Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 16:54

                                             par Alan Broc

 

 

M'entrachi que de gents gaire mai jiouves que iéu, coumo Sèrgi Goudard qu'o quauques tienge ons de min, coneissou pas Fountan e l'ouriou pas pougut coneisse se counideran que iéu lou rescountrèri à l'atge de dez-o-nau ons e que mouriguè quatre ons après. Dounc quaucun coumo Sèrgi ourio agut quatre ons bessai min.

 

 

Óugissi dire de mau de Fountan, e m'en fouti.
N'
óugissi dire de be, e m'en fouti també.

So qu'eimi pas es quand de gents deformou sa pensado per inhourenço, ou pieje, per marrido fe.

 

                              http://www.p-n-o.org/images/Francois_FONTAN.jpg

 

             CE QUE JE RETIENS DE FONTAN DANS LES DEUX SENS

 

1/ ce dont je me souviens. Je ne ferai pas une biographie d'autant que je ne l'ai connu que six mois environs, mais si mois de visites quotidiennes et longues et de journées pleines de conversations politiques sérieuses.

2/ ce que je retiens à mon compte de sa pensée.

Pour aujourd'hui, je vais me contenter de résumer quelques points de ce que je retiens à mon compte.

 

- Un ethnisme modéré :

Vole dire amm' acò que se lou princìpi de l'independéncio di pobles, dei nacious, se dèu faire segoun lei lengos, coumo escriguè Glaude Roux dien "Li Nouvello de Prouvènço" à la mort del paure e tont regretat Jaume Ressaire : "Uno independènci de l'Oucitanìo que soumiavo coustarié uno guerro terriblo e mai de malur que de bèn."

J'ajouterai que malheureusement nous, les hommes d'oc, sommes devenus une minorité chez nous.

 

Je retiens l'idée de Fontan que "si la langue ne fait pas toute l'identité nationale, elle en est le seul marqueur objectif".

Sabi, e Fountan n'en parlavo souvent: "Les Abkhazes ne sont que 14% chez eux". Mas d'uèi sou independents de la Geourgìo maugrat tout. 

 

Fontan m'a enseigné aussi la différence entre une vraie minorité nationale comme les Vietnamiens, les Maghrébins, les Portugais... en France, et les nations soumises comme la Bretagne, le Pays d'Oc, le Pays Basque, l'Alsace....

 

Je retiens donc que l'analyse ethniste est fondamentale. Lors de la chute de l'URSS, beaucoup de Français rêvaient du retour de l'anarchisme Makhnoviste en Ukraine, d'autres d'une forme de communiste trotskysant. 
Tout le monde se moquait de moi quand je parlais de Simoun Petlioùra et du nationalisme ukrainien, et pourtant c'est la seule des trois tendances qui a survécu à la barbarie communiste et avec une telle vigueur !

 

 

              http://hej-kto-polak.pl/wp/wp-content/uploads/2011/09/Genera%C5%82-Antoni-Listowski-i-Semen-Petlura.jpg

      Lou generau poulounés Antoni Listowski à mô 'squerro e Simoun Petlioùra à mô drèito.

 

L'analyse ethniste est indispensable pour comprendre la guerre Iran-Irak des années 1990, l'évolution interne de l'Irak actuel....

 Elle sert aussi à comprendre les secousses de l'Italie actuelle....


                                     TRES TIPES D'OUPRESSIOUS

Fontan disait qu'il y avait trois types d'oppressions :


- l'oppression sociale

- l'oppression nationale ou ethnique (les deux mots sont synonymes dans son vocabulaire)

- l'oppression "sexuelle" comme on disait dans les années 1970 : la formule est ambiguë d'autant plus que Fontan était homosexuel et défendait les droits des homosexuels. 

