer "sorte de jurons" et n'indique évidemment pas le sens donné par Jean-François Blanc.

D'ailleurs capoun veut dire chapon, lâche et pas salaud.

 

Quand les Aveyronnais disent capoun de Diéu ils reprochent à Dieu sa faiblesse, physique ou morale.

Quand ils disent couqui de Diéu ils lui reprochent son indifférence à leurs malheurs.
 

 

 

Le capoun de judiéu ! cité par Mistral est à comparer au "macaniche" des vieilles Toulousaines, pour éviter de dire macarèl, complété le plus souvent ainsi : "macaniche, que vous me faites dire" pour reporter la responsabilité de la grossièreté même atténuée sur la surprise ou l'indignation provoquée par l'information donnée par l'interlocuteur.



Il est à comparer aussi au "jarnicotton" d'Henri IV qui disait "J'arnie Dieu" (Je renie Dieu) et son confesseur, le père Cotton l'a supplié : "N'offensez pas le Créateur. Quand vous êtes fâché, faites tomber votre colère sur son humble serviteur."

 

 

                               http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/96/Pierre_Coton_%281564-1626%29.jpg/250px-Pierre_Coton_%281564-1626%29.jpg
                                Lou paire jesuito Pierre Cotton
                                counfessour d'Enric IV.

                                           

Partager cet article

Repost 0
Published by La Coumpanhio mistralenco - dans lengo
commenter cet article

commentaires

Presintaciou

  • : Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • : Le blog Mistralenc est la suite du groupe "Info d'oc" mais un blog offre plus de possibilités, notamment d'illustrations.La pratique de Info d'oc a amené à rajouter une rubrique "actualitat" car les abonnés prenaient plaisir à commenter en langue d'oc les sujets chauds.Amm' acò dounc Mistralenc es coumo Info d'oc un endrèit ounde li gents prendou plazi de charra en lengo d'oc.Es animat per li felibres de "La Coumpanhio mistralenco".
  • Contact

Nouste princìpi

UIRIONA EðI SACRA


  La vertat es sagrado


 

Rechercher

Uno citaciou d'un arabe cristiô

« So que retrazi d’uèi al mounde arabe, acò’i l’indigenço de sa counsciéncio mouralo, ço que retrazi à l’Oucident, acò’i sa proupensiou à muda sa counsciéncio mouralo en esplecho de douminaciou. »

 

                                                                                     Amin Ma'alouf

Uno citaciou inteligento

La monarchie, dans notre pays, est franque, elle n'est pas gauloise.

 

                  (Proudhon)

Henri Doniol

Les patois de la Basse-Auvergne, 1878

 

Pagino 20

 

« Si l’accentuation, qui est la prosodie de chaque langue, constitue un signe de race,  la race appartient au patois de la haute Auvergne ; dans ce cas le brivadois est en basse Auvergne le moins éloigné du parler d’autrefois, car il suffit d’ajouter peu de chose à sa prononciation pour le rendre identique au patois cantalien. »