Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 22:35

L'actualitat fai que belcop de gents pretendou que "Les frères Kouachi ne sont pas de bons Musulmans. L'Islam interdit de tuer".

 

 

Quond li gents que dizou acò sou de gents ourdinàris hou dizou per inhourenço.

Quond un imam dis acò, hou dis per messourgo.

 

 

                                             per Felibre d'Auvernho

 


Fetivomen l'Alcouran coumporto 114 capitouls que se sounou "souràt" en arabe e "souratos" en Oc.
Aquéssi capitouls countenou de versets que se sounou "ayàt" en arabe e "lis ayas" en Oc.

 

Les frères Kouachi savaient le Coran presque entier par coeur.
Coulibaly, l'ami de Sarkozy, le connaissait moins mais y était fidèle. Jugez-en :

 

De la sourato 47: « Mouhammad »

 

Aya 4 : 

« Quand vous rencontrerez les infidèles, tuez-les jusqu'à en faire un grand massacre, et serrez bien les entraves des prisonniers que vous aurez faits. »

 

 

Se la voulet en Oc la vaqui :

 

 

 

« Quond rescountrarés lis infizèls, tuat-li fin n’en faire un grand mourtalatge, e sarrat plô lis entravos di chaitieus qu’ourés fats. »




                    
     648x415_article-parisien-date-2009-dresse-portrait-jeune-am.jpg

 

 

Li piètres journalistos franchimands nous dizou també souvent que "le voile n'est pas islamique, c'est une simple tradition arabe" (sic)

 

 

En vertat allah impauso pas lou vèl simple mas tout lou chador :


 

sourate XXXIII (33) "les Confédérés" *

 

Donnée prétendûment à la Mecque - 71 versets.

 

b-ismi 'llah er-ra7màn er-ra7îm

 

aya (verset) 57

 

 

O prophète ! prescris à tes épouses, à tes filles et aux femmes des croyants, d'abaisser un voile sur leur visage. Il sera la marque de leur vertu et un frein contre les propos des hommes. Dieu est indulgent et miséricordieux."
 

 

Alors les pignoufs qui geignent à la télé que "le tchador est une simple tradition qui n'a rien à voir avec l'Islam" n'ont pas lu le Coran jusqu'au 33ème chapître.

 

 

C'est Allah lui-même qui ordonne aux Musulmans d'imposer le tchador à leurs femmes (pas ei nostros, rermarcat. Dis bi : "aux femmes des croyants")

 

 

* Le titre "Les Confédérés", je l'ai laissé puisque toutes les versions françaises du Coran l'ont repris, même celle de Mo7ammed 3arkoun.

 

Comme le titre arabe est "al-a7zàb" moi je le traduirais plutôt par "les factions" étant donné qu'en arabe actuel "al-a7zàb" veut dire "les partis".



Vej
an d'autros "meravilhos" de l'Alcouran :

 

 

De la sourato 4 : « An-nisan » = lei fennos

 

Aya 19 : « Gardat la fenno adultèro enclavado fin que la mort la prengo. »

Aya 24 : « Se voulet repudia una fenno e que li beilerat una verquièiro d’un talent, e que voulet n’espousa uno auto, leissat-li la verquièiro entièro. »

Aya 28:  « Acò’i defendut d’espousa lei fennos maridados, d’à part lei que sariou toumbado en vouste poudér coumo esclavos. » (= lou fourçomen es legau, soubre de quitos fennos maridados)

 

Aya 30:  « Se coumétou l’adultèri (lis espouso esclavos) lour inflijarés la mitat de la peno prounounciado countro lei fennos liéuros. » (= la mitat de la perpetuïtat ? qué pot èsse ?)

