Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 17:15

Nouste grond Vermnouzo achabè un de si pouèmos  per la fraso : "Vivo l'Ouvernho e vivou les gabachs !!"

 

 

Mas qué sou li gavachs ? Vaqui una respounso coumplèto :

 

 


                     LI MOTS AUN UNO ISTÒRIO : gabach, gavot


La Cabreta nò 198 de julhet de 2008



Aquel mot de « gabach », l’èi pas jamai óugit en Auvernho. Chau crèire que se pèrd endacon entremiech Ourlhat e Mouriat. Vermenouzo escriguet pamin dinc « la vinado » (Jous la cluchado) :


« Toutes ensemble se quilhavou :

« Vivo lou vi del païs bas ! »

Deforo de lei voutz cridavou :

« Vivo l’Auvernho e les Gabachs ! »

………………….. e mai bas :

« Coumta les omes afrabats

per aquesses rudes Gabachs,

per aquesses famous tustaires,

les bouiers e les cabretaires,

m’en cargarai pas, pensas be… »


Se vèi que Vermenouzo utiliso lou mot d’un biais plô pousitieu.

En escàmbi dinc lou miejour óugissi aquel mot, qu’o toujour un sens negatieu. Lou mai courrentomen, sou li Païs-Bassols, li Setimanians, que tratou de gabachs lis Avairounés.


Al sègle XVII ja utilisavou lou mot, plô negativomen, per desinha lis oubriers agricolos sazouniers davalats del Rouergue dinc l’Eraut. Per eximple aquel coumençoment de « La Pastouralo de Coridon e de Cleriço », d’autour anounim, pèço jougado à Beziers lou jour de l’Ascensiou en 1623 :


« Ieu ay ja vist dous cops qu’aqueste verd boscatge

a quitat & repres son verdoyant fuillatge

Et que ja lous voulans des penibles gabats

Say sou venguts dous cops per segua nostres blats

Despeis que Coridon, mon majoural, mon mestre

S’en anet indacon, qu’on savi noun(t) pot èstre… »


D’ounde sourtis aquel mot ?

 

Es pas limitat à la lengo d’oc. Lis Espanhòus l’utilisou plô mai que nautres : dizou « gavacho » en castilhan, e « gavatx » en cat


 LI MOTS AUN UNO ISTÒRIO : gabach, gavot


La Cabreta nò 198 de julhet de 2008



Aquel mot de « gabach », l’èi pas jamai óugit en Auvernho. Chau crèire que se pèrd endacon entremiech Ourlhac e Mauriac. Vermenouzo escriguet pamin dinc « la vinado » (Jous la cluchado) :


« Toutes ensemble se quilhavou :

« Vivo lou vi del païs bas ! »

Deforo de lei voutz cridavou :

« Vivo l’Auvernho e les Gabachs ! »

………………….. e mai bas :

« Coumta les omes afrabats

per aquesses rudes Gabachs,

per aquesses famous tustaires,

les bouiers e les cabretaires,

m’en cargarai pas, pensatz be… »


Se vèi que Vermenouzo utiliso lou mot d’un biais plô pousitieu.

En escàmbi dinc lou miejour óugissi aquel mot, qu’o toujour un sens negatieu. Lou mai courrentomen, sou li Païs-Bassols, li Setimanians, que tratou de gabachs lis Avairounés.


Al sègle XVII ja utilisavou lou mot, plô negativomen, per desinha lis oubriers agricolos sazouniers davalats del Rouergue dinc l’Eraut. Per eximple aquel coumençoment de « La Pastouralo de Coridon e de Cleriço », d’autour anounim, pèço jougado à Beziers lou jour de l’Ascensiou en 1623 :


« Ieu ay ja vist dous cops qu’aqueste verd boscatge

a quitat & repres son verdoyant fuillatge

Et que ja lous voulans des penibles gabats

Say sou venguts dous cops per segua nostres blats

Despeis que Coridon, mon majoural, mon mestre

S’en anet indacom, qu’on savi noun(t) pot èstre… »


D’ounde sourtis aquel mot ?

