Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 août 2015 7 16 /08 /août /2015 15:17

                                        per Felibre d'Auvernho

 

 


Vezen que lou Prouvençau d’Itàlio es be de Prouvençau. Dien lou tèste que presinti dizou « cala » per « davala », coumo à Niço.

 

Li piemountesismes sou escas, i sounque lis abreujados « d’la » « d’ », e « ëd » per « de », un cop.


 

I o quauques italianismes de voucabulàri, mas pas mai qu’à Niço : dizou "coun" en lioc de "ammé" souvent.

fita(r) vòu dire "louga", fita-se = se louga.


 

« fìtou » vòu dire "d'ouro" "à la primalbo". Sabi pas se lou mot es niçard ou ligour.

 

Coumo à Niço « prendre » se dis « piha(r) ».


 

Lis imperfats en –ìa di segound e tresen groupes sou pas limitats à l’aire de Niço. Se retroubou loucalomen en Coumtat de Fouish e en Nalto-Auvernho à Rioum-ès-Mountonhos. Sou de formos de la lengo vièlho que sou demourados deïn lis Aups à coustat dei formos de d'uèi.


Amm' acò (mou cò, coumo dizou alai) se dis quouro "fazìa" quouro "fazio"


Èi boutat en caractèri gras li mots pres al piemountés ou à l'italiô e lis espliqui en dejous del tèste.

 


Moun grand-paire qu'èro vachier à quatorge ons, soun paire l'avio lougat vers Ourlhat, patiguè la fô coumo lou jouvenet de l'istòrio, mas pouguè pas s'en tira tant plô.

 

 

 

                                    Ж    Ж    Ж    Ж        

 

 


                                            Parla del Vilard d’Assèit

 


A sèt, uèch anns, i nòsti menats anawon afita-se en Franço, per que ichi i aio pas d’ travai e poulioun pas vive coun le sustanços d’ la nosto terro. Alouro is partìou, i anàwoun en Franço e i partìoun de squadros ensemo. Is mountàwoun lou col d’ Soutroun ou d’ le Mounios e is calàoun à Larcho e i countinuàoun ana finde à Barcelouneto ent’ i avio lou marchat, duei marchats la s’mano. Is partioun coun un sac e d’ bisachos : d’din i avioun duo muandos, un paré d’ choussièrs d’ risèrvo e un toc ëd pan per lou viàtgi e aprè i arribàon à Barselouneto, i èroun jo bèle stancs. I(s) arribàon lou matin, fìtou, à cinq e mèso, siès ouros s’esdurbio lou marchat e alouro aqui charìa (chalio) que fouguèssoun jo tuches aqui en filo seta(t)s, ou sus lou saquet per èsse prounts à achetar lou padroun qu’aribao pèi per fita-ié. (= lis engaja)

 

 

Lou padroun aribawo, coumençawo à gacha :

« Bè ! Pèi tu siés pas goi, siés pas
sop, nou ? Ausso-t’ un pau, fa un pas, dué pas, ah ! Ses lèst, ses lèst, alouro alouro alouro, quant vos, quant vos ?»

 

 

E aqui i avio ou lou paire ou un qu’èro stat afidat à n’aute ami dal paire que poulio èsse tres ou quatre d’aquìsti jouv’nots, d’aquìsti menats e un qu’is dirijìo. Alouro lou francés, aqui, el countratawo :

 

 

« T’ dounen tant, te dounen tant… ».

 

 

E mou cò (amm acò), quand is s’èroun renjats :

 

« Bè, alouro, aspéta ’nca ’na menuto après, anen à… à piar quarcoso e pèi parten ! »

 

 

I avio un qu’i dizioun Francis – « Chikin » nou(s)àuti lou chamaon eici, ilai dizioun Francis – e al s’es fitat coun un padroun que anawo à Ulawèrc : acò èro ilamount d’soubre lou Martinet, chirco ’na quinzeno, ou dez-uèt kilòmetrou da Barcelouneto. Quante i(lh) s’ié sta(t) afitat, al e(s) estat afitat, is soun partits, pian pian, i(s) an calat à l’Esteulo, la Fresquiero, pei an calat lou Martinet e pei an piat  chapu (vel damount) lou valoun e i(s) soun anats à Ulavèrc. Quand is soun aribats ilamount, l’èro jo tardot, l’èro siès e mèso, sèt ouros lou sero, e l’aute que v’nìa jo eici de … d’Itàio, èro jo ben gathit (gachit, rendut). Pei an dit :

