Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 14:12

                                        per Felibre d'Auvernho

 

 

Avan prou dit que l'occitan èro una lengo artificialo creado per lou gestapisto Louis Alibert e que l'Occitanisme, nascut de l'estrèmo-drèito anti-semito, countuniavo aquel racisme dien lou païs d'oc en parlant de "provençal dégénéré" (lou parla) e, mai grave de "populations du Massif Central racialement contaminées" (Louis Alibert) que parlou ammé de "fòrmas aberrantas". ("L'auvernhat utiliza de fòrmas aberrantas" Dominique Sumien).

 

Vous leissi pensa ço que i o dien lou cirvèl de persounos inferiouros racialomen countaminados qu'utilisou de formos aberrantos !

 

Aquelo detestaciou de tout ço qu'es pas catalô meno à traficha la lengo e à se detesta se-mème.

 

Atau dien la revisto Lou Felibrige un denoumat Nadal Lafon escriéu en occitan e pas en auvernhat.

 

Nadal Lafon es lou darrier dis occitans que fouguèrou fats majouraus. L'abat Jòrdi Passerat èro lou primier.

 

Saben pas se Nadal Lafont es Auvirnhat à de bou ou s'es de soucho lengadouciano, mas o chausit un noum de batisme "occitan", dounc lengadouciô.

 

En auvirnhat lou noum es Nadau.

 

Vergounhous del païs ounte demoro l'occitanisto enguilhat coumo un couguiéu dien lou niéu felibrenc o també vergounho de la lengo di voulcans.

 

                                                 Photo Noël Lafon

                                             Aquel ome o renegat l'auvernhat

                          coumo lou kollabò Louis Alibert avio renegat la Franço


 

Atau lou tìtoul de sa courto coumunicaciou es "Lo consistòri à Orlhac" ("L'occitan, c'est du français avec des A au bout", ço-dis la sabiesso poupulàrio.)

 

Un Auvernhat d'Ourlhat ou d'endacon-mai deïn lou Cantau ourio dit "Lou counsistòri en Ourlhat".

 

La darrerio ou dabòrio cantaliano es devengudo l'auton : "Lo consistòri d'auton"

 

"afavorisat pel brave temps".

 

Lou proublèmo es que la countracciou "per lo" que devé "pel" se fo en auvirnhat sounque quand per vòu dire pour en francés. Aro lou countèste mostro plô que moussu "Nadal" Lafon vòu dire "favorisé par le beau temps" e noun-pas "favorisé pour le beau temps".

 

Un Auvernhat pas vergounhous de sa lengo ourio dit "favourisat per lou brave temp" almen s'avio pensat d'en primier la fraso en franchimand. Mai naturalomen ourio dit "Dicistont que fazio bèl tenp".

 

Remarcan dinc una charradisso que la "nòrma" de l'IEO foundado per dous militants reialistos maurassians d'Action Française es "favorizar" ammé Z despuèi mai de trento ons !

Acò sarò pas arribat is aurilhos di quatre militants IEO del Cantau !

 

"Entretant que la sesilha academica..."

 

Entretant es rare en auvirnhat mas existo, mas "entretant que" es un occitasenado. En auvirnhat se dis "Del temp que..." ou "Mentre que..."

 

De sigur l'occitan Nadal Lafont utiliso l'article lous, grafiat los, descounegut dien lou Cantau ounte dizan li e les segoun lis endrèits.

 

"sas coleccions" quand tout lou Cantau dis sei couleccious ou si couleccious

 

"sus un aubre ajocat" quand tout lou Cantau dis un aure.

 

Nouste amic Juon Fay es prouclamat decan del Felibrige maugrat que nouste pouèto Juon-Mari Gaston ajo dous ons de mai e saio pus anciô dien lou Felibrige.

 

Mas en auvernhat se dis pas decan mas degô. (En lengo vièlho se dizio dega e cò's un noum de familho).

 

"Lo beure d'onor" La fourmulo es un calque del francés mas soubretout tout lou Cantau dis bioure e pas beure.

 

"altorn de benvendas", una formo lengadouciono à la plaço de la formo auvernhato à l'entour de ....

De segur eici aven un aute calque del francés puèi qu'un Auvernhat pas vergounhous de soun enjo ourio dit davant de bevendos.

 

Lou renegat Nadal Lafont parlo de "la parlicada sonanta de Joan Fay". On s'espanto de vèire qu'o agut la bountat d'accipta lou mot auvernhat parlicado. Mais "un discours appellant" saban pas ço qu'es aquelo bèstio. Manifèstomen lou renegat occitan voulio dire la parlicado clantissèiro.

 

La darrièro fraso counté una meno amusanto de barbarisme.

 

"Per acabar Majorals e Majorals seguèron lo Capolier per s'avida a l'otèl Delcher sul Pavat dels Carmas."