Es pas limitat à la lengo d’oc. Lis Espanhòus l’utilisou plô mai que nautres : dizou « gavacho » en castilhan, e « gavatx » en catalô. Aquel mot designo li Francés per guéssi, tô plô li gents d’oc que li Franchimands.


 

Aquel mot designo li Francés per guéssi, tô plô li gents d’oc que li Franchimands. Un chantadour mexicans dit dinc una chansou "aquellos gavachos" en parlant dis americôs.


 

En 1976, durant un repas chas duos amigos à Barcilouno, lour ouncle m’avio explicat que « un gavatx » es una persec ambé duos gautos plô roujos, coumo las di primiers Francés qu’aviou vist en Catalounho durant lei guèrros entre li rèis de Franço e li rèis d’Aragoun-Catalounho al sègle XIII.

 

 

I o seguromen una persec que se souno coumo acò, mas noste grand Pèire Malvezin bailo uno auto ourigino, que à moun vejaire, explico tô plô lou noum de la persec que l’escais di Franchimands :


GABA, O. Aussi gava,o. Gorge, gosier : partie du corps qui reçoit les aliments. Mots venus de la racine gab et gav, prendre, contenir, correspondant à « hab » du latin « habere », posséder, teni… Et : gabar ou gavar, avaler, soit prendre (en français « gaver ») et, au passif, « se gabar » se rengorger, faire de l’importance (en français « se gober ») ; gabache ou gavache, goulu, par dénigrement rustre, campagnard, montagnard (ce mot, au sens péjoré, s’est étendu jusqu’en Espagne)… gabot ou gavot, même sens que « gabache » (en bas latin de 1268, « gavotus ») ;*

 


Couneissi pas lou mot « gava », tant vièlh qu’es pas dinc lou dicciounàri Lévy de la lengo del sègle XIII. Lou Lévy bailo : gavach : jabot d’oiseau.


I trouban inquèro l’idèio d’engouli, de minja coumo un galufèrno.


Mas couneissi lou mot « se gabar » = se carrar, faire lou glourious, se vantar. Fai uèit ou nau ons, un coulègo felibre, de la Mantenènço de Prouvenço, m’avio oufèrt de registroments d’istorios countados per de gens de Lengo d’Oc en Itàlio (ounde i o tretge valados que parlou un pauc coumo à Mouriat ou Mende). I avio una fenno que countavo uno istòrio que coumençavo coumo acò : « Eroun tres fremos, e se gabavoun qu’èroun ren paurousos » = se vantavou d’èsse jes paurugos.

 


Couneissio pas lou  mot, que pensavi plô dialectau, puèi descoubriguèri que dinc la lengo vièlho, l’utilisavou dinc tout lou païs d’Oc.

 


D’aqui vé dounc nouste « gabach », e Malvezin o razou. Es un ome mau educat, que minjo coumo un sóuvatge, ou alèro un abaiant. (E li Franchimands faun souvent lis abaiants à l’estrangier)

 


I o la varianto « Gavot ». Li gavots à l’ourigino sou paralèlomen i Rouergats en Lengadò, li mountanhòus del Daufinat d’oc que davalou trabalha per las planos de Basso Prouvenço ou dinc la vilo de Marsiho.


Lou mot èro forço negatieu à l’ourigino, coumo « gabach », mas despuèi be cent ons e mai, o perdut soun caractèri negatieu, e, un pauc coumo Vermenouzo en Auvernho, li Daufinencs d’oc en Prouvenço, se presentou guéssi-mèmes coumo « Gavots ».

 


Aun quitomen creat lou jente mot de « Gavoutino » per indica lour païs. Chau dire que lou mot de « Daufinat » es trop ambigu. I o un Daufinat franchimand à l’entour de Granoble, e un Daufinat d’oc soubre li departoments Aups de Nalto-Prouvenço (04), Aups Nalts (05), Droumo (26), l’Ardescho vivareso (07) e una bendo al sud de l’Isèro* (38), e de segur li territòris d’oc en Itàlio.* Tout acò fai dounc la Gavoutino.

