Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 17:30

                                                     par Alan Broc

 

 

La questiou pot parèisse segoundàrio mas per ma part sèi plô geinat quand dinc un tèste prouvençau vézi parèisse lou noum "Rémi Venture" ou dinc un tèste auvirnhat  "Arsène Vermenouze".

En fait, per tont que sàiou franchimand aquéssi dous noums de batisme me gèinou pas puèi que s'integrou à nousto founetico, mas prounouncia /vénturé/ e "/vérménouzé/ m'embèstio.

Counsidèri dounc que dinc un tèste en lengo d'oc se dèu escriéure "Roumié Venturo" e "Arsèni Vermenouzo". 

 

     http://idata.over-blog.com/4/18/98/52/Arsene_Vermenouze.gif        http://sphotos-e.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-prn1/540025_3193802296077_1863231426_n.jpg

 

On me dira que dans ces deux noms la différence entre le français et la langue d'oc est minime et qu'aucun des deux auteurs ne peut être gêné. Problème il y a lorsque le nom officiel français est très différent du nom en écriture d'oc.


 

 

                          LES PRENOMS / LI NOUMS DE BATISME

 

 

Là, je suis pour faire comme les Hongrois qui dans leur journal Népszabadsàg (la lhibertat del poble) appellent notre président Hollande Ferenc Ùr, soit Hollande Féréntz Monsieur.

 

Donc, non seulement ils respectent l'ordre hongrois des mots mais ils donnent à tout le monde le prénom hongrois correspondant. Ainsi le patineur (lou resquilhaire en oc) Philippe Candeloro était-il Candeloro Fülüp dans les journaux hongrois.

Je pense que nous devons faire pareil pour les prénoms / noums de batisme et les mettre en oc. La seule réserve que nous puissions avoir c'est de ne pas "normaliser" un nom. Si quelqu'un a toujours signé Emile en français, - beaucoup de poètes d'oc ont gardé la forme française de leur nom pour signer - nous avons le choix de l'appeler Emìli selon la forme latinisante de la Renaissance, ou Amièl selon la forme populaire. 

Mais si cette personne a choisi de signer Emilo, nous devons respecter ce choix. 

Etienne se disait en lengo vièlho Estève, et se dit Estèfe en lengo vivento en Auvernho. 

Il se trouve qu'un petit poète auvergnat de la fin du XIXème s'est fait une petite réputation avec le prénom Estièno. J'ai oublié son nom de famille mais je garde pour lui la forme Estièno, bien sûr, puisque c'est celle qu'il a choisi et puisque si je l'appelais autrement les rares personnes qui le connaissent encore croiraient que je parle de quelqu'un d'autre !

 

             


 

 

                            LES PATRONYMES / LI NOUMS D'OUSTAU


 

J'ai remarqué que certaines personne hésitaient à transcrire le -E français de leur nom en -O au cas où l'on croirait qu'ils ont un nom espagnol ou italien.

Dans ce cas mon idée est de transcrire le -E systématiquement en -O. Donc notre ami Venture devient Venturo. 

Le seul occitaniste sympathique est l'Auvergnat Giacomo. Bien sûr dans l'italien de son très lointain ancêtre on disait /djàkomo/, mais cette prononciation n'est possible qu'à Nice. Une tisso occitaniste méridionale serait d'écrire Giacòmo avec la prononciation artificielle /djykòmou/. Nouste ome o chausit d'escriéure Giacomò avec prononciation /jyakomò/ comme il est naturel.

 

De même je pense qu'un Monsieur Tolédano doit être transcrit Toledanò en oc, avec un accent graphique. Certes, en espagnol on disait Toledano appuyé sur le -da-, mais par exemple Marc Tolédano, l'auteur de Le franciscain de Bourges dit bien Toledanò en français - il est Berrichon. Pareillement en langue d'oc les gens disent Touledanò pour marquer que c'est un nom en -O même en français et pas un nom en -E.

  

Un cas particulier est celui des noms linguistiquement italiens.

Si la personne est Italienne, comme si elle est Allemande,  Turque ou Suédoise, je propose qu'on ne touche pas à l'orthographe de son nom de famille; pas la peine d'écrire Mussolìni ou Berluscòni avec un ò et un ì. 

 

En revanche, si le nom est celui d'un Français d'oc, je pense que la tonique doit être indiquée. Quelqu'un qui s'appelle Constanti en français devient Cou(n)stanti en langue d'oc, équivalent du nom français Constantin. En revanche, quelqu'un qui s'appelle Constanti par origine italienne ou corse, sera Cou(n)stànti en langue d'oc, c'est à dire de la tribu des Constant.

