Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 14:07

Monica Papazu 


http://www.rastko.rs/rastko-dk/delo/12363 

 


L'homme qui s'établit et vit dans une certaine région de la terre, baptise cette terre, il donne des noms aux plaines, aux montagnes, aux cours d'eau. Il fait bâtir des villes, des villages, des forteresses et leur donne un nom. Eh bien, il n'y a rien au Kosovo qui ne soit d'origine serbe. 

 


Les Albanais ont beau changer la voyelle finale et appeler le Kosovo « Kosova », le fait reste qu'ils n'ont pas de mot dans leur langue pour nommer la région dont ils se sont emparés. 

 


Le nom dont les Albanais se servent vient du mot serbe « kos » qui signifie « merle », auquel est ajouté le suffixe « -ovo », qui est, lui aussi, serbe. C'est un suffixe qui marque l'appartenance : Le Kosovo veut dire « le pays des merles ». 

 


Les Albanais ont beau écrire Deçan au lieu de Dečani, Dragash au lieu de Dragaš, Gjakova au lieu de Djakovica, Novoberda au lieu de Novo Brdo, Peja au lieu de Peć – tous ces toponymes sont et restent des noms serbes. 

 


Drenica (en albanais Drenicë) veut dire « petit cornouiller » en serbe, mais ne signifie rien en albanais ; 


Suva Reka (en albanais Suhareka) veut dire « fleuve asséché » en serbe, mais n'a aucune signification en albanais ; Novo Brdo signifie « nouvelle montagne » en serbe, et ainsi de suite. 


La seule chose que les Albanais puissent faire, et c'est ce qu'ils ont déjà fait, c'est d'effacer certains noms, quand ceux-ci s'avèrent trop gênants. Le plus embarrassant des noms géographiques du Kosovo est, sans doute, celui de Metohija. La Métochie est la partie occidentale de la région, et le nom, qui vient du grec, signifie « domaine ou terres de l'Eglise ». Le nom de Métochie a été rayé lors de la Constitution yougoslave de 1974, qui octroya au Kosovo une large autonomie, équivalant à la formation d'un Etat dans l'Etat. 

 


La lengo e la preséncio dei glèisos e di moustiers, vaqui ço que definis l’identitat de la regiou. 


La tragèdio del Kossovò remounto à la celèbro batalho de Kosovo Polje : la batalho del Champ di Mèrles (1389). Acò's à parti d'aquel moument que tout chambiarò.

 

 

Les Albanais, qui étaient chrétiens à l'origine, embrasseront, dans leur majorité, la religion des musulmans conquérants. Les Serbes ne le feront pas. Ils seront des « dhimmis », mais des « dhimmis » qui ne se résigneront jamais à la soumission. L'une des grandes révoltes serbes eut lieu à la fin du XVII e siècle. Pour échapper aux exactions des Ottomans, une bonne partie des Serbes du Kosovo-Métochie, avec leur évêque en tête, fuirent la région (c'est ce qu'on appelle « le Grand Exode » de 1690). 

 


Ce fut le moment où l'afflux albanais commença pour de bon. 

 

 

                                           Traveling only under KFOR escort

 

 

 

Vaqui un troç de "La Coumplanhto del Champ di Mèrles", loung pouèmo tradiciounau un pauc coumo "Rolland à Saragossa" en lengo vièlho ou "la Chanson de Roland" en francés.

 

 

                  Tužba od Kosovo-polja 

        La coumplanhto de la Plono di Mèrles

 

 

« Fraire en Diéu, Ivan Kossantić, 
  s’as vist alai l’armado turco, 
  e quont o de souldats ?  
 Se pouden lhuta countro guéssi 
 E ganha la batalho ? » 

 


 Atau respoundè Ivan Kossantić : 
« O fraire Miloš Obilić 
èi vist l’armado turco de mis ueis, 
e sei chourmos sèns noumbre. 
En sau amai se toùti nous mudessan 
Lour merende lou salarion pas… 

 

 

Per que de Sàzlie dusco lou pount vièlh, 
E del pount vièlh fin lou port de Zvechane 
E de Zvechane à la crinco di mounts 
Tout es ple de souldats turcs 
Chaval countro chaval, guerrier countro guerrier ; 
Lours lanços faun ‘na sèuvo 
E lours bandièros faun de gronds nivouls. 
La pluèio à delavàcis 
Arribario pas fin lou sòu. » 

