Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 21:05

                                                   par Yves Gourgaud

 

 

De qui se moquent les occitans
quand ils prétendent que la lettre (o) pour marquer le son [ou] est traditionnelle alors que la graphie (ou), qu’emploient les mistraliens, serait un emprunt tardif au français, et donc contribuerait à « patoiser » notre langue ?

Déjà le savant Joseph Anglade, dans sa Grammaire de l’Ancien Provençal qui date de 1921, faisait remarquer, page 78, qu’on trouve déjà cette graphie (ou) au XIVe siècle :

« Dans la Vida de Sant Honorat (début du XIVe siècle) on trouve « voutz », « croutz ». Dans les Joies du Gai Savoir qui sont du XIVe et du XVe siècle, les formes en (ou) ne sont pas rares »

Ces remarques, importantes en elles-mêmes, laissent déjà supposer que la graphie (ou) apparaît tôt dans les textes littéraires ; les occitanistes cependant ont eu beau jeu de prétendre qu’en tout état de cause il s’agissait au XIVe siècle de formes isolées portant sur un nombre restreint de mots : en bref, ces (ou) seraient des exceptions dans un océan de formes en (o). Or voici qu’un texte apporte un démenti formel et cinglant à cette fable occitaniste :


                          Proclamationes factae apud Castrum de Alberco
 

Texte extrêmement précieux et révélateur de l’état de la langue réelle, puisqu’il s’agit d’un document administratif qui a le double avantage d’être long (pages 92 à 96 des Archives Gévaudanaises 1906-21, consultables sur le site GALLICA) et daté très précisément : 10 juin 1319. Donc du tout début du XIVe siècle. Ce texte était destiné à être proclamé, donc à être compris à l’oral.

Texte qui, malgré son titre latin, est presque entièrement en langue d’oc et qui de plus se situe à la limite des parlers auvergnats et cévenols : le Castrum de Alberco c’est Laubert, dans le canton de Châteauneuf-de-Randon, en Lozère.

Que voyons-nous dans ce texte ? Une MULTITUDE de mots graphiés avec (ou) ! Qu’on en juge (le nombre entre parenthèse est celui des occurrences) :
(page 92)
ounerat (1)
conditiou (3)
pourtar (1)
sous (5)
tournes (5)
vous (1)
bernous [= verenous] (1)

Dans la page 92, en 20 lignes on trouve donc 17 fois la graphie (ou) pour 7 mots différents : 1 verbe, 1 nom, 2 adjectifs, 1 préposition, 1 pronom et un participe passé, soit la quasi-totalité des catégories grammaticales !

(page 93)
vous (6)
conditiou (6)
juridictiou (3)
sous (7)
tournes (5)
jouis (1)
ou prép. (3)
ou pronom neutre (1)
poussessious (1) et possessious (1)
counils (1)
accoustumadas (1)
erou (1)
congregatious (1)

Page 93 : 38 graphies (ou)
Nous avons mis en gras les 9 mots nouveaux : 4 noms, tant abstraits (juridictiou) que concrets (counil) ; 1 adjectif-participe passé ; une préposition ; un pronom personnel ; 2 verbes conjugués, avec ce remarquable (erou) qui reproduit, au début du XIVe siècle (en plein Moyen-Age) notre forme moderne (èrou) que les occitans écrivent, eux, … (èran).

(page 94)
sous (6)
tournes (4)
vous (6)
juridictiou (4)
conditiou (6)
Diou (1)
poustel (1)
coumendadas (1)
jour (1)
four (1)
lou (1) et lous (2)
sounadas (1)
pourtar (1)
descouvert (1)
pouirian (1)
deteriauratiou (1)

Page 94: 39 graphies (ou). Parmi les nouveautés, on notera un mot comme Diou (qui entre dans la série des mots dont la finale diphtonguée est notée (-iou), cf. Juridictiou, conditiou…

Des mots aussi courants que (jour) et (four), que nos ânes bâtés occitanistes persistent à écrire (jorn) et (forn) !!

Surtout, la preuve que les articles écrits (lou) et (lous) sont des réalités de notre langue dès 1319. Preuve renforcée par L’ABSENCE DES FORMES (lo) et (los) : la graphie mistralienne est bien, ici, traditionnelle puisqu’elle remonte au début du XIVe siècle !

