Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 18:31

Vaqui un tèste lengodouciô del sègle XVI qu'un auvirnhat pot legi sèns dificultat.



L'autour se souno Augier Galhard, de R
abastens.  Èro proutestant e passè touto sa vido à faire la guerro i catouliques, ço que l'empacho pas de faire aquelo remoustranço i souldats e de lour demoustra que fariou mièl de faire chicon mai.

 

 

                             DEMOUSTRANSO


Als souldats del mal que fan à la guerro e del mal qu’els y endurou, et que cal oubei al Rey.


Abets visto, souldats, aquelo demoustranso

Que tantost èy trameso al noble rey de Franso,

Que parlo quauque pauc countro tous lous souldats

Et countro touts aquels que vous an coumandats !

Mas ieu vous asseguri et vous podi proumetre

Que lou dèime del mal ieu n’ey pas voulgut metre :

Per so qu’al noble rey, coumo lou mounde sap,

Ieu nou vouldrio jamai douna ly mal de cap ;

Mas countat soulamen ly n’ey uno partido,

Ly disen qu’à la guerro on ten mayssanto vido,

Et qu’on lou prègo fort de nous douna la pax :

So que’l boun rey a fach, per tal que vous, souldats,

Nou fascats pus de guerro en soun rialme de Franso,

Mas qu’el vol que viscats touts en asseguranso.

Aytal darrieyromen s’acourdèc à Coutras :

Vibets dounc autromen que n’abets d’aici entras,

O autromen, souldats, el vous cal touts entendre

Que lou rey peys aprèp enten de s’en fa crendre ;

Car gens de be m’an dich que pus el n’enten gez

Qu’on mange ses paga la poulo sul pagez.

Et d’autro part el a facho fa uno crido

Que cap pus de souldat, à peno de la vido,

Sio papisto, s’enten, o de la religiou,

N’agio pus à leba cap de countribuciou.

Cresets lou dounc, souldats, quittats aquelo guerro

Qu’a tantis fa trayna lou ventre per la terro.

Fasets dounc so qu’el vol ; car la sio Majestat

Enten que cadun sio remez en soun estat.

Se la pax es gardado, aytal coumo l’on penso,

N’agiats poun pensamen de gagnia la despenso,

Et viourets, segoun Diou, pus hounourablomen ;

Car à la guerro on viou fort miserablomen.

La vido del bestial es bel-cop pus hurouso

Que n’es la del souldat am sa bèlo arcabouso ;

Car lou bestial repauso al-mens touto la nèch,

Et vous autres, quand cal que vous metets al lèch,

Vous cal ana fica dessus qualque murailho,

Que vous countentariats d’uno pauco de pailho

Per metre joust lou cap, que nou n’abets bouci,

Que souben d’uno peyro el vous cal fa couyssi ;

Et quand deuriats dourmi vous cal fa sentinèlo;

Amai quasi toutjour vous cal èstre en cerbèlo

Afi d’èstre tout prèst, per tal d’ana ’l coumbat

Quand la troumpeto souno, o se’l tambouri bat

L’alarmo per ana escala la murailho,

O s’el souno à l’assaut o per douna batailho.

Se la troumpeto souno, o vostre tambouri,

Vous cal ana pertout quand vous deuriatz mouri ;

Car, tout incountinen qu’abets preso la mostro,

Vous autres èts soujets, la vido n’es pus vostro.

Et per sèt frans lou mes, souben voulgats o nou,

Vous cal ana debant la gòrgio d’un canou,

Amai à la mercez de milo arcabouzados,

Quand cal ana douna assaut o escalados,

Et se’l desastre vol que l’on sio repoussat,

Lous paures souldats morts emplissou lou foussat,

Et lous autres blassats per cos et per las queyssos

O roto qualque cambo o quelque bras, e peyssos 

Lour cal pourta uno crosso o dos per un lounc tens,

Et d’à vegados sou per toutjour impoutens ;

Que se n’an de mouyens o qualque boun amic

Lour cal debant las gens fa lou mièch crucific.

