Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 21:04

                      Lou Tessou del Curat


                           de Louïs Rouquier


trat de "Countes de Bernat moun ouncle"



 

Poulacres, de Mountouliès, èro que bou per escana de counils e de perdigals, e per viure subre la crousto des autres :
Pauzavo pas jamai de cloucado, e ploumavo de pouls, mai qu'un mandrat !


Avio ni horto ni aurarié de cap de meno, e fazio nouvel de tout, avan lous autres !


Mès coumo èro prou pendard, per s'en ana à la pistro, anavo en foro de las bolos de la coumuno, lous Moutoulieirencs li cerquavou pas trop biterno, e lou daissavou ana à soun leze.


Mès uno neit demèst toutos las autros, que se sarravo de cap Assinha, la saco teunho, te devisto un tessou, ajassat dins uno gulho, just à l'intrant del vilachot.


Marbouro ! quano pesco bornho ! Lou prenes ? Mès qué ?
Pamens ? Vai ! lou tentaciu èro trop pruzenco e, pei tout droumissio dins Mountrouliès !


Aganto lou couchou, l'enfourro dins la balouniero, e lando dèu l'oustal, ount après l'aveire rescoundut dins un clastrounet souto l'escaliè, se va coulqua en diguen à sa fenno :
"Dema passat, tastaren de carn fresco !"


Lou poussel (= pourcèl) s'encapitavo del curat : la vielho Figaudo, en l'anen abeura, avio daissat, per delembre, lou pourtanel de la soudo duvert, e lou chourrou, un cop lou nauc lepat, s'en èro anat al safra.


A la capelanié, quand se mainèrou que lou nourridou mancavo, sirvento e ritour s'esclamèrou ensemble :

"Es Poulacre qu'es lou voulur ! Mort ou viu, nous i lou cal trapa amagat dins qualque recantou." E sans mai, artelhèrou à co del mal-faras.


Aqueste, gardavo la barraco, car sa moulhé èro partido de boun mati à Cruzi, amé lou pichou qu'aviòu la faisso, sul bras, per ana croumpa l'adoubun, des galavards e de la sausisso.


De per la fenèstro, nostre grataire te vei aramba la Figaudo amé soun mèstre, toutes dous mai qu'enfumergats e, catecant, s'apenset :
Lou caliou, es del capela. Quaucun t'a dessalat e va nous faire percas, sos perdut !... perdut !... perdut ! Pas encaro !


Destapo sutomen lou brès que toucavo lou clastrou, i fourgo lou mouzilhaire dedins, l'acato pla, fa crouza la testieiro e se bouto à bressa.


La porto èro que cadaulado, lou curat e la chambrieiro dintrou.



"E adissias moussu Salbou, mai la coumpanhio. Per qu'un talastre ?..."

- La neit passado m' òu rauvat lou pousselou dins la bordo, e li a que tu de mous parouquians, per aveire fach aquel rauvatori !"


- Oi, moussu Salbou, s'escrido lou fals-mineto, en trantoulhan toujours ! Oi de que me dizès ! quano cauzo ! Me cupa d'uno malafacho parivo !

- Fagues pas lou tanèc e lou flatos-ancos. Te dizi qu'es tu, e pas que tu !"

- Coumo me cal mouri un jour e coumo Dius m'auzis, vous affourtissi sigromen, qu'es pas ieu, que soi pas anat à la clastro ! (mentissio qu'à mitat). Apei, l'oustal es pas tant grand, serquas !"


- Li a pas ni de cerquins ni de cerquoruns. Te redizi que sos tu lou panaire e pas digus pus. Se me tornos pas lou pourquet, mandi subran uno denounssio al Precurour !"


Alaro, d'un tressal, l'arpalhan empounho uno ganivo azugado de fresc, qu'èro subre la taulo e, lous elhs eglejats, fa, en la levan d'aploumb :

"Per avan de passa pel rauvaire de vostre chourou, sannario pu leu lou qu'ai dins la bresso. E apei !..."


Un coumedian aurio pas milhou jougat soun rolle, talomen que lou preire, revirat en tremoulan de pòu pel paure anjounel que droumissio, cridet al sacamand :


"Restanco-te, malurous ! Restanco-te ! Escampo aquelo coutèlo ! Me soi enganat. T'ai enculpat à faus ! Perdouno-me !"

- Vous la passi, savès, mès li tournessès pas dous cops ! "


Ai, s'à-n-aquel moumen, lou roundinaire avio caïnat : Cou roui ! Roui ! Couroui !

Se ? Mès se calet, e Poulacres lou manjet !

 

 

Inquèro uno isòrio lengodouciano sèns cap de pretenciou literàrio mas la primièro o plagut, alèro countunian.



 

 

 
Quond sou jouves coumo aquel d'ati li podi pas minja

Quond sou jouves coumo aquel d'ati li podi pas minja

Partager cet article

Repost 0
Published by La Coumpanhio mistralenco - dans escrivans
commenter cet article

commentaires

Presintaciou

  • : Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • : Le blog Mistralenc est la suite du groupe "Info d'oc" mais un blog offre plus de possibilités, notamment d'illustrations.La pratique de Info d'oc a amené à rajouter une rubrique "actualitat" car les abonnés prenaient plaisir à commenter en langue d'oc les sujets chauds.Amm' acò dounc Mistralenc es coumo Info d'oc un endrèit ounde li gents prendou plazi de charra en lengo d'oc.Es animat per li felibres de "La Coumpanhio mistralenco".
  • Contact

Nouste princìpi

UIRIONA EðI SACRA


  La vertat es sagrado


 

Rechercher

Uno citaciou d'un arabe cristiô

« So que retrazi d’uèi al mounde arabe, acò’i l’indigenço de sa counsciéncio mouralo, ço que retrazi à l’Oucident, acò’i sa proupensiou à muda sa counsciéncio mouralo en esplecho de douminaciou. »

 

                                                                                     Amin Ma'alouf

Uno citaciou inteligento

La monarchie, dans notre pays, est franque, elle n'est pas gauloise.

 

                  (Proudhon)

Henri Doniol

Les patois de la Basse-Auvergne, 1878

 

Pagino 20

 

« Si l’accentuation, qui est la prosodie de chaque langue, constitue un signe de race,  la race appartient au patois de la haute Auvergne ; dans ce cas le brivadois est en basse Auvergne le moins éloigné du parler d’autrefois, car il suffit d’ajouter peu de chose à sa prononciation pour le rendre identique au patois cantalien. »