 

Dounco li Gavots sou glourious de l’èsse, e pensi que l’ourigino d’oc del mot es seguro.

 

Li passiounats de musico barroco aurau pas mancat de pensa que jougavou à l’epoco una danso que sounavou « la gavoto ». Supausi qu’acò vòu dire « danso mountanholo ».


Alan BROC



Notos :


Pèire Malvezi  Glossaire de la Langue d’Oc éditions La Découvrance, 18 rue Leconte, 17540 Bouhet. (costo 22 euròs à Carrefour, e dounc proubablomen un pauc min se lou coumandat directomen.)


Ardescho vivareso : es gavoto dounco. L’Ardescho cevenolo es dialectalomen auvernhato.


Isèro : I avio al countour deis annados 1900 en Isèro un grand countaire d’oc que senhavo dinc lei revisto « Lanri Terras » per l »l’Henri Terras ». Chau remarca qu’à Romans lou parla d’oc es plô pur. La soulo causo qu’indicom que sem à la raso de la lengo es una tendéncio forto qu’aun à counjuga la segoundo persouno coumo la tresenco, en apounden lou prounoum : devio, tu devio, devio, deviom, deviatz, devioun.


 

Territòri d’Oc en Itàlio : lis abitants d’aquélis endrèits sounou lour païs d’oc italiô « lei Valados ». Sou toùti Gavots, en deforo de quauques vilatges près de la costo que parlou prouvençau coumo Mistral. Chau apoundre una curiousitat qu’aprenguèri en legissent la premso d’alai. Quand nousto charo Lengo d’Oc devenguet ouficialo dinc sa regiou à coustat de l’italiô (en 2000), lei coumunos d’en deforo de la prouvìncio de Coùni / Cuneo deguèrou chausi d’èsse « oucitanos » ou « piemountesos » ou « ligouros ». Tris coumunos de la prouvìncio d’Imperia en Ligurio se declarèrou oucitanos. Sou separados geougraficomen del restant del Païs d’Oc. Sariou l’extremitat sud de la Lengo d’Oc, se i aguèsso pas despuèi quatre cents ons, en pleno Calàbrio, un vilatge qu’o gardat la Lengo d’Oc (e que l’ensenho à l’escolo) : La Gàrdia / Guardia piemontese.

 

 

                           ieu.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by La Coumpanhio mistralenco - dans lengo
commenter cet article

commentaires

Presintaciou

  • : Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • : Le blog Mistralenc est la suite du groupe "Info d'oc" mais un blog offre plus de possibilités, notamment d'illustrations.La pratique de Info d'oc a amené à rajouter une rubrique "actualitat" car les abonnés prenaient plaisir à commenter en langue d'oc les sujets chauds.Amm' acò dounc Mistralenc es coumo Info d'oc un endrèit ounde li gents prendou plazi de charra en lengo d'oc.Es animat per li felibres de "La Coumpanhio mistralenco".
  • Contact

Nouste princìpi

UIRIONA EðI SACRA


  La vertat es sagrado


 

Rechercher

Uno citaciou d'un arabe cristiô

« So que retrazi d’uèi al mounde arabe, acò’i l’indigenço de sa counsciéncio mouralo, ço que retrazi à l’Oucident, acò’i sa proupensiou à muda sa counsciéncio mouralo en esplecho de douminaciou. »

 

                                                                                     Amin Ma'alouf

Uno citaciou inteligento

La monarchie, dans notre pays, est franque, elle n'est pas gauloise.

 

                  (Proudhon)

Henri Doniol

Les patois de la Basse-Auvergne, 1878

 

Pagino 20

 

« Si l’accentuation, qui est la prosodie de chaque langue, constitue un signe de race,  la race appartient au patois de la haute Auvergne ; dans ce cas le brivadois est en basse Auvergne le moins éloigné du parler d’autrefois, car il suffit d’ajouter peu de chose à sa prononciation pour le rendre identique au patois cantalien. »