Dejoust lou cèl n’a poun vido tant mal-hurouso

Coumo la del souldat, ni de pus dangeyrouso.

Encaros vous fachats, se pot èstre, belèu,

Et disets que la pax es vengudo trop lèu ?

Vous autres mounstrats be que lou diables vous meno,

Car lou Rey fa la pax per vous tira de peno,

Per tal que dourmiscats ses crento en vostre lièch ;

Recounoyssets lou dounc quan fa vostre proufièch !

Cresets-lou : laissats touts la guerro mal-hurouso,

Fasets touts coumo mi, vendets vostro arcabouso.

Ieu souy estat souldat, mas aros nou souy ges,

Per so que nous fasian trop de mal sul pagés.

En loc de douna argen quand lour be l’on mangiabo

Calio qu’els nou brallèssou, o be l’on lous pengiabo :

Per acò l’arcabouzo amai lous fournimens,

Vendèri per croumpa un jour de ferramens.

Ieu voli tourna fa, coumo fasio, carretos :

Ieu souy trop las d’aussi tambouris et troumpetos ;

Ieu souy las de vesé tantis de brullamens

Amai d’aussi parla de tant de violamens :

Ieu souy las de vesé tantos persounos mortos

Et veyre fa de mal de mai de milo sortos.

So que fort pla bastit abiou nostres augiols,

L’on vech aros brulla à qualques fats et fols.

Encaros que la guerro un autre cop rebengo,

S’ieu y vau jamai pus qu’on me coupe la lengo.

A la guerro jamai non voli pus tourna,

Jamai al grat de touts on nou sap camina.

Quand ieu èro en renc, disiou : Marcho la tèsto !

Et tout incontinen : Halto, souldats, arrèsto !

Peys cridabou : Lonc-bois ! Quant et quant : Sarrez-vous !

Vous vesiats be, souldats, qu’on se risio de vous ?

Et nous autres toutjour gagnaben la victorio,

Et peyssos un tout soul ne pourtavo la glorio,

Encaros qu’el n’y fous ; car el me soubé pla

Qu’un jour nous uno vilo anéren escala,

Que lou que nous menabo èro lèn de la vilo,

Quand nous daben dedins, à de passes dous milo ;

Amai peys se vantèc qu’el abio pres lou fort,

Et de nostre butin el nous fèc un grand tort.

Talo fayssoun de fa ieu troubabo fachouso

Que per acò ieu ey vendudo l’arcabouso,

Perso que lous butins n’èrou pla despartits.

Toutjour lous gràndis cos deborou lous petits :

Et d’autro part, souldats, lou noble rey ourdouno

Que tout viscan en pax, et pèys el nous perdouno

Tout lou mal qu’abèn fach, coumo toutis vesèn.

Sèn pas nous de poultrouns, se touts nou lou cresèn ?

Per acò quiten dounc armos e gibelinos,

Nou fascan pus la guerro à las pauros galinos ;

Nou fascan pus leba las gens aytal la nèch.

Souben touts englagiats lous tiraben del lèch

Car ieu tout englagiat lou gipou me causabo,

Et las caussos vestio, que de l’englatgiamen

Ieu nou me sabio pas vesti l’acoutromen.

Ieu ey vistes de fats en moun tens mai de trento

Que disiou que jamai n’aguèrou cap de crento ;

Mas elis n’an pas dounc à la palmo jougat 

Ni mai cap de mousquet n’an am lous dets moucat ?

A la palmo, coumbé qu’on agio boun couratge

On a crentou toutjour desl èls ou del visatge ;

Et se voulets mouca un mousquet am lous dets

Toutjour vous aurets paur que nou vous escaudets.

Et toutis lous qu’an dich que n’an pas jamai crento

An cagat dous cent cox o cent, que ieu nou mento,

Dins las caussos de paur, et volou dire aici

Que jamai elis paur n’an agudo bouci !

Mas elis an mentit, car l’on nou sap gindarmo

Qu’el nou tremble de paur quand on souno l’alarmo.

