Samedi 7 juillet 2012 6 07 /07 /Juil /2012 16:37

La revisto "Li Nouvello de Prouvènço" aparèis cado dous mes. Es escrito touto en prouvençau. Es proubablomen la milhouro revisto en lengo d'o. Coumto toujour mai de cinquanto paginos soubre papier glaçat.

 

Pauso duoi questious al mié d'àutris articles istouriques, literàris, e d'anoùncios de fenoumenes culturaus prouvençau durant l'estiéu que ve. Anan parla de la questiou del dèute dien aquel article. Aqui n'avet de troçs :

 

 

"Demié li sujèt que revènon de longo i' a la questioun dóu dèute de 2 000 miliard d'éurò que la Franço, es de dire nous-autre, devèn remboursa en de financié e ourganisme internaciounau.

 

Sian pas li soulet, i' a forço païs, grand o pichot, que despièi vint à trènto an, e belèu mai, se soun endéuta. Demié 'quéli i' a, bèn segur, lis Estat Uni (soun dèute es couloussau...) e lou Canada.

 

Pèr ço qu'es de Franço, tout acò remounto en 1973 quouro, pèr uno lèi, la Republico Franceso s'enebiguè d'emprunta sènso interés à "sa" propro Banco de Franço e l'oubliguè d'emprunta, emé pagamen d'interés, i banco privado, i taus di mercat financié. Aquéu sistèmo fuguè pièi counfierma pèr toùti li païs de la Coumunauta Éuroupenco pèr li tratat de Maastricht (art. 104) e de Lisbouno (art. 123)

 

 

Nàutri de la Coumpanhio Mistralenco voulen faire remarca qu'en 1973 lou president èro Jòri Pompidou, qu'es dounc lou respounsable de la criso.


 

Aurés lèu coumprés que despièi 1973 sian vitimo d'un vertadié racket, bord que lou dèute de l'Estat es noste dèute, e que pagan d'interés que déurian pas paga se li soumo èron estado empruntado à la Banco de Franço.

 

Mai sian-ti oubliga de passa souto aquelo joto ?

 

(auvernhat : mas se san fourçats de passa souto aquelo joato ?)

 

Noun. Avèn d'eisèmple que vòsti journau se soun bèn garda de vous n'assabenta. Li vaqui :

 

. Lou pople islandés....

 

. L'Equatour a revisa soun dèute e trouba qu'un tèrs soucamen courrespoundié i besoun de la poupulacioun. Acetè dounc de paga qu'aquesto soumo.

 

. L'Argentino a tourna negoucia soun dèute esteriour e a impausa à si creancié un abatamenet de 50 à 60 pèr cènt. Vèn, en demai, de naciounalisa l'esplecho de soun petròli e de soun gas fin d'agué l'independènci energetico.

 

Acò vous douno pas d'idèio amigo e ami legèire ?

 

 

                                                                  Jan-Glaude ROUX

 

 

http://www.nouvello.com/

 

 

 

                                        http://4.bp.blogspot.com/-9_R65RRLUuo/Tz6HlT9aU8I/AAAAAAAAXC8/6YaK-2HwZ-M/s1600/Drapeau+argentine.jpg

 

 

                 Despuèi Juan Domingo Peròn, l'Argentino se revolto perioudicomen

                 countro li bankstèrs.

Par La Coumpanhio mistralenco - Publié dans : actualitat
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Presintaciou

  • : Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • : Le blog Mistralenc est la suite du groupe "Info d'oc" mais un blog offre plus de possibilités, notamment d'illustrations. La pratique de Info d'oc a amené à rajouter une rubrique "actualitat" car les abonnés prenaient plaisir à commenter en langue d'oc les sujets chauds. Amm' acò dounc Mistralenc es coumo Info d'oc un endrèit ounde li gents prendou plazi de charra en lengo d'o. Es animat per li felibres de "La Coumpanhio mistralenco".
  • Contact

Nouste princìpi

UIRIONA EðI SACRA


  La vertat es sagrado


 

Uno citaciou d'un arabe cristiô

« So que retrazi d’uèi al mounde arabe, acò’i l’indigenço de sa counsciéncio mouralo, ço que retrazi à l’Oucident, acò’i sa proupensiou à muda sa counsciéncio mouralo en esplecho de douminaciou. »

 

                                                                                     Amin Ma'alouf

Visitos

Rechercher / Chirca

Uno citaciou inteligento

La monarchie, dans notre pays, est franque, elle n'est pas gauloise.

 

                  (Proudhon)

Henri Doniol

Les patois de la Basse-Auvergne, 1878

 

Pagino 20

 

« Si l’accentuation, qui est la prosodie de chaque langue, constitue un signe de race,  la race appartient au patois de la haute Auvergne ; dans ce cas le brivadois est en basse Auvergne le moins éloigné du parler d’autrefois, car il suffit d’ajouter peu de chose à sa prononciation pour le rendre identique au patois cantalien. »

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés