Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 15:35

                                        par Ive Gourgaud

 

 

 

Un article d'Ive Gourgaud sur "la faillite occitaniste" :

 

 

                                     http://christian.esteve.pagesperso-orange.fr/images/alibert.jpg

                                 lou kollabò Louis Alibert

                                foundatour de l'Occitanisme

                                "Mèstre" de l'IEO e dis escolos

                                privados "Calandretas".


 

LA PETITION OCCITANISTE « POUR L’UNITÉ »

 

 

On sait que l’écrivain occitaniste de Montpellier J.-F. Brun a lancé, cet été, une pétiton électronique « pour l’unité de la langue d’oc », pétition dans laquelle les tenants de la pluralité linguistique des terres d’oc sont traités de groupuscules incultes, fossoyeurs de la « langue d’oc ». Rien de moins.



On sait aussi qu’au printemps les occitanistes avaient convoqué à Toulouse une manifestation sur le même sujet, et qu’ils revendiquent une participation plus de 30.000 personnes : « Nous avons réussi le pari des 30000 manifestants », déclarait un des organisateurs, JL Blenet, à La Depêche, édition du 1er avril. Rien de moins.



On pouvait donc s’attendre à une très forte participation pour une pétition qui ne demande qu’une signature internet : raisonnablement, un rythme minimum de 10000 signatures par mois (2500 par semaine, environ 350 par jour) pouvait être attendu, afin d’égaler en 3 mois le nombre des participants revendiqués à la manifestation.

 

 


Voyons donc maintenant les résultats concrets de cette pétition. Nous donnons le temps qu’il a fallu pour récupérer les 500 premières signatures :


n°1 (JF Brun en personne) le 14 août

 


n°500 le 20 août, soit 7 jours pour ce qui aurait dû être fait en un jour et demi, selon le « rythme raisonnable » indiqué ci-dessus.

 


On voit que, dès le début, cette pétition a un rythme très faible de participation : il est bien connu que c’est normalement dans les premiers jours qu’on parvient à mobiliser, et à créer ainsi une dynamique de signature.


Pour les 500 suivantes :

 


n°501 le 20 août, n°1000 le 27 août, soit 8 jours : le rythme s’est encore ralenti ! Ainsi il aura fallu deux semaines pour recueillir 1000 signatures,

alors qu’on aurait dû en recueillir cinq fois plus pour observer le « rythme raisonnable » évoqué plus haut !

 


Pour les 500 suivantes :


n°1001 le 27 août, n°1500 le 5 septembre, soit 10 jours : on voit que le rythme des signatures, très faible au début, ne fait que se ralentir…

 


Mais c’est à partir de là que les choses deviennent vraiment catastrophiques pour les occitanistes : en effet, entre la signature n° 1501 (du 5 septembre) et la n° 2000 (du 10 octobre), il va s’écouler 36 jours !!

 


Pour recueillir 2000 petites signatures (petites au regard de la prétendue mobilisation de Toulouse : elles ne sont que moins de 7% des 30000 manifestants !), il aura fallu 58 jours, près de deux mois !!! A ce rythme de limace, il faudrait deux ans et demi de pétition pour arriver à ces fameux 30.000 !!

 


Mais ce serait déjà inespéré… parce que la chute est à ce jour vertigineuse : pour recueillir CENT nouvelles signatures (du n° 2001 au 2100), il a fallu… DIX-NEUF jours (du 10 au 28 octobre), soit la moyenne extravagante de 5 signatures par jour !!!

 


« Plus on tombe de haut, plus la chute est grande », voilà la première leçon qu’on peut tirer : les occitanistes mettaient de grands espoirs dans cette pétition qu’un apprenti-sorcier, l’ ex-Baile JM Courbet, a essayé de « faire passer » au sein du Félibrige en laissant croire que le Capoulier était consentant. Mais cette misérable manœuvre a échoué lamentablement, le Capoulier et son Clavaire ne s’étant pas laissés tromper.

Un autre proverbe dit que « plus le singe monte haut, plus on voit son cul » : c’est bien ce qui est en train de se passer avec cette petite manœuvre « unitariste », les culs pelés étant à la fois les occitanistes et les quelques félibres qui auront perdu et leur dignité et leur respectabilité dans ce rôle peu glorieux de supplétifs…

 

                                                   Ive Gourgaud le 28 octobre 2012

 

 

  Alan Broc :

 

De sigur lis occitans revendiquèrou d'en primier 15 000 manifestants à Toulouso quand acò'i Mélenchon que li recampè. Guéssi-mèmes, lis occitans, èrou tout-escas tres milo... devenguts trento milo dien lours prouclamacious. Mas curiousomen sou pas più que dous milo à senha lour peticiou en dous mes !