 

Aya 38: « Lis omes sou superiours ei fenno à causo dei qualitats per leiqualos Diéu lis o enaussats al dissus de guessos, e per que lis ome emplegou lours bes per douta lei fennos. Lei fennos vertuousos sou oubeïssento e sout-mesos..... poulharés lei que ne cranhet l’inoubeïssenço; lei relegarés dien de lèits regandits, lei batrés....... » 

 

C'est conforme au Coran :

 

sourate 4 "an nisan" (les femmes), aya 38 :

 

"Les hommes sont supérieurs aux femmes.... Les femmes vertueuses sont obéissantes et soumises. Vous gronderez celles dont vous redoutez la désobéissance. Vous les relèguerez à l'écart, vous les battrez."

 

(aun pas desoubeït inquèro e l'ome pot lei batre)

 

De la sourato 2: « al-baqra »  =  la vacho

 

Aya 173 :

« O crezents ! la peno del talioun vous es prescrito pel murtre. Un ome liéure per un ome liéure, l’esclau per l’esclau, e una fenno per una fenno……. »  (remarcat incidentomen que l’esclavatge es tournamai counsiderat coumo nourmau)

 

 

De la sourato 9 : « lou pentiment »

 

aya 29 : 

« Fajat la guerro à li que crezou pas en Diéu e qu’agachou pas coumo defendut ço que Diéu e soun apòstou (=Bafoumet) aun defendut, e is omes dis Escripturos que proufessou pas la religiou vertadièro (= li cristiôs e li jousiéus que se counvertissou pas à l’islam). Fajat lour la guerro fin que pagou lou tribut de lours propios môs e que sàiou sout-mes. »

 

 

De la sourato 5 : « al maida » = la taulo basso

 

Aya 56 : 

« O, crezents ! prenguessiat pas per amics li jousieus e li cristiôs ; sou amics lis uns dis àutri. Lou que li prendrò per amics achabarò per li sembla, e Dieu sarò pas la guido di pervers. »

 

 

 

De la sourato 23 : « al-moumenoun » = li crezents

 

Aya 1 : « Irous sou li crezents

Aya 2 : que faun la pregàrio amb umilitat

Aya 3 : qu’esquivou las paraulos malounèstos,

Aya 4: que faun l’óumorno

Aya 5: que gardou las lèis de la chastitat

Aya 6 : e que limitou lour gauzissenço à lours fenno e is esclavos que lour o proucurat lour mô drèito*; en aquel cas encourrou pas de blaime.

Aya 7 : mas lou que porto si dezirs mai enlai es trangressour. »

 

(* noto del senhe Mohammed  ’Arkoun:

«  Acò vòu dire, noun soulomen las que sou croumpados, mas atabé las captivos )

 

 

De la sourato 47: « Mouhammad » = Bafoumet

 

Aya 4 : 

« Quand rescountrarés lis infizèls, tuat-li fin n’en faire un grand mourtalatge, e sarrat plô lis entravos di chaitieus qu’ourés fats. »

 

Aya 8 :

« O crezents ! s’assistat Dieu din sa guerro countro li meissonts, guel vous assistarò també, afourtirò voùsti passes. »

 

aya 9 :

« Lis increduls, que mourissou, e que Dieu fajo nulos lours obros ! »

 

aya 22 :

« Li crezents vertadiers dizou : Dieu o be revelat un capitoul qu’ourdouno la guerro santo ? Mas qu’un capitoul perentòri saio desvelat, e que la guerro i saio ourdounado, veiras aquélis omes qu’au lou cor infirme que t’agacharau coumo fo un ome que la visto de la mort fai cor-fali. Per tant, l’oubeïssenço e un lengatge counvenent lour sariou mai avantajous.»

 

aya 23 :

« Quond la guerro’i decidado, se tenou lours empenhomens envers Dieu, acò sarò à lour avantatge. »

 

aya 25 :

«  À qué vous aurio espausats vousto desobeïssenço ? auriat fat de brigandatges din lou païs e vioulat li ligams sagrats del sang. »   (= en gros proupauso la guerro deforo per esquiva la guerro dedins)

 

aya 37:

« Moustressiat pas de coardeso, e proupausessiat pas la patz is infizèls quand lour sèt superiours, e que Dieu es ammé vàutri. » 



Un dessenh de l
a premso tunisiano. Lou lhibre qu'enfounçou deïn lou cap de l'ome es l'Alcouran :

