Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juillet 2014 6 19 /07 /juillet /2014 17:43

Reinat TOSCANO 01.06.2011



Petit rappel du texte en vigueur dans l'Education Nationale :


"Pour le domaine de langue d'oc, les élèves peuvent subir, à leur choix, une épreuve correspondant à l'une des grandes variétés de la langue, c'est à dire, par ordre alphabétique : auvergnat, gascon, languedocien, limousin, nissart, provençal, vivaro alpin"


Et encore:


"En ce qui concerne les graphies, on s'efforcera d'adopter des attitudes ouvertes."


(Dispositions générales de l’Arrêté du 15 avril 1988, publié au Bulletin Officiel de l’Education Nationale supplémentaire n° 17 du 15 mai 1988).

Ce texte officiel coupe court à toute polémique (chez les gens honnêtes, évidemment).

Une visite sur http://textoc.hostzi.com/oc-raynouard.html ou sur http://textoc.hostzi.com/oc-raynouard.textes.html peut vous montrer ce que c'est que respecter la diversité.



Alan Broc  01.06.2011


Nous aviou pas anounciat que i ourio de felibres à-n-aquelo emissiou e l'escoutèri pas.


Dienc aquéssi coumentàris m'espanti de vèire l'impourtanço que prend l'ourigino de la croutz de Toulouso. Elle est clairement d'origine grecque. Il est normal de l'appeler "de Toulouse" puisque depuis le Moyen-Age elle ne représente que Toulouse et éventuellement les possessions de ses comtes.


Elle est inconue en Auvergne.


Un certain Joan-Pèire, occitan anonyme comme tous les séparatistes courageux, prétend que la "graphie classique" (si classique qu'elle n'a été inventée qu'en 1935 par un "Ligueur" d'Action Française, Louis Alibert, devenu ensuite militant du groupe COLLABORATION et supplétif de la Gestapo, ce pourquoi il a fait de la prison à la Libération et a été frappé d'indignité nationale à vie) lui permettrait de communiquer avec les gens de toutes les régions "occitanes".


Chez lui, "occitanes" ne veut plus dire "languedociennes" mais revendique tout un territoire mal défini puisque les séparatistes "occitans" revendiquent Vichy où l'on a toujours parlé le bourbonnais, dialecte d'oïl.


C'est sans doute par nostalgie de l'Occupation que les disciples du gestapiste Louis Alibert veulent mettre Vichy dans leur "Occitanazie".


Coumo que sàio, si Joan-Pèire écrit à des Auvergnats, il verra qu'ils sont très peu nombreux à lire la graphie néo-archaïsante du Maurrassien gestapiste.


Al revers, d'escriéure en ourtougràfio mistralenco me beilo de legèires en deforo d'Auvernho.

 

 

                         cache_11824033.jpg

                          Rein
at Toscano
pouèto de trìo en p
arla de Niço.

Partager cet article

Repost 0
Published by La Coumpanhio mistralenco - dans lengo
commenter cet article

commentaires

Presintaciou

  • : Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • : Le blog Mistralenc est la suite du groupe "Info d'oc" mais un blog offre plus de possibilités, notamment d'illustrations.La pratique de Info d'oc a amené à rajouter une rubrique "actualitat" car les abonnés prenaient plaisir à commenter en langue d'oc les sujets chauds.Amm' acò dounc Mistralenc es coumo Info d'oc un endrèit ounde li gents prendou plazi de charra en lengo d'oc.Es animat per li felibres de "La Coumpanhio mistralenco".
  • Contact

Nouste princìpi

UIRIONA EðI SACRA


  La vertat es sagrado


 

Rechercher

Uno citaciou d'un arabe cristiô

« So que retrazi d’uèi al mounde arabe, acò’i l’indigenço de sa counsciéncio mouralo, ço que retrazi à l’Oucident, acò’i sa proupensiou à muda sa counsciéncio mouralo en esplecho de douminaciou. »

 

                                                                                     Amin Ma'alouf

Uno citaciou inteligento

La monarchie, dans notre pays, est franque, elle n'est pas gauloise.

 

                  (Proudhon)

Henri Doniol

Les patois de la Basse-Auvergne, 1878

 

Pagino 20

 

« Si l’accentuation, qui est la prosodie de chaque langue, constitue un signe de race,  la race appartient au patois de la haute Auvergne ; dans ce cas le brivadois est en basse Auvergne le moins éloigné du parler d’autrefois, car il suffit d’ajouter peu de chose à sa prononciation pour le rendre identique au patois cantalien. »