Les Cévenols noteront avec intérêt le mot (deteriauratiou), avec la diphtongue prétonique (au) qui remplace le (o/ou) attendu. Dans la langue actuelle, on trouve des formes comme (aulivo) ou (aumenen) « olive », « humain »


(page 95 et dernière, la 96 étant en latin)
sous (9)
tournes (8)
vous (7)
conditiou (6)
ou, pronom neutre (1)
jours (2)
lou (3) et lous (1)
oustal (2)
accoustumat (1)
counouscha (1)
counegut (1)
pouirian (1) et pourian (1)


Page 95 : 44 graphies en (ou).



Parmi les mots nouveaux, (oustal) confirme, avec (jour), (four) et surtout (lou/lous) que notre graphie mistralienne, si simple à lire et à écrire, est aussi LA graphie traditionnelle qui a, et de loin, la plus longue lignée puisqu’on la retrouve écrite sans discontinuité aucune du XIVe au XXIe siècle ! Mistral a su, on le voit, allier tradition et modernité.
La graphie dite « occitane », elle, était déjà en pleine déconfiture vers 1319, ce qui veut dire qu’elle avait commencé bien plus tôt sa décadence, certainement au XIIIe siècle. Pourtant, quand on leur dit qu’elle est « archaïque », les occitans se dressent sur leurs ergots et crient au scandale.


De qui se moquent-ils ? De nous ou de notre langue ?


                              Yves Gourgaud, février 2013


Texte libre de tout droit, à réutiliser comme bon vous semble et sans avoir nul besoin de me citer !

Partager cet article

Repost 0
Published by La Coumpanhio mistralenco - dans lengo
commenter cet article

commentaires

Buy Facebook likes 07/03/2015 12:32

wow this good but ,I like your post and good pics may be any peoples not like because defrent mind all poeple ,

Philippe Martel 12/02/2013 22:09


Il s'agir visiblement de cridas, c'est à dire de textes de règlementations communale qui sont reproduits tels quels de génération en génération, jusqu'au  XVIIe siècle dans certaines
régions. La vraie question n'est donc pas celle de la date attribuée au document original, mais celle de la copie. On a le même cas avec le Livre de l'épervier de Millau, copie établie en 1668 de
documents du XIVe, où le scribe a naturellement modernisé, de son point de vue, la graphie de documents originaux qui sinon, toujours de son point de vue, auraient été incompréhensibles, donc
inutilisables par les autorités de la ville en son temps. Bref, tout ceci ne prouve strictement rien. IL est tout à fait possible que les gens du XIVe aient déjà prononcé  "jour", il n'en
demeure pas moins qu'ils ont continué à écrire "jorn" jusqu'au XVIe, parce que c'est comme ça qu'ils avaient appris à écrire. 

La Coumpanhio mistralenco 13/02/2013 14:52



Nou. Ive Gourgaud parlo de la dato de la còpio qu'es be del coumençomen del sègle XIV.

Vous avez raison sur un point, un seul : il est certain que des notaires ont écrit "jorn" ce qui se prononçait "jour", c'est à dire qu'ils ont écrit volontairement une forme archaïque pour faire
plus noble, de même qu'ils s'entêtaient à mettre le titre, le début et la fin en latin. Ils ont même gardé cette forme archaïque jusqu'au XVIème siècle alors que les municipalités écrivaient
"jour" depuis deux cents ans.


Les formes en OU sont beaucoup plus anciennes que vous ne voulez le reconnaître. D'ailleurs il était rare qu'on recopie in extenso un document aussi long.

Voici le commentaire d'Alan Broc sur la charte templière de Monsaunès, paru sur Marsyas2.
Monsaunès est en Haute-Garonne gasconne.

Vous constaterez que le OU à la tonique est très fréquent dès le début du XIVème siècle, donc bien avant d'être utilisé comme tel en français.

"Fetivomen quand lou coumte de Coumenge autrejè un « encartament » à 



« la biela de Sant-Gaudens » boutè un preambul en lati, mas touto la rèsto èro en lengo d’o. 


Dien aquel « encartament » de Mountsaunès li templiers escriguèrou tout en lati, per qu’un templier d’uno auto naciou pouguèsso legi. Mas pels abitants de
Mountsaunès n'en faguèrou també una versiou en lengo d’oc. 


Al sègle XIV, coumo la lengo avio prou chambiat. N’en faguèrou una versiou moudernisado. 


Al sègle XV, apoundèrou à-n-aquelo versiou, devengudo parcialomen arcaïco, de troçs vïrats en parla del sègle Quinge. 


