Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 13:29

Anan pas parla de tout ço que i avio, notamen en Prouvenço.

 

Aven ja estudiat dinc un de noùsti tout primiers articles una gramatico prouvençalo 

 http://mistralenc.over-blog.com/article-uno-gramatico-prouven-alo-de-1843-l-interprete-proven-al-64021365.html

 

que se sounavo "L'interprète provençal" e pretendio " "moustra la lengo naciounalo" :

 

 " Aou lio de mi penetra De la lengo prouvençalo Me n'en servi per moustra La lengo natiounalo." 

 

Mas en realitat aquelo metodo de lengo per lis escolo ensenhavo sistematicomen lou prouvençau.

 

Se coumtan qu'aquelo gramatico pareguè en Ate en 1843, Mistral avio tretge ons. Acò'i dounc pas souto soun influéncio que la gramatico pareguè.

 

Acò's interessant de vèire la lengo prouvençalo escrito de l'epoco, ammé las ditoungos souvent escritos "aou, èou, oou",

interessant de vèire que lou prouvençau coumu es uno mescladisso de marsilhés e de roudanenc.

 

Mistral centrarò sa lengo literàrio soubre lou roudanenc, soun parla, qu'es atabé lou que s'entend lou mièl dien lis àutri païs d'oc.

 

Antòni - Blàsi Crousillat èro nascut à Seloun (Salon de Provence) en 1814, sege ons abans Mistral, e escriguè en prouvençau ben abans que Mistral beilèsso un tau prestìgi à la lengo.

 

Vaqui una pèço sèuno que mandè à-n-un curat malaute del pitre (gripo ? plurèsi ? brounchito ? li dis "reparo bèn ta caisso deglenido", acò se dis i gents malautes del pitre.)

 

Que l'ajo mandado  à un capelô provo qu'en Prouvenço la lengo avio gardat mai de prestìgi qu'endacon-mai.

 

Avio dounc vint-o-tres ons e se planhio del rambalh del carnavau.

 

 

 

                            A L'ABAT N.

 

Sènso avé coumo tu la plumo toujour lèsto

Pèr enrega charmants de vers liscs e galois,

A la forço belèu de cava dins ma tèsto,

N'en destouscarai proun quàuqueis uns, noum d'un goi !


 

A jabo n'en auriéu, se falié pas la rimo;

Mai aquelo marriasso arribara souvènt

Que, d'ouro à la cerca ma cervèlo s'escrimo...

Pièi... quand li pènse plus... d'esperelo me vèn.


 

Te dirai que tambèn ma muso bastidano

Amo foueço lei champs e la paz dóu valoun,

E que, se fèsse bèu, anave à ma cabano                 (= se fazio bèl...)

Bousca l'ispiracien luen dóu brut de Seloun.


 

Eici siéu destourba : tambours, fifre e chimbalos

Fan un boucan dóu tron que me desmemourié ;      (= que me desmemouriso)

Car sian ei darriers jours dei gràndei Bacanalos,

Jour d'estrambord, de brafo e de gourrinarié.


 

N'ai pas un moumenet la cabesso tranquillo ;

Un raplòu a passa, passo mai un raplòu...

Uno longo rumour fa reboumbi la vilo,

E ferni lou vitràgi e tremoula lou sòu.


 

Noto que passo pas uno maudicho bando

Que davant moun oustau noun fague soun sabat :

Sus la Plaço en cantant, fau que sauton en brando; ( = chau que saltou ...)

E soun pa'nca partis que n'es mai arriba.

 

 



Li a de masco uno glèumo, e de toùtei lei merços :

De rèis e de paurins, de turcs, de dominòs ;

D'arlequins bigarras de cènt pèços diversos,

Emé de longs bounets coumo an leis astroulòs ;

 

 



De pierrots, de bóumiano e de vièis e de vièios ;

De lanço-flous ournas de fort poulits ribans.

D'ùnei, la ligno en man, fan bada la dragèio ;

Soun embabarouchas dins de làrgei cabans ;


 

S'àusoun veni de luen àn sei crits de machotos ;      ( = crits de nichoulos)

Soun seguis pèr lou vòu deis enfants groumandouns ;

E pertout vounte vien de moulouns de pichotos     ( = pertout ounde venou)

Li métoun lou desordre en jitant d'amendouns.     (= d'amèllos sucrados)


 

N'en vèn que lei prendrias pèr veràiei gavouetos   (= mountanholos prouvençalos)

Emé sei raubos verdo e sei verds caloutouns.

