Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 22:10

                                                 per Felibre d'Auvernho


 

Fai dounc partido di primiers departoments.

D'àutri nasquèrou à proupourciou que la Franço creissio, coumo la Savòio, la Nalto-Savòio, lis Aups-Maris, ou per l'aboucinomen de departoments existents, coumo l'infame departoment del Tar-e-Garouno que Napouleoun faguè en 1808 per faire plazi i mountalbanés que vouliou faire de Mountalbâ la capitalo de ticon. Prenguèrou dounc un troç de la Nalto-Garouno amm' un troç de l'Olt. 

Acò's atau que Còus, la capitalo de l'Olt es coumpletomen à la frountièro del departoment quand èro centralo. La counfinho precendento entremié li dous departoments d'ourigino boutavo Castèl-Sarrazi en Nalto-Garouno e Mouissac deïn l'Olt. 


Nouste Cantau jounto quase perfètomen ammé la Nalto Auvernho, amm' una pichouno diferéncio, que Sant-Privat, La Broucario e Mercuer, près d'Argintat, faziou partido de l'Auvernho e que li boutèrou dien lou departoment de la Courrezo.

 

 

         15009_1184556713410_1813027471_358936_8207702_n-copie-1.jpg

 

Lis ases bourruts de Wikipedia, rockaires sèns culturo, pretendou que i o pas jamai agut de Nalto Auvernho.

Se volou dire que i o pas jamai agut de prouvìncio de Nalto Auvernho, faun una lapalissado puèi que la prouvìncio èro l'Auvernho.

Mas i o toujour agut un bailatge de Nalto Auvernho, que se sounavo en fourmulo coumpleto "lou bailatge dei Naltos Mountonhos d'Auvernho".

Avio soun sèti à Sant-Marti-Val-Marouno fin la debuto del sègle XVI.

Lou chastèl de Crèbo-cor i servissio de presou, e li coundennats al capitau se faziou executa al Roc di Penjats.


Puèi lou bailatge passè à Salèr.



                600px-Salers_3.jpg



 Quand agachan lis arroundissoments vezan que courrespoundou prou be à d'aires lenguistiques.



Atau l'arroundissoment d'Ourlhat jounto prou be ammé l'aire que dis "cau leva lou copèl per soluda" e "avon d'oucèls davont l'oustau"


l'arroundissoment de Mouriat jounto prou be ammé l'aire que dis "chau leva lou chapèl/chapèr pir saiuda", e "avon d'óuvèls davont l'oustau"


l'arroundissoment de Murat jounto ammé l'aire que dis "tsau leva lou tsapé pe saiuda" e " avon d'oucés davont l'oustau"

 

e l'arroundissoment de Sant-Flour jounto ammé l'aire que dis "tsau leva lou tsapé pir saiuda" e "avon d'oucés davont l'oustahr".


Dizan "jounto prou be" per que per de razous descounegudos, Sant-Marti-Cantalés e Besso sou estats restacat à l'arroundissoment d'Ourlhat en lioc de lou de Mouriat coumo acò sario estat lougique.

 

 


    

Partager cet article

Repost 0
Published by La Coumpanhio mistralenco - dans Istòrio
commenter cet article

commentaires

Presintaciou

  • : Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • : Le blog Mistralenc est la suite du groupe "Info d'oc" mais un blog offre plus de possibilités, notamment d'illustrations.La pratique de Info d'oc a amené à rajouter une rubrique "actualitat" car les abonnés prenaient plaisir à commenter en langue d'oc les sujets chauds.Amm' acò dounc Mistralenc es coumo Info d'oc un endrèit ounde li gents prendou plazi de charra en lengo d'oc.Es animat per li felibres de "La Coumpanhio mistralenco".
  • Contact

Nouste princìpi

UIRIONA EðI SACRA


  La vertat es sagrado


 

Rechercher

Uno citaciou d'un arabe cristiô

« So que retrazi d’uèi al mounde arabe, acò’i l’indigenço de sa counsciéncio mouralo, ço que retrazi à l’Oucident, acò’i sa proupensiou à muda sa counsciéncio mouralo en esplecho de douminaciou. »

 

                                                                                     Amin Ma'alouf

Uno citaciou inteligento

La monarchie, dans notre pays, est franque, elle n'est pas gauloise.

 

                  (Proudhon)

Henri Doniol

Les patois de la Basse-Auvergne, 1878

 

Pagino 20

 

« Si l’accentuation, qui est la prosodie de chaque langue, constitue un signe de race,  la race appartient au patois de la haute Auvergne ; dans ce cas le brivadois est en basse Auvergne le moins éloigné du parler d’autrefois, car il suffit d’ajouter peu de chose à sa prononciation pour le rendre identique au patois cantalien. »