 

Acò's amusant de pensa qu'aquéssi majouraus, retirats lou mai souvent, aun una pensiou tant pichouno que sou fourçats de "suivre le Capoulier pour gagner leur vie à l'hôtel Delcher".

 

Dounc aquéssi malirous, après uno acampado de counsistòri sou fourçats de trabalha uèit ouros per s'avida, ganha lour magro pitanço !

 

Bien sûr, c'est ce que l'occitan renégat de l'Auvergne a dit, et ce n'est pas ce qu'il a voulu dire, tant il est vrai que les occitans pensent en français.

 

Dinc un dicciounàri mau-foutut coumo sou toùti li dicciounàris "occitans" nouste paure malirous ourò troubat "s'avidar = se nourrir".

 

Malheureusement s'avida veut dire se nourrir au sens de gagner sa vie, gagner son pain.

 

(Rapelan atabé qu'en lengo d'o se dis li Carmes, e pas los Carmas. Lou renegat ourò de proublèmos de karma ?)

 

Aquelo fauto ridiculo n'en rapèlo duos autros :

- un roumancier occitan que parlavo d'un ome "tombat jol calpre d'una dòna" ço que vòu dire en francés "tombé sous le charme (l'arbre) d'une petite bonne femme".

De sigur l'escrivassier occitan voulio dire "tombé sous le charme (la séduction) d'une femme" mas per inhourenço de la lengo e per utilisaciou mecanico del dicciounàri n'es vengut à escriéure chicom mai.

 

- Li champiouns d'aquessos foutralados sou li militants dis escolos privado e separatistos "Calandretas".

 

Dinc un bulleti militant de l'associaciou un administratour escriguè "Los que son malsapios de veni" - en ourtougràfio : lous que sou malsapious de veni - ce qui faisait comprendre qu'il y avait des adhérents qui étaient mécontents de venir aux réunions.

 

Un aderent damandè à uno acampado ço qu'èro aquel mounde tant reguidnaire. Li respoundèrou que lou redactour avio vóugut dire "ceux qui sont susceptibles de venir".

 

L'ase redactour avio pensat en francés pedant e avio revirat mot à mot. Avio troubat dien lou dicciounàri susceptible : malsapios, que vòu dire grincheux, râleur, de mauvaise humeur.

 

Al centre Aprene, d'à Beziers, lou centre de fourmaciou di mèstres d'escolo de Calandreta, cado estagiàri o "un paissèl".

 

Te damondes ço que volou faire amm' aquelo broco. Pauseran la questiou, nous respoundèrou, en francés, que lis occitans escrivou lour esperan-toc mas parlou pas qu'en francés : "Oui, chaque stagiaire a un tuteur".

 

En lengo d'o se dis un tutour, plô diferent del paissèl, tuteur de vigne ou de tomates !

 

Tant de fautos en detz lìnios !

 

D'en primier on renego l'Auvernho per la Catalounho espanholo, puèi on cabusso dien lou ridicul.

 

 

 

 

Louis Alibert : Collaborateur & inventeur de l'Occitanisme
La face de l'ignoble!!!
 0 | 2 | 

 

                                                   Lou gestapisto Louis Alibert, 

                                           "Mèstre" dis occitans e dis escolos Calandretas.


 0 | 2 | 
 0 | 2 | 

Partager cet article

Repost 0
Published by La Coumpanhio mistralenco - dans lengo
commenter cet article

commentaires

Presintaciou

  • : Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • : Le blog Mistralenc est la suite du groupe "Info d'oc" mais un blog offre plus de possibilités, notamment d'illustrations.La pratique de Info d'oc a amené à rajouter une rubrique "actualitat" car les abonnés prenaient plaisir à commenter en langue d'oc les sujets chauds.Amm' acò dounc Mistralenc es coumo Info d'oc un endrèit ounde li gents prendou plazi de charra en lengo d'oc.Es animat per li felibres de "La Coumpanhio mistralenco".
  • Contact

Nouste princìpi

UIRIONA EðI SACRA


  La vertat es sagrado


 

Rechercher

Uno citaciou d'un arabe cristiô

« So que retrazi d’uèi al mounde arabe, acò’i l’indigenço de sa counsciéncio mouralo, ço que retrazi à l’Oucident, acò’i sa proupensiou à muda sa counsciéncio mouralo en esplecho de douminaciou. »

 

                                                                                     Amin Ma'alouf

Uno citaciou inteligento

La monarchie, dans notre pays, est franque, elle n'est pas gauloise.

 

                  (Proudhon)

Henri Doniol

Les patois de la Basse-Auvergne, 1878

 

Pagino 20

 

« Si l’accentuation, qui est la prosodie de chaque langue, constitue un signe de race,  la race appartient au patois de la haute Auvergne ; dans ce cas le brivadois est en basse Auvergne le moins éloigné du parler d’autrefois, car il suffit d’ajouter peu de chose à sa prononciation pour le rendre identique au patois cantalien. »