Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 22:09

Sandrine Amelot, candidato FN à Nevers, amm' uno bandièro de la croutz gamado soubre sa paret :

 

On comprend mieux pourquoi les pied-noirs du FN s'opposent à nos langues de France : à la bataille du Mont Mouchet , "que brandiguèt lous alemonds plô mai que lou famus Vercors" selon l'écrivain rouergat Pau Gayraud,

à la bataille du Mont Mouchet, donc les Résistants donnaient les ordres en auvergnat pour que les Boches ne puissent pas comprendre.

     

             

     1797516 1394661967471049 211630926 n

 


Lei bourdilhos del FN dizou que l'ouvirnh
at es una lengo estrangièro, que "les langues régionales mettent en péril la République" (atau). Insultou noùsti morts de 14-18 que mountavou al frount en lengo d'Oc e la parlavou plô mièl que lou francés.



L
a respounso del Poble de Nalto-Ouvernho es estado claro : lou FN o pas poudiùt faitre una soulo listo ei municipalos dién tout lou Cantau.


Nouste coulègo Alan Broc o représ la musico d'uno chansou de la Revouluciou que countestavo ja la terrour jacoubino, e respound à-n-aquéssi foutraus qu'insultou noùsti morts ! 

 

     LOU DREVILH DEL POBLE COUNTRO LOU FN

 

                    chansou ouvirnhato      

                         


1
Poble francés, naciou altièro,
Se veiras sèns ferni d'ourrour,
Lou FN leva lei bandièros
De la trahisou, de l'errour ?
Se patiras qu'ina chourmo atroço
De Mélenchons e de brigands,
Vengo enfeta per soun alé feroce
Lou terradour de noùsti sants ?


2
Ah ! que peirissou 'quéssis infames,
Perilhous amai delirants,
Que portou al found de lours amos
Lou crime e l'amour di tirans !
Efonts fizèls de nousto Fronço
Que san glourious de si drapèls,
Lou jour de nousto delibronço
Fai enfi bleima li bourrèls.


3
Represintants d'un poble juste,
Ô legislatours del païs !
Diquaus la contenéncio augusto
Fai tremoula li jacoubis,
Countuniat soubre un chami de glòrio,
Voùsti noums be li gardaren,
Li boutaren recatats dién l'Istòrio,
E per toujour li chantaren.


4
Veguessiat ja que s'enfurounou
E tremolou li scelerats !
Countro la Fronço que renegou
Countro noùsti valents souldats.
Juran soubre lours santos toumbos,
Per nouste païs malirous,
Que n'en faren uno ecatoumbo
D'aquéssi canibale afrous.


 

La musico'i de Pierre Gaveaux lou tenor e coumpousitour bezierenc qu'o beilat soun noum à la salo Gaveaux à Paris.

 

http://www.youtube.com/watch?v=8awn6gg-cNg



Les p
aroles sont sous Copyright pour éviter les déformations "occitanes".
Toute personne qui reproduir
a la chanson telle quelle, dans son parler et son orthographe de l'Escolo Auvernhato ne risque donc aucune poursuite judiciaire.

 

 

                   936030_486528958126875_1164973981_n.jpg

 

Partager cet article

Repost 0
Published by La Coumpanhio mistralenco - dans actualitat
commenter cet article

commentaires

Presintaciou

  • : Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • : Le blog Mistralenc est la suite du groupe "Info d'oc" mais un blog offre plus de possibilités, notamment d'illustrations.La pratique de Info d'oc a amené à rajouter une rubrique "actualitat" car les abonnés prenaient plaisir à commenter en langue d'oc les sujets chauds.Amm' acò dounc Mistralenc es coumo Info d'oc un endrèit ounde li gents prendou plazi de charra en lengo d'oc.Es animat per li felibres de "La Coumpanhio mistralenco".
  • Contact

Nouste princìpi

UIRIONA EðI SACRA


  La vertat es sagrado


 

Rechercher

Uno citaciou d'un arabe cristiô

« So que retrazi d’uèi al mounde arabe, acò’i l’indigenço de sa counsciéncio mouralo, ço que retrazi à l’Oucident, acò’i sa proupensiou à muda sa counsciéncio mouralo en esplecho de douminaciou. »

 

                                                                                     Amin Ma'alouf

Uno citaciou inteligento

La monarchie, dans notre pays, est franque, elle n'est pas gauloise.

 

                  (Proudhon)

Henri Doniol

Les patois de la Basse-Auvergne, 1878

 

Pagino 20

 

« Si l’accentuation, qui est la prosodie de chaque langue, constitue un signe de race,  la race appartient au patois de la haute Auvergne ; dans ce cas le brivadois est en basse Auvergne le moins éloigné du parler d’autrefois, car il suffit d’ajouter peu de chose à sa prononciation pour le rendre identique au patois cantalien. »