Per acò m’es tout u, ieu lous laissi vanta ;

Tout es, souldats, que’l rey el nous cal countenta,

Que nous viscan en pax aytal coumo coumando,

Lou boun rey autro causo à nous el nou demando :

Fasen dounc so qu’el vol, et ieu li vau manda

Qu’el nous perdoune touts, qu’on se vol esmenda.




 

Partager cet article

Repost 0
Published by La Coumpanhio mistralenco - dans escrivans
commenter cet article

commentaires

pep 02/01/2015 22:39


Espero que no et faci res si escric en catala (pero sense accents!)


Un text interessant, efectivament. Mes que no pas la (poca) variacio diacronica, el que sorpren de la llengua d oc (o llengues d oc en plural, tant se val) , es la (relativament poca) variacio
diatopica, i mes tenint en compte que alguns dels canvis (com el tancament de la "a" en "o" al 90% del territori) es van produir passada l epoca d unitat.... Un veritable misteri de la
linguistica per mi....


 


Salutacions


 

La Coumpanhio mistralenco 03/01/2015 17:09



La lengo'i d'Oc es pas jamai estado unido à la modo franceso ou à la modo espanholo.

La lengo di troubadours hou èro pas toutalomen e èro artificialo e arcaïco puèi que gardavo las declinasous que la lengo poupulàrio avio abandounados.

Al sègle XVI en vertat la lengo'i mai unido qu'à l'Atge Mejan. Lou passatge de "a" à "o" s'es pas fat soubre 90% del territòri puèi que lou Bas-Lemouzi gardo lou "a" amm' un tèrs de la
Nalto-Auvernho, una mitat del Velai...

Es pas misterious, en Lengadò l'articulaciou se desplacè vel davont e lou "a" passè à "ë" puèi l'articulaciou requioulè e cò faguè "o".

En Auvernho, ounde se faguè lou passatge fouguè dirèct de "a" à "o".

L'esplicaciou n'es qu'avan pas de masculi en "o".

L'Espanhòu es be fourçat de garda de "a" clars al femini.

Lou Pourtugués s'es permés de chambia sis "a" en "ë" puèi que si masculis sou passat en "ou".
 

Parièromen nousàutri deïn li païs d'Oc avan de masculis que faun pas counfusiou amai se lou "a" passo à "o", d'eitont que nourmalomen aquel "O" es entremié "o" e "a".

Sou li neo-parlaires que faun un "o" plô redound. 



Presintaciou

  • : Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • : Le blog Mistralenc est la suite du groupe "Info d'oc" mais un blog offre plus de possibilités, notamment d'illustrations.La pratique de Info d'oc a amené à rajouter une rubrique "actualitat" car les abonnés prenaient plaisir à commenter en langue d'oc les sujets chauds.Amm' acò dounc Mistralenc es coumo Info d'oc un endrèit ounde li gents prendou plazi de charra en lengo d'oc.Es animat per li felibres de "La Coumpanhio mistralenco".
  • Contact

Nouste princìpi

UIRIONA EðI SACRA


  La vertat es sagrado


 

Rechercher

Uno citaciou d'un arabe cristiô

« So que retrazi d’uèi al mounde arabe, acò’i l’indigenço de sa counsciéncio mouralo, ço que retrazi à l’Oucident, acò’i sa proupensiou à muda sa counsciéncio mouralo en esplecho de douminaciou. »

 

                                                                                     Amin Ma'alouf

Uno citaciou inteligento

La monarchie, dans notre pays, est franque, elle n'est pas gauloise.

 

                  (Proudhon)

Henri Doniol

Les patois de la Basse-Auvergne, 1878

 

Pagino 20

 

« Si l’accentuation, qui est la prosodie de chaque langue, constitue un signe de race,  la race appartient au patois de la haute Auvergne ; dans ce cas le brivadois est en basse Auvergne le moins éloigné du parler d’autrefois, car il suffit d’ajouter peu de chose à sa prononciation pour le rendre identique au patois cantalien. »