 

 

               

10923249_10204320183898576_6306394080222028745_n.jpg

 

Partager cet article

Repost 0
Published by La Coumpanhio mistralenco - dans actualitat
commenter cet article

commentaires

moktar 27/01/2015 21:12


Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux,
le Très Miséricordieux.
Louange à Allah, Seigneur de l'univers.
Le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux,
Maître du Jour de la rétribution.
C'est Toi que nous adorons,
et c'est Toi dont nous implorons secours.
Guide-nous dans le droit chemin,
le chemin de ceux que
Tu as comblés de faveurs,
non pas de ceux qui ont encouru
Ta colère, ni des égarés.

tariq 25/01/2015 14:01


T'inquiète pas Mistralenc.


Tes entraves seront bien serrées quand ton heure viendra

moktar 25/01/2015 09:41


Ils  l'avouent ! Les félibres sont islamophobes.

La Coumpanhio mistralenco 25/01/2015 13:10



Fetivomen eiman pas una religiou que s'apiejo soubre l'Alcouran que dis :


 


De la sourato 47: « Mouhammad »  Aya 4 : 




« Quand vous rencountrerez les infidèles, tuez-les jusqu'à en faire un grand massacre, et serrez
bien les entraves des prisonniers que vous aurez faits. »


 


 


Se la voulet en Oc la vaqui :


 


 


« Quond rescountrarés lis infizèls,
tuat-li fin n’en faire un grand mourtalatge, e sarrat plô lis entravos di chaitieus qu’ourés fats. »







mouloud 24/01/2015 18:48


Les félibres sont le cheval de Troie du sionisme en pays d'Oc.

La Coumpanhio mistralenco 25/01/2015 13:06



"Chaval de Tròio del Siounisme", dizet, moun paure ome ?

Pamen counvidan pas li gents di païs d'Oc de parti en Israèl e esperan bi que noùsti coumpatriotos "li jousiéus del papo" del Coumtat Venaissi demourarau prouvençaus per sèmpre.



mouloud 23/01/2015 20:29


Les félibres sont parmi les pires ennemis de l'Islam

La Coumpanhio mistralenco 24/01/2015 16:45



Acò'i plô la vertat puèi que san demoucrato e que respectan lei fennos.



mostafa 22/01/2015 19:21


Allah Allah ! Vengeance ! Vengeance !

momo 21/01/2015 17:15


Allahu akbar !


Allahu akbar !


Allahu akbar !


Allahu akbar !

Presintaciou

  • : Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • : Le blog Mistralenc est la suite du groupe "Info d'oc" mais un blog offre plus de possibilités, notamment d'illustrations.La pratique de Info d'oc a amené à rajouter une rubrique "actualitat" car les abonnés prenaient plaisir à commenter en langue d'oc les sujets chauds.Amm' acò dounc Mistralenc es coumo Info d'oc un endrèit ounde li gents prendou plazi de charra en lengo d'oc.Es animat per li felibres de "La Coumpanhio mistralenco".
  • Contact

Nouste princìpi

UIRIONA EðI SACRA


  La vertat es sagrado


 

Rechercher

Uno citaciou d'un arabe cristiô

« So que retrazi d’uèi al mounde arabe, acò’i l’indigenço de sa counsciéncio mouralo, ço que retrazi à l’Oucident, acò’i sa proupensiou à muda sa counsciéncio mouralo en esplecho de douminaciou. »

 

                                                                                     Amin Ma'alouf

Uno citaciou inteligento

La monarchie, dans notre pays, est franque, elle n'est pas gauloise.

 

                  (Proudhon)

Henri Doniol

Les patois de la Basse-Auvergne, 1878

 

Pagino 20

 

« Si l’accentuation, qui est la prosodie de chaque langue, constitue un signe de race,  la race appartient au patois de la haute Auvergne ; dans ce cas le brivadois est en basse Auvergne le moins éloigné du parler d’autrefois, car il suffit d’ajouter peu de chose à sa prononciation pour le rendre identique au patois cantalien. »