 

 

 

« Bè, pichoun, vas pa’nca coùja-te, anen enca moustra-te les feos (lei fedos) ilai ’l laver que deves pei gardar d’man. E d’man ié mounten chapui, ilamount à la granjo. Ilamount l’es un pau pu larg, as pu bèl far à garda, mè(s), sas, ses pei tout lou jour soulete ! »

 

 

 

Alouro acò a passat paré, lou sero al a manjat, z’es ’nat durmi. Créou  (crezi) qu’al aje durmit  per que al èro forço gachit, e ! lou matin sioun partits chapùe coun estes feos. Soun anats chapui, soun anats eilamount, i an moustrat touto la zono, ent’ al devìo garda… e pas laissa-las ana pr’acò d’i àutis e « via dicendo ».

 

 

Mas n’avio un bèl valoun, e l’èro tout soulet, e aquest pichot eici, Francés, avio ren que uèch anns. Doue ou tres jours après al a mountat chapui chapu, al es anat fin à la cimo d’ la mountanho, eilamount sus, la fazio n’especho  d’ na colo e ’l a troubat n’aut’ pastour que gardavo ccò eilamount dal cant ëd darrèire. Alour is si soun troubats eilamount, ’quel jour aqui i an mas fach ena pichoto amichìssio, après, pian pian… après tùch’ i journs i anàon sempe manja lou dejina  ensèmo mentre que les feos chaumàon.

 

 

E aquéstou Francés eici tùch’ i journ tiravo foro un pau d’ pan e un pau d’osses din n’essugo-mans, un pau d’osses e toujourn, sèmpe d’osses, sèmpe d’osses. E louro l’aute amic i a fach :

 

« Mè Francés, tu aqui as mac sèmp d’osses, cha dire al padroun que t’ doune ’cò un tuquet ëd charn. M’esméia (me semblo) que aqui as pei mac d’osses e l’es pei mac lou chan lou mai que rouzigo ! Tu, qué manjes aqui ? »


(E cò’i lou chin que ne rouzigo lou mai !)


« Ah ! Be, d’man i ou dìou al padroun ! »  (li dizi al patroun)

 

 

Acò’s capitat que lou journ… lou sero d’après es aribat eilaval :

 

« Be, alouro, as ben gardat ? ».

« Si, èi ben gardat, les feos soun plienos, tout acò anavo ben, mè, lou mieu amic eilamount m’o d’cò dich que, sai pas, me dounaves pas basto d’ charn, me dounàes mac sèmpe d’osses. »

- O-be ! Sas pas que la charn d’entourn i osses es la meiouro, aquelo qu’es lou mai qu’a d’ sustanço ? »

 

 

Be, alouro lou Francés, lou joun d’après, mai ana chapui coun la suo… siou pan e la soùa boùrsa d’osses. Quand al es aribat eilamount, l’aute amic i a fach :

 

« Ben, encué t’a dounat d’ charn lou padroun ? »

 

 


Ah ! M’a dich, sabèt pas ço qu’… sas pas ço qu’al m’a dich ? Al m’a dich que la charn d’entourn i osses èro la pì bono ! »


- Ah si ? Alouro fai ’na coso : tu, ëdman, pihes les feos e le menes alai ent aqu’les clapeirolos alai, e le gardes tout lou journ din aqueles clapeirolos alai. »

 

 

Alouro Francés, lou journ d’après, al a menat les feos din aqu’les cliapeirolos e, coun la charn, la charn d’entourn, al l’a fat 'sta tout lou jounn les feos din aqu’les cliapeirolos.

