Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 septembre 2015 4 03 /09 /septembre /2015 17:51
LES BANDITS ROUGES L'ONT ASSASSINEE UN 3 SEPTEMBRE sans jugement

Aquelo erouïno de la Demoucracìo, aquelo patrioto que voulio countunia la guerro countro l'Alemonho, aquelo fenno tourturado souto li tsars al pounch que s'en troubè gairebé bornho, ensajè desesperadomen de sauva la Demoucracìo russo tuado per li coumunistos.




                         Ounour à FANNY KAPLAN !


 

Fanny Kaplan, née Feiga Khaimovna Roytblat Фейга Хаимовна Ройтблат, dans l'Empire russe, le 10 février 1880 et morte exécutée à Moscou le 3 septembre 1918, est une militante du Parti socialiste-révolutionnaire russe.

 

 

Pendant guerre civile russe, les socialistes révolutionnaires organisent une tentative d'assassinat de Lénine le 30 août 1918.

 

 

Lénine visitait ce jour-là l'usine de Mihélson (завод Михельсона) de Moscou. Lorsqu'il quitta le bâtiment pour regagner son véhicule, Fanny Kaplan l'interpella. Quand Lénine se tourna vers elle, elle tira trois coups de feu. L'une des balles passa à travers le manteau de Lénine, les deux autres le touchèrent à l'épaule gauche et au poumon. Lénine retourne dans ses appartements au Kremlin. Il craint un autre attentat contre lui et refuse de quitter la sécurité du Kremlin pour se faire soigner. Les médecins arrivés pour le soigner furent incapables de retirer les balles en dehors d'un hôpital. Cependant, il survécut.

 

 

Kaplan fut arrêtée et interrogée par la Tchéka. Elle déclara :

 

« Je m'appelle Fanny Kaplan. J'ai tiré sur Lénine aujourd'hui. Je l'ai fait volontairement. Je ne dirai pas d'où provient le revolver. J'étais résolue à tuer Lénine depuis longtemps. Je le considère comme un traître à la Révolution. J'ai été exilée à Akatui pour avoir participé à la tentative d'assassinat du tsar à Kiev. J'ai passé là-bas sept ans à travailler dur. J'ai été libérée après la Révolution. J'étais en faveur de l'assemblée constituante et je le suis toujours. »

 

 

Son arme avait été fournie par Boris Savinkov. Fanny Kaplan est exécutée sans jugement le 3 septembre 1918. Elle déclare avant de mourir :

 

« J'ai tiré sur Lénine parce que je le considère comme un traitre au socialisme et parce que son existence discrédite le socialisme. Je suis sans réserve pour le gouvernement de Samara et pour la lutte contre l'Allemagne aux côtés des Alliés. »

 

 

Almen la balo dién lou còu paralisarò Lenino cinq ons daprès.


 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by La Coumpanhio mistralenco - dans Istòrio
commenter cet article

commentaires

Presintaciou

  • : Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • : Le blog Mistralenc est la suite du groupe "Info d'oc" mais un blog offre plus de possibilités, notamment d'illustrations.La pratique de Info d'oc a amené à rajouter une rubrique "actualitat" car les abonnés prenaient plaisir à commenter en langue d'oc les sujets chauds.Amm' acò dounc Mistralenc es coumo Info d'oc un endrèit ounde li gents prendou plazi de charra en lengo d'oc.Es animat per li felibres de "La Coumpanhio mistralenco".
  • Contact

Nouste princìpi

UIRIONA EðI SACRA


  La vertat es sagrado


 

Rechercher

Uno citaciou d'un arabe cristiô

« So que retrazi d’uèi al mounde arabe, acò’i l’indigenço de sa counsciéncio mouralo, ço que retrazi à l’Oucident, acò’i sa proupensiou à muda sa counsciéncio mouralo en esplecho de douminaciou. »

 

                                                                                     Amin Ma'alouf

Uno citaciou inteligento

La monarchie, dans notre pays, est franque, elle n'est pas gauloise.

 

                  (Proudhon)

Henri Doniol

Les patois de la Basse-Auvergne, 1878

 

Pagino 20

 

« Si l’accentuation, qui est la prosodie de chaque langue, constitue un signe de race,  la race appartient au patois de la haute Auvergne ; dans ce cas le brivadois est en basse Auvergne le moins éloigné du parler d’autrefois, car il suffit d’ajouter peu de chose à sa prononciation pour le rendre identique au patois cantalien. »