 


Miloš damandè mai : 
« Ivan, moun fraire d’adoupciou, 
Se me diras ount’ es la tendo de Mourat ? 
Vole l’ana trouba 
E lou tua al mié de soun armado. » 

 

… 
« Demô din lou coumbat – i champs di mèrles, 
per lou Diéu pouderous, i sarèi al mati, 
Tuarèi lou souldan Mourat souto sa tendo ; 
li boutarèi lou pè drèit soubre la garganto, 
e, se Diéu vòu, m'en tournarèi 
A Krouševatz per aganta Vouk Branković  (lou trahidour, lou ganèl) 
Per lou lhiga à ma lanço guerrièro 
Coumo una fenno lhigo à sa counoulho lou li gris 
E puèi lou pourtarèi i champs di mèrles. » 

Miloš di pès leugiers s’es be quilhat d’en pè 
O darrier guel, soun fraire d’adoupciou ; 
Passou las palissados de la tendo, 
E vaun i champs di mèrles. 

 


                                Ж 

 

 

 

                              

 

                              En 1904, la mitat sud de la Serbio èro inquèro oucupado

                               per li turcs e chalio uno escorto turco armado per se

                              proutegi di brigands albanés quand on èro anglés.

 

 


Un falcou gris ve de Jerusalèm 
Que té ‘n' aroundo griso. 
Es pas un falcou gris 
Mas lou proufeto Elìo ; 
Acò’s pas uno aroundo 
Mas una letro de la maire de Diéu,  (« Bogoroditza » mot à mot « la 
qu’o fat naisse Diéu) 
E la porto à Lazar i champs di mèrles 
En la leissant toumba su li ginoulhs del prince. 
« Prince Lazar de gèsto ilustro, 
quone reiaume te counvé ? 
lou reiaume loundan del cèu 
ou lou reiaume de la terro ? 
S’acò’i lou reiaume d’aval 
Sèla toun destrier e sàrra-li la sanglo, 
Ourdouno à ti barouns de cenhe lis espasos 
Puèi bourrat su li turcs espóuti lour armado. 
Mas se t'en vos ana al païs celestiau 
I champs di mèrles bastis una glèisio, 
Mas qu’ajo pas de pïazous de maubre 
Mas sedo puro e de drap d’escarlato. 
Fai coumunia touto l’armado 
Adoùba-lo pel coumbat. 
Touto l’armado peirirò, 
E tu Lazar mouriras atabé. » 

 

 

Quand lou prince augiguè aquelo parlicado 
Las pensados revoulumèrou din soun cap : 
« Moun Diéu, qué faire ? que chausi ? 
lou reiaume del cèu ou lou de la terro ? 
Se chauzissi lou reiaume terrèstre 
Sabi coumo lou renhe sarò court. 
Lou reiaume del cèu es per l’eternitat. »

 

 

Lou prince Lazare chauziguè lou reiaume celestiau. 
Bastiguè ‘na glèisio soubre la plono di mèrles. 
Li faguè pas de pïazous de maubre 
Mas de sedo puro e d’escarlato. 
Fo veni lou patriarco serbe 
E doutge avèsques venerats, 
Fo coumunia soun armado adoubado en batalho : 
L’avet prèst à coumbatre li turcs. 


 

A l’ouro del mati – lutz blancho de l’auroro 
De souns estranhs venou del champ di mèrles. 
Las duos armados sou prèsto à coumbatre : 
Se vèi passa, rapides lis eròs. 
Li turcs atacou Kossovò ; 
Mas vaqui li batalhouns menats per Ioug Bogdan 
E si nau filhs, li iougovićs 
Parier nau falcous gris.

 

 
Cadu coumando à milo omes 
E Ioug Bogdan à doutge milo. 
Afrountou li turcs 
Lour aun tuat sèt pashas. 
Cachou lou ueiten 
Mas lou vièlh Ioug Bogdan es tuat, 
Li nau Iougovićs sou tuats, 
Coumo nau falcous gris 
E toutos lours troupos mourissou. 