 

Vincent Poudampa :

On n'a pas idée surtout de demander au quidam de se prononcer sur une question scientifique, en l'espèce le caractère "unitaire" de la langue d'oc. Que je sache, on ne voit pas circuler de pétitions intitulées "pour la théorie de la relativité".

On po
urrait concevoir une pétition intitulée "Pour un mouvement unitaire autour du fait d'oc", pétition de principe qui prônerait une unité d'action sur des questions littéraires, de normalisation grammaticale, de politique linguistique, ... Fédérer en somme. Pourquoi pas ? C'était déjà le projet des félibres. Mais dans pareil cas, on ne pétitionne pas, on agit.

Les occitanistes ont de la pétition une drôle de conception : ils s'imaginent qu'en obtenant un certain nombre de signatures, leur vœu va devenir réalité. Ils ont de la manifestation la même conception : il suffirait de rassembler tous les 2 ans un peu de monde à Toulouse ou Carcassonne pour que tout tombe du ciel. Ils possèdent une foi de charbonnier. Ils attendent le deus ex machina.
 

Partager cet article

Repost 0
Published by La Coumpanhio mistralenco - dans actualitat
commenter cet article

commentaires

La Coumpanhio mistralenco 10/11/2012 22:41


Pensan pas que la "grafìo" del farmacian kollabò Louis Alibert siejo milhouro pel lengadouciô que
l'ourtougràfio de la mantenéncio de Lengadò del Felibrige.


Coumo que siejo, la lengo'i morto en Lengadò ouccidentau e li"gents qu'acciptou" la "grafìo"
arcaïsanto sou toùchi de debutants que sabou pas ris de la lengo.


Avet razou  de dire que cado regiou dèu chausi ço que li counvé lou mièl e que vau mai parla de
counfederaciou di païs d'oc que d'aquelo "Occitanie" toutalitàrio que revendico Vichy, vilo toujour francoufono, per simplo noustalgìo del regim de Pétain.

li caminaire liure 10/11/2012 19:55


Pèr nautri , l'unita de la lengo d'o empacho pas que cado pais d'o dèu avé grando liberta per chausi son biais de fa viure la lengo : ansin per ço qu'es de la grafio , pensan que la grafio
mistralenco es bèn ajustado per escriure lou prouvènçau e l'auvergnat mentre que la classico  vau miés per " l'oucitan-lengadoucian "en Miedjour pireneu per eisemple ounte
veseèn qu'es poupulàrio e bèn acetado pèr li ciutadan.


Es acò que nautri aman miés parla de " counfederacioun di pais d'oc " que d'oucitànio o de federacioun , " counfederacioun "que dòumaci sa souplesso pòu permetre fin finalo dins
l'avenidou i manteneire de LA lengo d'o e DI lengo d'o de se recampa per sauva lengo nostro. 


 


 

Presintaciou

  • : Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • : Le blog Mistralenc est la suite du groupe "Info d'oc" mais un blog offre plus de possibilités, notamment d'illustrations.La pratique de Info d'oc a amené à rajouter une rubrique "actualitat" car les abonnés prenaient plaisir à commenter en langue d'oc les sujets chauds.Amm' acò dounc Mistralenc es coumo Info d'oc un endrèit ounde li gents prendou plazi de charra en lengo d'oc.Es animat per li felibres de "La Coumpanhio mistralenco".
  • Contact

Nouste princìpi

UIRIONA EðI SACRA


  La vertat es sagrado


 

Rechercher

Uno citaciou d'un arabe cristiô

« So que retrazi d’uèi al mounde arabe, acò’i l’indigenço de sa counsciéncio mouralo, ço que retrazi à l’Oucident, acò’i sa proupensiou à muda sa counsciéncio mouralo en esplecho de douminaciou. »

 

                                                                                     Amin Ma'alouf

Uno citaciou inteligento

La monarchie, dans notre pays, est franque, elle n'est pas gauloise.

 

                  (Proudhon)

Henri Doniol

Les patois de la Basse-Auvergne, 1878

 

Pagino 20

 

« Si l’accentuation, qui est la prosodie de chaque langue, constitue un signe de race,  la race appartient au patois de la haute Auvergne ; dans ce cas le brivadois est en basse Auvergne le moins éloigné du parler d’autrefois, car il suffit d’ajouter peu de chose à sa prononciation pour le rendre identique au patois cantalien. »