Aven dounc tres versious e miech, uno latino, duoi prouvençalos coumpletos e d’apoundous à la segoundo versiou prouvençalo en lengo del sègle XV. 


                      UNA LENGO POUPULARIO DIFERENTO DE LA LENGO NALTO 


La lengo del sègle XIII es forço arcaïco, mès pas tant que la lengo di troubadours. Es interessant de veire que la declinasou es coupletomen residualo mentre que li troubadours la
pratïcou nourmalomen. 


Acò mostro un cop de mai que lou Rouergat Durant de Gros avio razou de supausa que i avio una lengo refinado e una lengo poupulàrio. La lengo poupulàrio de Mountsaunès al sègle
XIII es gaire-bé sèns declinasous. 


Vezen dounc que li troubadours escriviou una lengo refinado, « nalto », diferento de la lengo parlado à lour epoco. (un pauc coumo li Grècs countunièrou d’utilisa lou datiéu
à l’escrit pendent 800 ons après qu’ajo disparegut de la lengo parlado.) 


Es pamen forço arcaïco, ammé de formos coumo « altre » en lioc de « autre ». Sabi que se dis « altre » dinc uno bouno part del Rouergue e loucalomen en
Givoudan e en Auvernho, mas à Moutsaunès acò espanto un pauc. Supausi qu’es un calque del lati « alterum ». 


Daiours, aquelo versiou d’oc gardo de mots latis coumo « quoniam ». (« çai-après » « puèi que ») 


De cops la sintàssi es uno simple calque de la sintàssi latino. 


Aquelo primièro versiou d’oc me fai coumprendre d’ount’ es vengudo la legendo oucitanisto d’uno « koinè » medievalo. 


Coumo lis oucitanisto aun pas jamai pougut naseja vertadièromen en deforo del sud-oèst, lour couneissenço di doucuments es limitado i doucuments lengadouciôs oucidentaus e
gascous. 


Digan cossé que la famouso koinè dis oucitans es pas atestado en Auvernho ni en Prouvenço. 


Aro aquelo versiou pot pareisse lengadouciano per mant-uno razou : 


Saben que lou H gascou s’escriguè F durant loungtemp dicistont que toùti dous èrou à l’ourigino d’èfos bilabialos coumo en japounés. (Acò vòu dïre que se fazio l’èfo ammé las duoi
potos, mentre que d’uèi lou fazèn, lou sou, ammé la poto de l’en bas e li caissaus de sus.) 


Sabi pas persounalomen quouro coumencèrou lei voucalisacious gascounos : aute, oustau… mas aquelo lengo lei recounèis pas. S’acò vòu dire que lou parla chausit sario un parla
« referenciau » diferent del parla loucau ou s’acò vòu dïre simplomen que la voucalisaciou èro 
pas noutado ? (Chas li troubadours en generau l’es pas. Mas quand aun besou de rima ammé « Sant-Pau » se gèinou pas per escrieure « fanau, espitau… » dounc
lei voucalisacious sou ancianos.) 


Coumo la counjugasou del Coumenge es lengadouciano e pas tipicomen gascouno, pouden pas nous apieja soubre lei counjugasous per sabér. 


So qu’es sigur es que Mountsauès (« Mounsaunes » dien li tèstes dis encartomens) es un airau ounde l’article se dïs « ed, ech, ej’ » e « era » al
singulier e « ez, eras, erai » al plurau.  (ed pai, ej ous, ech huèc, era vilo, erai hennos) (auvirnhat : lou paire, l’ourse, lou fioc, la vïlo, lei fennos). 


Li tres tèstes d’oc portou soulomen « lo » e « los ». 
L’avio ja remarcat dien d’àutri tèstes de la Pireneios. 


L’article es be dounc fourastier. Eici pouden n’èsse sigurs, i o una formo escrito de la lengo « nalto » que remplaço una formo poupulàrio. 


Chau èsse ounèste e dïre que dien tout lou Coumenge, lou quite Cousserans, se dïs també de cops que i o « le » e « les », mès pas jamai « la, las ». 


Tant i o, lei formos « lo, los » sou fourastièros. 


Chau remarca e cò’i forço impourtant que lou tèste del sègle XIV destrìo l’article « lo, los » del prounoum qu’es « lou, lous ». 


Atau : « lous que voldran cambia » remplaço « los que voldran cambiar ». 