 

S’avançou lei chourmos di tres Mernyavchevićs, 
Del ban Ouglesh, e del voivode Goiko, 
E darrié guessos lou boun rèi Voukachin. 
Cadu meno tretge milo valents. 
Afrountou li turcs 
E lour aun tuat uèit pashas ; 
Cachou lou nouven 
Mas peirissou dous Mernyavchevićs, 
lou ban Ouglesh e lou voivode Goiko. 
Voukachin es afrousomen mutilat 
Li turcs lou caucou dei batos di chavals 
E toutos las troupos peirissou.

 

 

S’avançou li souldats del valent duc Estève (Stjepan, duc 
d’Herzegouvino) 
E sou noumbrous, sieissanto milo, 
Afrountou li turcs 
E lour aun tuat nau pashas : 
Cachou lou dezen, 
Mas peiris lou duc Estève, ammé toutos sas troupos. 

 


S’avançou li souldats del glourious Lazare. 
Lazare coumando de batalhous serbes, 
Setanto sèt milo omes. 
Li turcs fugissou davant guel i champs di mèrles. 
Lour leisso pas lese de se reprendre : 
S’on poudio vencer li turcs 
Lazare lis aurio vençuts. 

 


A l’oumbro del bounur lou malur prend naissenço : 
Que Diéu maudigo Branković ! 
A la plono di mèrles trahis soun sogre 
E meno doutge milo omes. 
Maudit saio soun genitour ; 
Anatèmo à sa raço e à sa discendéncio ! 
Alèro li turcs vençou Lazare. 
Se vèi toumba lou glourïous Lazare 
E toùti si souldats, setanto sèt milo : 
Sant venerats, brilhou toùti alprès de Diéu.

 

 

                        Ж 

 

 

La princesso Militza anabo dapassou 
Souto li bàrris loungs de Krouševatz la blancho. 
Voukossava e la jinta Mara 
Sou vestidos de li à coustat de lour maire. 
Quand de l’asuei arribo Vladeta 
Al grond galaup de soun chaval rapide 
Tout blonc d’escrumo es lou chaval baiard 
E Militza damondo anciouso : 
« Al noum de Diéu, o voivode del prince, 
toun blanc chaval es ple d’escrumo, 
se venes pas di champs di mèrles, 
e s’as pas vist Lazare moun char prince, 
moun douç senhour, moun senhour e lou tèu ? » 

 


Lou voivode Vladeta li respound : 
« Al noum de Diéu, princesso Militza 
arribi drèit di champs di mèrles 
mas èi pas vist lou glourïous Lazare ; 
èi sounque vist soun blanc destrier 
perseguit per li turcs. 
Lou prince Lazare, moun mèstre, aurò peirit. » 

 

 

Quand Militza la princesso l’augis 
Soubre sa caro roudelou de lagrimos pesugos. 
Damondo al valent voivode : 
« Dìa-m' inquèro, voivode del prince, 
s’as pas vist li nau filhs Iougović, 
e dezen, lour paire Ioug Bogdan ? » 

 


Lou voivode Vladeta li respound : 
« Èi traversat la plono di mèrles, 
èi rescountrat li nau filhs Iougović, 
e dezen, lour paire Ioug Bogdan. 
Erou toùti i champs di mèrles 
Li bras coubèrts de sang fin lis espallos, 
E lours espasos roujos fin la pounhado. 
Loung del jour lours môs s’èrou alassados 
De chapla de turcs à Kosovo-Polje. » 

 


E la princesso Militza dis inquèro : 
« Escoùta-me, voivode del prince 
s’as pas vist ammé guéssi mi dous gendres 
Vouk Branković e Miloš Obilić ? » 

 

 

Lou voivode Vladeta li respound: 
«  En traversant di mèrles la plono 
mis ueis sou toumbats soubre Miloš Obilić. 
Ero aqui i champs di mèrles, 
S’apiejabo à sa lanço estrouçado : 
Din lou coumbat s’èro coupado. 
Crezi sabér qu’agaro es mort. 
Mas èi pas avisat Branković. 
Que fugisso lou clarum del jour ! 
O trahit lou glourïous Lazare, 
O trahit moun senhour e lou tèu ! » 

 


Lou voivode parlabo quand Miloutin, 
Lou sirvent, aparèis davant guéssi, 
Din sa mô gaucho porto sa mô drèito, 
O soubre guel dez-o-sèt nafros roujos ; 
Soun bou chaval regoulejo de sang.