De ce fait, ses adversaires de son temps, ses admirateurs aujourd'hui, ne voient que cet aspect militant homosexuel. Hors l'oppression "socio-affective" pour reprendre la formule exacte de Fontan concernait AVANT TOUT l'oppression des vieux sur les jeunes, et ensuite l'oppression des hommes sur les femmes.

 

A notre époque de jeunisme on ne voit plus la première oppression mais le jeunisme ne marche que dans le marketing. D'uèi coumo souto De Gaulle, abons 40 ons digu te prend pas al serious dien la vido proufessiounalo, e ço que i o de pieje que i avio pas à l'epoco, à 45 ou 50 ons segoun lou mestier te counsiderou trop vièlh.

 

Pour l'oppression sociale Fontan considérait que la référence de base était Marx même s'il était loin de le diviniser. Il pouvait citer Lénine à l'occasion mais sans être léniniste. Il aimait beaucoup une citation de Mao Tse toung "On doit adapter la chaussure au pied et pas le pied à la chaussure", en clair : on doit adapter le marxisme aux réalités de son pays et non pas forcer son pays par idéologie à subir des mesures douloureuses et inefficaces.

 

Il n'était pas pour autant maoïste.

 

Pour l'oppression nationale Fontan considérait que la référence était lui-même et il avait raison. Le livre de Staline sur les nationalités donne tant de critères imprécis qu'il permet de justifier tous les revirements : reconnaître Israël puis le considérer comme une colonie étrangère par exemple.

Son souci du respect de l'indépendance nationale l'a amené à écrire sur ce point et sur ce point seulement du bien de Nasser, Ceau
şescu, Tito, Enver Hoxha, ce que les autres occitanistes lui ont reproché avec une grande mauvaise foi en lui reprochant de soutenir ces régimes, ce qu'il ne faisait pas. Fontan remarquait seulement que ces dirigeants résistaient au rouleau compresseur soviétique. Pour la même raison il avait une certaine estime pour Juan Peròn et Fidel Castro, sans être à la fois justicialiste et communiste.

 

Pour l'oppression socio-affective Fontan considérait que la référence principale, non unique, était Wilhem Reich.

 

 

                                             QUÉ NE PENSI IÉU ?

 

Pour l'oppression sociale je fais plus confiance à Jaurès et Proudhon qu'à Marx.

Pour l'oppression nationale je reste fontanien, "ethniste", mais modéré.

Je n'exige pas comme lui la fusion de la France, le Québec, le New-Brunswick, la Nouvelle Ecosse, la Wallonie, le Val d'Aoste et la Suisse francophone dans un seul état.

Je n'exige pas non plus que l'Angleterre, une partie de l'Australie, une partie de la Nouvelle-Zélande et une partie des Etats-Unis d'Amérique forment un seul état.

Je ne crois guère à la possibilité de diviser les Noirs américains en deux morceaux de nations : des Burkinabés et des Ghanéens selon la provenance géographique de leurs ancêtres, avec un Burkina-Fasso e un Ghana escambarlats au-dessus de l'Océan Atlantique.

S'il y avait une Provence indépendante ou autonome, séparée d'une Gascogne et d'une Auvergne toutes deux autonomes (je préfère autonomes à indépendantes) je n'en ferais pas un caca nerveux, tout en sachant que nous sommes compatriotes d'oc.

Après tout Fontan lui-même acceptait trois "nations" norvégienne, suédoise et danoise où l'on peut fort bien en voir une seule selon d'autres critères linguistiques.

 

Je parlerai de la troisième oppression dans Fontan (2) car c'est un sujet qui part dans plusieurs directions et qui est long à traiter.

 

 

                                         CONCLUSION PRATIQUE

 

Viscan una periodo de crìsi ecounoumico e soucialo grèvo. Qu'aurait dit Fontan ?

 

Fontan disait et a écrit que "la Nation doit contrôler son économie", la naciou pas necessàriomen l'estat que sou plô diferenciats per Fountan.