Le sénateur des Bouches du Rhône Serge Andreoni devient pour moi Sèrgi Andreòni car il est de langue provençale et pas corse ou italienne. 


 

 

                                                     NH ou GN ?

 


 

Une question s'est posée à moi plus récemment. Presque tous les patronymes francisés portent GN et je transcrivais NH sans faiblir.

Puis je me suis souvenu d'avoir connu dans mon enfance en Auvergne un Monsieur Veyrunhes, d'ailleurs originaires du Lot et qui s'était marié à La Chabanne.

Bien sûr la transcription en langue d'oc est Veirunhos dans l'absolu. Pour ma part je suis partisan de garder les Y qui ont fait partie de la langue notamment en Provence mais pas seulement, et donc d'écrire Veyrunhos e Bayrou
ainsi que
 Veyroun. (le dessinateur Martin Veyron)

Mais si l'on transcrit systématiquement les GN français en NH ça peut faire croire que Moussu Veyrunhos est Monsieur Veyrugnes en français, ce qui n'est pas le cas.

J'en suis donc arrivé à la conclusion qu'il fallait garder en oc le GN français pour éviter toute confusion.

 

Remarquons à propos de Bayrou e Veyroun que si les deux noms désignent le même poisson, ce sont des noms propres et pas des noms communs, et qu'ils ont deux prononciations très différentes /bayrou, veyroun/ qui font elles-mêmes partie de l'identité de ces personnes. La forme Vairon des gestapoccitans est donc non seulement ridicule en elle-même, mais aussi offensante pour les personnes concernées.



 
                                                LES NOMS EN A 

 

S'ils sont d'oc pas de problème; notre ami Vincent Poudampa devient Vincens Poudampa comme l'ancien libraire toulousain était moussu Castela. Seul le prénom a changé et il est sous la forme qu'il a lui-même choisie.

Si on veut fignoler et si jamais le -A final était un peu long ou vélaire, il pourrait écrire Poudampâ en oc. C'est à lui de voir et à  lui seul. Même chose pour 
moussu Castela ou pour la très belle Auvergnate d'adoption Magali Subra, ou Subrâ.


 

                                   http://sphotos-b.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc6/p206x206/189942_10200116631617894_437220192_n.jpg

 

 



Evidemment les noms en -A sont accentués sur la finale en langue d'oc.

 

Là se pose à nouveau la question des noms italo-corses : on les prononce avec un -A final atone, mais si c'est une origine ancienne et que la personne est Française d'oc ou Franchimande on appuie sur la finale. On dit Eric Orsenna en appuyant sur la fin.

 

Sou mè de proupausicious mas sou estados tant de cops e loungomen pounderados qu'acò vau la peno de chifra dissus.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by La Coumpanhio mistralenco - dans lengo
commenter cet article

commentaires

Presintaciou

  • : Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • : Le blog Mistralenc est la suite du groupe "Info d'oc" mais un blog offre plus de possibilités, notamment d'illustrations.La pratique de Info d'oc a amené à rajouter une rubrique "actualitat" car les abonnés prenaient plaisir à commenter en langue d'oc les sujets chauds.Amm' acò dounc Mistralenc es coumo Info d'oc un endrèit ounde li gents prendou plazi de charra en lengo d'oc.Es animat per li felibres de "La Coumpanhio mistralenco".
  • Contact

Nouste princìpi

UIRIONA EðI SACRA


  La vertat es sagrado


 

Rechercher

Uno citaciou d'un arabe cristiô

« So que retrazi d’uèi al mounde arabe, acò’i l’indigenço de sa counsciéncio mouralo, ço que retrazi à l’Oucident, acò’i sa proupensiou à muda sa counsciéncio mouralo en esplecho de douminaciou. »

 

                                                                                     Amin Ma'alouf

Uno citaciou inteligento

La monarchie, dans notre pays, est franque, elle n'est pas gauloise.

 

                  (Proudhon)

Henri Doniol

Les patois de la Basse-Auvergne, 1878

 

Pagino 20

 

« Si l’accentuation, qui est la prosodie de chaque langue, constitue un signe de race,  la race appartient au patois de la haute Auvergne ; dans ce cas le brivadois est en basse Auvergne le moins éloigné du parler d’autrefois, car il suffit d’ajouter peu de chose à sa prononciation pour le rendre identique au patois cantalien. »