Acò nous indïco claromen qu’al sègle XIV i avio bessai de O atones que se prounounciavou /OU/ - amai inquèro acò'i pas sigur, se poudiou dire /O/ barrat coumo à Sant-Flour Murat e Massiac dien
lou Cantau, mas que toùti li O touniques se diziou O. 


Atau entre lou sègle XIII e lou sègle XIV on passo de « Totz » à  « Toutz ». 


 


                DIFERENCIOS ENTRE LAS TRES VERSIOUS D’OC 


En passant de la primièro versiou (s. XIII) à la segoundo (s. XIV) on passo dei formos « altre, alt, hostal » ei formos « aut®e, aut, ostau ». 


On passo dis infinitiéus « cambiar, laurar, venir  » is infinitieus « cambia, laura, veni ». 


On passo de « totz, los, jorn » à « toutz, lous, jour ». 


La finalo –OR, de « senhor, onor »… se manté. 


Toutos las versious dizou : « lo cami, lo pa, lo lendoma, lo vezi ». 
(Acò’i la formo del Cousserans) 


 


                                       DEL SEGLE XIV AL SEGLE XV 


Lou tèste del sègle XV es en fait quauques paragrafes revïrats, cado tres ou quatre paginos. 
Vau pas releva pel menut toutos las diferéncios, sounque lei que saltou is ueis. 


Dien toùti li paragrafes del sègle XIV revïrats en lengo del sègle XV, lou –A atone finau deve –E : « deuenguda » devé « debengude ». 


Acò’s interessant per qu'à Mountsaunès se dïs –O d’uèi : 
« debengudo ». 


Pensi pas qu’acò saio una formo fourastièro mas que certanos regious – pas l’Auvernho – passèrou de –A à –O en passant per –E. 


Las pèços de teatre lei mai vièlhos que jougabou à Beziers lou jour de l’Ascensiou portou –E mai que –O, puèi d’autros mai recentos portou –O à egalitat ammé –E, puèi –O soulo
demoro. 


Èi pres l’esemple de « deuenguda » devengut « debengude » per moustra també un aute fenoumene. 


Lou U anciô (qu’es un V minuscul de sigur) es remplaçat prou souvent per B, pas sistematicomen. 


Aqui, on se pot damanda quone èro lou sabér del moudernisatour, ou de si legèires. Fetivomen leisso li V (majusculs) dien sa versiou nouvèlo e chàmbio la maje-part di U en B. 


Acò leisso pensa que guel, ou si legèires, sabiou pas mai que U es V minuscul. 


Pamen escriéu inquèro V dien li mots que dèu couneisse per escrit. 


                                                   
COUNCLUSIOU 


Rapelessan qu’à-n-aquessos epocos i o pas de tèstes administratiéus francés, sounque quauques rares doucuments entre lou rèi e li nobles. 


Nousto charo lengo d’oc èro una lengo administratïvo nourmalo."




 




Presintaciou

  • : Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • : Le blog Mistralenc est la suite du groupe "Info d'oc" mais un blog offre plus de possibilités, notamment d'illustrations.La pratique de Info d'oc a amené à rajouter une rubrique "actualitat" car les abonnés prenaient plaisir à commenter en langue d'oc les sujets chauds.Amm' acò dounc Mistralenc es coumo Info d'oc un endrèit ounde li gents prendou plazi de charra en lengo d'oc.Es animat per li felibres de "La Coumpanhio mistralenco".
  • Contact

Nouste princìpi

UIRIONA EðI SACRA


  La vertat es sagrado


 

Rechercher

Uno citaciou d'un arabe cristiô

« So que retrazi d’uèi al mounde arabe, acò’i l’indigenço de sa counsciéncio mouralo, ço que retrazi à l’Oucident, acò’i sa proupensiou à muda sa counsciéncio mouralo en esplecho de douminaciou. »

 

                                                                                     Amin Ma'alouf

Uno citaciou inteligento

La monarchie, dans notre pays, est franque, elle n'est pas gauloise.

 

                  (Proudhon)

Henri Doniol

Les patois de la Basse-Auvergne, 1878

 

Pagino 20

 

« Si l’accentuation, qui est la prosodie de chaque langue, constitue un signe de race,  la race appartient au patois de la haute Auvergne ; dans ce cas le brivadois est en basse Auvergne le moins éloigné du parler d’autrefois, car il suffit d’ajouter peu de chose à sa prononciation pour le rendre identique au patois cantalien. »