En pratique donc Fontan président d'une "Occitanie indépendante" aurait laissé au privé les entreprises tenues par des nationaux et aurait nationalisé les entreprises étrangères.

Pour les étrangers - il considérait les Franchimands comme des étrangers - Fontan a écrit dans "Orientation politique du nationalisme occitan": (pagino 34)

"Le PNO estime donc que toute immigration devra pour de longues années être interdite dans notre pays; pour les allogènes déjà immigrés quels qu'ils soient (tout autant Français, Juifs, Bretons, etc. que Catalans, Espagnols, Arabes etc.) le choix sera offert entre trois solutions : 1° rentrer dans leur pays d'origine; 2° rester en tant qu'étrangers avec ce qu'implique le statut d'étranger; 3° devenir citoyens occitans à condition d'adopter la langue et le sentiment national occitan. Il va de soi que ce choix devra être fait par chaque allogène individuellement et en toute liberté."

 

 

                                                  QUÉ NE PENSI ?

 

La question de l'immigration ne revêt pas pour la France le même caractère périlleux que pour une "Occitanie" indépendante à la langue affaiblie, je la laisse donc de côté, même si les principes énoncés par Fontan me paraissent justes : on est étranger ou l'on est citoyen.

 

Je pense en revanche qu'un  Fontan président de la République française aujourd'hui nous sauverait de la crise : il aurait nationalisé Mittal et toutes les entreprises anonymes qui sont grandement responsables de la crise par la "titrisation", c'est à dire la vente en bloc autant d'entreprises financières que de fabriques de chaussures ou de matériel agricole.

Cette manière de faire ne tient plus compte de la production et bien sûr, plus du tout compte des ouvriers et artisans.

 

Je pense que Fontan président de la France aurait rétabli une monnaie nationale et au minimum qu'il aurait annulé toute dette de la France envers les banques,

envers les banques, pas envers les autres états.


Bien sûr il n'aurait fait ni les guerres racistes de Libye, de Côte d'Ivoire et du Mali.

 

Si seulement Hollande pouvait lire les petits livres de François Fontan ! 

 

 

                         http://2.bp.blogspot.com/_llqRC9Irbag/S0kKfh38fII/AAAAAAAAA6g/Vrtri_KwCbs/s400/fontan.png

 



 

 

                      

                              

Partager cet article

Repost 0
Published by La Coumpanhio mistralenco - dans Istòrio
commenter cet article

commentaires

Presintaciou

  • : Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • : Le blog Mistralenc est la suite du groupe "Info d'oc" mais un blog offre plus de possibilités, notamment d'illustrations.La pratique de Info d'oc a amené à rajouter une rubrique "actualitat" car les abonnés prenaient plaisir à commenter en langue d'oc les sujets chauds.Amm' acò dounc Mistralenc es coumo Info d'oc un endrèit ounde li gents prendou plazi de charra en lengo d'oc.Es animat per li felibres de "La Coumpanhio mistralenco".
  • Contact

Nouste princìpi

UIRIONA EðI SACRA


  La vertat es sagrado


 

Rechercher

Uno citaciou d'un arabe cristiô

« So que retrazi d’uèi al mounde arabe, acò’i l’indigenço de sa counsciéncio mouralo, ço que retrazi à l’Oucident, acò’i sa proupensiou à muda sa counsciéncio mouralo en esplecho de douminaciou. »

 

                                                                                     Amin Ma'alouf

Uno citaciou inteligento

La monarchie, dans notre pays, est franque, elle n'est pas gauloise.

 

                  (Proudhon)

Henri Doniol

Les patois de la Basse-Auvergne, 1878

 

Pagino 20

 

« Si l’accentuation, qui est la prosodie de chaque langue, constitue un signe de race,  la race appartient au patois de la haute Auvergne ; dans ce cas le brivadois est en basse Auvergne le moins éloigné du parler d’autrefois, car il suffit d’ajouter peu de chose à sa prononciation pour le rendre identique au patois cantalien. »