Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 22:04

 

'                                      d'Auguste Chastanet 
                
                
                

                                 entitoulado  Si qu'èro pas lo charitat ! 






Sitiàdas davant un boun fec, 

Duas vièlhas fénnas dins lour queirio 


Toutas duas de memo coufreirio, 

Parlaven dau verd mai dau sec. 

Et io trapei de l'uno d'élas 

Un bouci de counversaciu 

Que l'ainado de las femèlas 

Tenio per l'amour dau boun Diu : 




 

"Ah ! si poudio dire à moun aise 

Tout ce que sabe !... Mas me taise, 

Car si parlave, en veritat, 

Ofensario lo charitat. 

Eipias lo vièlho Catarin 

Rousso coumo un couduenh madur, 

A soun veizi, à so veizino 

Prejo Diu qu'aribe malur 

S'is fan fourtuno s'en desolo 

Coumo si perdio quaucoré


S'is puren, ris coumo no follo, 

Quau veri, moun Diu; quau veri ! 

 




Chambo d'ovelho ? L'avariço 

Lou té talomen qu'un beu jour 

Qu'avio minjat uno fretisso 

Se  creguet roueinat sei retour. 

Crenh talomen de mouri paubre 

Qu'éu puro toujour su soun sort 

De pòu qu'un troube lou pè d'aubre 

Ente éu cacho sous louïs d'or. 





Un pot couneitre à so coudeno 

Que Moussur Sento-Fresso ei gras, 


Car soun gros ventre et so peitreno 

Ne fan mas un de aut en bas. 

Bufo coumo un bufet de forjo 

Quant degeris à soun lezei. 

N'i o re de trop boun per so gorjo, 

Boufa, veiqui tout soun plazei. 

 

 



Quant qu'à Madamo Chabro-Jauno 

Que fai veire à tous sous bas blancs, 

Mesurarias pas end' uno auno 

Lo listo de tous sous galants. 

D'un ome; ni de l'escandale, 

Quelo d'aqui n'o jamai pòu. 

Soun ome, quand l'article ei rale, 

Vend de lo corno à qui n'en vòu ! 



 

 


Jantou fai trembla lo countrado. 

Lo maliço lou prend treis cent- 

Seissanto-e-cinq jours déns l'annado. 

Toujours credo e bourro so gent. 

Tûto coumo un sourd fenno, filho, 

Pai et mai, urous sei menti, 

Urous quand n'i o dins lo familho 

Noumas loû mueble à n'en pati ! 



 

Qué dire de Moussur lo Flemo 

Que, su soun liech, ou su soun banc 

Passo lou tem, toujours de memo, 

A s'eivedela sur soun flanc ? 

Miejour souno qu'éu duerm denquero 

Et quant, enfin, fau s'evelha, 

Passo en gemant, sur queto terro 

Tout soun tem à s'eibadalha. 

 

 



Quand l'aguet permenat so lingo 

Su tous lou pechats capitaus 

Lo vièlho chabet soun aringo 

Et prejant Diu, lo dizio 'ntau: 





O Mantenés me dins l'einoucenço 

Moun Diu, vous que iéu aime tant. 

Gardas-me de lo medizenço, 

E pertant, moun Diu, e pertant... 

Si iéu poudio dire à moun aise 

Tout ce que sabe !... mas me taise, 

Car si perseguio, en vertat, 

Ofensario lo charitat !"










 

Partager cet article

Repost 0
Published by La Coumpanhio mistralenco - dans escrivans
commenter cet article

commentaires

Presintaciou

  • : Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • : Le blog Mistralenc est la suite du groupe "Info d'oc" mais un blog offre plus de possibilités, notamment d'illustrations.La pratique de Info d'oc a amené à rajouter une rubrique "actualitat" car les abonnés prenaient plaisir à commenter en langue d'oc les sujets chauds.Amm' acò dounc Mistralenc es coumo Info d'oc un endrèit ounde li gents prendou plazi de charra en lengo d'oc.Es animat per li felibres de "La Coumpanhio mistralenco".
  • Contact

Nouste princìpi

UIRIONA EðI SACRA


  La vertat es sagrado


 

Rechercher

Uno citaciou d'un arabe cristiô

« So que retrazi d’uèi al mounde arabe, acò’i l’indigenço de sa counsciéncio mouralo, ço que retrazi à l’Oucident, acò’i sa proupensiou à muda sa counsciéncio mouralo en esplecho de douminaciou. »

 

                                                                                     Amin Ma'alouf

Uno citaciou inteligento

La monarchie, dans notre pays, est franque, elle n'est pas gauloise.

 

                  (Proudhon)

Henri Doniol

Les patois de la Basse-Auvergne, 1878

 

Pagino 20

 

« Si l’accentuation, qui est la prosodie de chaque langue, constitue un signe de race,  la race appartient au patois de la haute Auvergne ; dans ce cas le brivadois est en basse Auvergne le moins éloigné du parler d’autrefois, car il suffit d’ajouter peu de chose à sa prononciation pour le rendre identique au patois cantalien. »