Au souen de la fanfòni en se mandant de couetos

E se tirant lou nas, dànsoun un rigaudoun. (= lou rigaudoun es la danso mountanholo)


 

Vese veni d'eiçato un escabouet d'ibrougnos ;

Pouédoun plus se regi, fan rèn que vareja ;

Toùmboun, pìcoun de piet, se fan milo boudougnos ;

E mai d'un dins la Fouent va se rebateja.


 

Eicito un gros palot de la pu fino grano,

Quand toùtei seis amics soun las, n'en pouédoun plus,

Soulet, jusqu'à la mouert, cres de faire soun crano

En, tout lou jour, bramant e moustrant sei bras nus.


 

N'auriéu pèr te charra jusqu'à la nouvèlo aubo ;

Ai pòu de t'enuja pèr un trop long recit ;

Pièi aquélei tablèus, à de gènts de ta raubo,

Pènse que dévoun pas causa foueço plesi.


 

Adiéu, reparo bèn ta caisso deglenido ;

Manjo bèn, e miès bèu sènso t'entourtiha !..

E vouegues bèn coumta pendènt touto la vido

Pèr un de tei devots Tòni-Blai Crousihat.

 

 

                                         Lou dilun gras, 6 de febrié 1837

 

 

                                             Mistral-Lisant-Calendal.jpg

                                            Crousillat es lou numerot detz. Eici Mistral 

                                 legis "Calendau" à sis amics. Mistral o dounc

                                 quaranto ons e Crousillat, cinquanto-sièi.

 

Lou Coumengés Victor Cazes qu'escriguè en lengo d'o dès abans la naissenço de Mistral merito plô d'èsse citat e li counsagraren un article.

 

D'quel temp qué i avio dien lou Massis Centrau ?

 

                                            la letraduro poupulàrio, lei dito e lei chansous.

 

Vaqui una versiou de nouste turlututu, una versiou lemouzino dicistont que se dis que sario d'ourigino lemouzino.

 

Vezet qu'en lemouzi una pastouro se dis uno bargiro.

 

Aquelo versiou es una versiou de la Crouso :

 

 

Ieu l’autre jour, me proumenave

Tout lou loung dòu turlututu,

Tout lou loung dòu laderiderideto,

Tout lou loung dòu bouissou.

 

Ieu rescountrèi uno bargiro

Tout lou loung dòu turlututu,

Gardavo soû laderiderideto,

Gardavo soû moutous.

 

Ieu li dissèi : « Jinto bargiro,

Tout lou loung dòu turlututu,

Se vendras à laderiderideto

Se vendras ammé iou ? »

 

- Moussu, sèi pas d’aquelos filhos

Tout lou loung dòu turlututu,

Moussu sèi pas laderiderideto,

Moussu sèi pas per vous.

 

Per espousa uno bargiro

Tout lou loung dòu turlututu,

Chau èsse un laderiderideto

Un païsô d’eici.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by La Coumpanhio mistralenco - dans letraduro-ediciou
commenter cet article

commentaires

Presintaciou

  • : Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • : Le blog Mistralenc est la suite du groupe "Info d'oc" mais un blog offre plus de possibilités, notamment d'illustrations.La pratique de Info d'oc a amené à rajouter une rubrique "actualitat" car les abonnés prenaient plaisir à commenter en langue d'oc les sujets chauds.Amm' acò dounc Mistralenc es coumo Info d'oc un endrèit ounde li gents prendou plazi de charra en lengo d'oc.Es animat per li felibres de "La Coumpanhio mistralenco".
  • Contact

Nouste princìpi

UIRIONA EðI SACRA


  La vertat es sagrado


 

Rechercher

Uno citaciou d'un arabe cristiô

« So que retrazi d’uèi al mounde arabe, acò’i l’indigenço de sa counsciéncio mouralo, ço que retrazi à l’Oucident, acò’i sa proupensiou à muda sa counsciéncio mouralo en esplecho de douminaciou. »

 

                                                                                     Amin Ma'alouf

Uno citaciou inteligento

La monarchie, dans notre pays, est franque, elle n'est pas gauloise.

 

                  (Proudhon)

Henri Doniol

Les patois de la Basse-Auvergne, 1878

 

Pagino 20

 

« Si l’accentuation, qui est la prosodie de chaque langue, constitue un signe de race,  la race appartient au patois de la haute Auvergne ; dans ce cas le brivadois est en basse Auvergne le moins éloigné du parler d’autrefois, car il suffit d’ajouter peu de chose à sa prononciation pour le rendre identique au patois cantalien. »