Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 août 2013 4 15 /08 /août /2013 19:55

Cò's evident que Daudet, que patiguè lou sèti de Paris, que crebè de fô e que coumbatè li prussians ferounomen, aguè de simpatìo per l'aspet patrïoutique de la Coumuno de Paris.

Lou tèste de Mistr
al que vous presintan mostro qu'aquelo Coumuno faguè più-lèu pour à Mistral.

En deforo d'acò Mistral proupauso d'aplica lou princìpi de subsidiaritat que l'Uropo nous proumetio e qu'aplico pas.

Mistral, al revérs, emplego pas lou mot mas vòu aplica l'idèio.


 

               

         1900 Daudet et Mistral 

 

 

Avugla pèr nosto glòri, divisa, desmemouria pèr nòsti discussioun, dissensioun, revoulucioun, mes au nis de la serp pèr li maladoubat e pèr lou mau-gouvèr de gouvernaire indigne, apliquen-nous, enfin, tóuti, dóu founs dóu cor, à pratica la liberta, aquelo santo liberta que, dins noste malur, au-mens nous rèsto. Esclapen, manden au diable aquelo Centralisacioun, mecanico d’esclavage que li despoto fabriquèron, e qu’a lança la Franço, desprouvesido, desarmado, nuso e cruso, dins uno guerro moustruouso. Au-liò de remouca, de replana de-longo e d’unifourmisa coume uno taulo de faiòu, au-liò d’encaserna e cresta la nacioun, rejouvenissen-la dins lis independènci prouvincialo, dins lou fort nouvelun de la naturo maire e dins la drudiero dóu terradou.


Que li despartamen d’uno memo regioun groupon si voulounta, sis interès, si forço; li Counsèu Generau, de despartamentau e feble e sènso voio coume soun au jour d’uei, que devèngon regiounau, e que reçaupon de serious poudé, e que noun fugon plus li servènt dóu prefèt, e que tèngon sesiho un mes, dous mes, se fau, e noun vue jour. Que l’Assemblado Naciounalo, au-liò de s’acampa toujour dins qu’uno vilo, chanje tóuti lis an de résidènci, quouro dins lou Miejour e quouro dins lou Nord. E d’aquelo maniero, veiren plus lou gouvèr à la merci d’un usurpaire o d’uno pougnado d’insurgènt; e d’aquéu biais, la vido vai renaisse dins tóuti li prouvinço, e li nòblis ambicioun, e l’amour de la terro, e lou patrioutisme e l’antico fierta.


En fin, pèr faire fàci, à-n-aquéli dos raço eternàlis enemigo de la nostro, li German e li Rùssi, travaien à basti la Counfederacioun latino, car se la bello Itàli, emé la noblo Espagno e la Franço erouïco, èron unido un jour pèr un bon liame federau, quau lis afrountarié ?

 

 

A. P. 1871  

A P = (Ais de Prouvènço)

 

 

Trouban que lou darrier paragrafe o vielhit e que à la quito epoco de Mistral i avio pas de razou de counsidera la Russìo coumo uno "enemigo eternalo".
Vezen eici l'
aziranço del republicô Mistral per una mounarchìo toutalitàrio. 

Partager cet article

Repost 0
Published by La Coumpanhio mistralenco - dans Felibrige
commenter cet article

commentaires

Presintaciou

  • : Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • : Le blog Mistralenc est la suite du groupe "Info d'oc" mais un blog offre plus de possibilités, notamment d'illustrations.La pratique de Info d'oc a amené à rajouter une rubrique "actualitat" car les abonnés prenaient plaisir à commenter en langue d'oc les sujets chauds.Amm' acò dounc Mistralenc es coumo Info d'oc un endrèit ounde li gents prendou plazi de charra en lengo d'oc.Es animat per li felibres de "La Coumpanhio mistralenco".
  • Contact

Nouste princìpi

UIRIONA EðI SACRA


  La vertat es sagrado


 

Rechercher

Uno citaciou d'un arabe cristiô

« So que retrazi d’uèi al mounde arabe, acò’i l’indigenço de sa counsciéncio mouralo, ço que retrazi à l’Oucident, acò’i sa proupensiou à muda sa counsciéncio mouralo en esplecho de douminaciou. »

 

                                                                                     Amin Ma'alouf

Uno citaciou inteligento

La monarchie, dans notre pays, est franque, elle n'est pas gauloise.

 

                  (Proudhon)

Henri Doniol

Les patois de la Basse-Auvergne, 1878

 

Pagino 20

 

« Si l’accentuation, qui est la prosodie de chaque langue, constitue un signe de race,  la race appartient au patois de la haute Auvergne ; dans ce cas le brivadois est en basse Auvergne le moins éloigné du parler d’autrefois, car il suffit d’ajouter peu de chose à sa prononciation pour le rendre identique au patois cantalien. »