 

 

Aloro, lou sero, es ariba eilaval, à la meisoun dal padroun :

 

 

« Mè, Françoa, mè qu’as fach ? M’as m’nat le feos amount, mè stou sero ’les (eles, elos) an pas manjat. Amount d’din i a mac ëd pèiros, i a pas ren d’aute ! »

 

 

E alouro Francés aqui, ’l a fach :

 


« Mè, padroun, sabèt pas que la… l’èrbo qu’es entourn les pèiros es la pu bono ? »

 

- Ah ! Couquin ! Acò ’qui es pas farino de toun sac. »

 

 


Lou journ d’après, i(lh) a preparat lou sac, i(lh) a butat quàrqui osses enca, mè i(lh) a butat ’n bèl toc ëd charn, e Francés es anat à garda les feos dount’ i ’vié d’èrbo, e les a fat ben manja, e lou sero lou padroun, quand al es aribat, al a fach :

 

« A ben ! ’ncué as ben gardat, e ! m’a pliazut ! »

 

- Mè iou èi d’cò manjat mai que ièr ! »

 

 

                                                 Ж    Ж    Ж    Ж  

 

   

 

Li mots d'Oc diferents di nòstri, n'èi beilat l'equivalent auvirnhat entre parentèsis per que sou pas estrangiers.


Vaqui li mots italiôs e piemountés :



de squ
adros =  d'escabots, de colos, de gronds groupes


duo muandos = duoi braietos, prouvençalisaciou de l'italiô "le mutande"

 

stancs = alassats  acò's un mot piemountés.

M
ai lonh lou countaire dis "gathit", varianto de "gachit" que se dizio chas nàutri à l'epoco di troubadours per dire "rendut" "forço alassat".

 

 

prounts = prestes   prouvençalisaciou de l'italiô "pronti"

 

achetar accipta, recèbre   prouvençalisaciou de l'italiô "acettare"

 

sop =  goi, garrèl      acò's un mot piemountés.   

 

quarcoso = chicon, thicon    acò's un mot mesclat :   quarco +  cosa = quelque chose en prouvençalisant lou mot italiô e en coucentrant lou tout. Lou mot es piemountés.

 

 

lou chamaon = lou sounavan    chama ve del piemountés mas se dis també deïn l'èste del Rouergue.

 

 

chirco = peraqui    de l'italiô "circa"

 

 

coun = ammé, amé, omm'  prouvençalisaciou de l'italiô "con". Mai lonh trouban una formo d'Oc.

 

 

la fazio = acò fazio    la es piemountés

 

 

ccò, dcò, decò = també   formo piemounteso qu'o remplaçat lei formos d'Oc

 

 

ena pichoto amichìssio = ina pichouno amistanço, camaradario   de l'italiô  "amicizia"

 

 

mac = mè, sounque, pas que   ve del piemountés e o remplaçat coumplètomen li mots d'Oc courrespoundents.


 

 

                                  

 

 

 

 

 

 

 

     

 

 

   

 

De Prouvençau d'Itàlio soubre li brassiers

Partager cet article

Repost 0
Published by La Coumpanhio mistralenco - dans lengo
commenter cet article

commentaires

Presintaciou

  • : Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • : Le blog Mistralenc est la suite du groupe "Info d'oc" mais un blog offre plus de possibilités, notamment d'illustrations.La pratique de Info d'oc a amené à rajouter une rubrique "actualitat" car les abonnés prenaient plaisir à commenter en langue d'oc les sujets chauds.Amm' acò dounc Mistralenc es coumo Info d'oc un endrèit ounde li gents prendou plazi de charra en lengo d'oc.Es animat per li felibres de "La Coumpanhio mistralenco".
  • Contact

Nouste princìpi

UIRIONA EðI SACRA


  La vertat es sagrado


 

Rechercher

Uno citaciou d'un arabe cristiô

« So que retrazi d’uèi al mounde arabe, acò’i l’indigenço de sa counsciéncio mouralo, ço que retrazi à l’Oucident, acò’i sa proupensiou à muda sa counsciéncio mouralo en esplecho de douminaciou. »

 

                                                                                     Amin Ma'alouf

Uno citaciou inteligento

La monarchie, dans notre pays, est franque, elle n'est pas gauloise.

 

                  (Proudhon)

Henri Doniol

Les patois de la Basse-Auvergne, 1878

 

Pagino 20

 

« Si l’accentuation, qui est la prosodie de chaque langue, constitue un signe de race,  la race appartient au patois de la haute Auvergne ; dans ce cas le brivadois est en basse Auvergne le moins éloigné du parler d’autrefois, car il suffit d’ajouter peu de chose à sa prononciation pour le rendre identique au patois cantalien. »