 

 

E la princesso Militza lou davalo 
E lou lavo ammé d’aigo lindo 
E li voujo de vi clar e vermelh. 
Quand Miloutin o représ un pauc de joto 
La dono li damando à souto-voutz : 
« O sirvent ! coùnta, t'en prègui 
ount’ es mort lou glourïous Lazare ? 
Ounde sou morts li fraires Iougović ? 
Ount’ es mort lour paire Ioug Bogdan ? 
Ount’ es mort Miloš lou voivode ? 
Ount’ es mort lou filh de Strakhìnia ? 
E Branković, coùnta ço qu’o fat ? »

 

 

E Miloutin d’una voutz esmougudo : 
« Toùti sou demourats, princesso al champ di mèrles 
ount’ es mort lou glourïous Lazare, 
ounde tant de lanços sou estados coupados, 
lanço asclados, lanços turcos e serbos, 
mès mai de serbos, mèstro, que de turcos 
en aparant lour prince, lour senhour, 
noste senhour, lou glourïous Lazare. 
Per lou vièlh Ioug, ma mèstro, o peirit, 
À la debuto al fioc de la batalho 
E morts també li uèit filhs Iougović : 
Pas cap o pas vóugut abandouna soun fraire 
Tant de temp qu’un de guéssi ‘nquèro viscario. 
Boško, quilhat inquèro à ma partenço, 
Sa bandièro oundejant soubre la plono 
Assoutabo li turcs coumo on fo d’un troupèl, 
Coumo lou falcou gris que chasso lei couloumbos.

 

 

 Mas guel també, crezi, sarò toumbat, 
E toumbat à soun tour es lou filh de Strakhìnia, 
Din lou sang rouje que li mounto i ginoulhs. 
E puèi Miloš, oh mestresso, es toumbat 
Din li prats věrds loung de la Sinitza, 
e forço turcs sou toumbats près de guel. 
Miloš avio tuat lou tsar Mourat, 
Lou tsar Mourat e doutge milo turcs. 

 

 

Que Diéu garde li que l’aun engendrat 
E soun noum benezit per li cors serbes, 
Que saio per toujour glourïous e chantat 
E Kosovo Polje gardarò sa memòrio. 
Mès Vouk, silénci soubre guel ! 
Que lou tagu raquèsso sa despoulho ! 
O desoundrat la glòrio del noum serbe, 
En trahissent soun prince al champ di mèrles ! 

 

 

        Revirat en lengo d’o ammé lis ueis ples de lagrimos 
          per Alan Broc, felibre d’Auvernho

                              en decembre 2007 




 

Partager cet article

Repost 0
Published by La Coumpanhio mistralenco
commenter cet article

commentaires

Presintaciou

  • : Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • : Le blog Mistralenc est la suite du groupe "Info d'oc" mais un blog offre plus de possibilités, notamment d'illustrations.La pratique de Info d'oc a amené à rajouter une rubrique "actualitat" car les abonnés prenaient plaisir à commenter en langue d'oc les sujets chauds.Amm' acò dounc Mistralenc es coumo Info d'oc un endrèit ounde li gents prendou plazi de charra en lengo d'oc.Es animat per li felibres de "La Coumpanhio mistralenco".
  • Contact

Nouste princìpi

UIRIONA EðI SACRA


  La vertat es sagrado


 

Rechercher

Uno citaciou d'un arabe cristiô

« So que retrazi d’uèi al mounde arabe, acò’i l’indigenço de sa counsciéncio mouralo, ço que retrazi à l’Oucident, acò’i sa proupensiou à muda sa counsciéncio mouralo en esplecho de douminaciou. »

 

                                                                                     Amin Ma'alouf

Uno citaciou inteligento

La monarchie, dans notre pays, est franque, elle n'est pas gauloise.

 

                  (Proudhon)

Henri Doniol

Les patois de la Basse-Auvergne, 1878

 

Pagino 20

 

« Si l’accentuation, qui est la prosodie de chaque langue, constitue un signe de race,  la race appartient au patois de la haute Auvergne ; dans ce cas le brivadois est en basse Auvergne le moins éloigné du parler d’autrefois, car il suffit d’ajouter peu de chose à sa prononciation pour le rendre identique au patois cantalien. »