Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juin 2015 4 25 /06 /juin /2015 17:43

Demié li senhours lemouzis qu'anèrou delibra Jerusalèm à la primièro crouzado, i aguè Golfier de Lastours. Èro lou filh de Gui Tèsto-Negro  que bastiguè Poumpadour e fouguè també senhour de Neissou e d’Autafort.



Amistousè un lïoun en en lou delibrant d'un boua que l'oufegavo.

 

 

En Palestino e Surìo aparè valentomen lou pount d’Antiocho ammé sieissanto  chavaliers que tenguèrou targo à uno armado musulmano de mai de detz milo omes.

 



Al sèti de Marrah s’avancè ardidomen lou primier à l'assalt.

(Ourion besou d'omes coumo guel en Franço d'uèi)


I avio de sèuvos deïn lou païs abons que li turcs talhèssou toùti lis aures per empacha touto resisténcio cristiono. Ac
ò'i coumo acò que lou païs devenguè desertique fin que lis israëlians n'en tournèssou faire uno orto bèlo.


Dounc un cop nouste ome passavo ammé sis omes dinc uno sèuvo e s'óugiguè de rugiments fourètges. Lis àutri èrou parloficats de freiour mas Góufier èro mai curious qu'espourugat e s'aturè.


Troubè un lïoun qu'èro pres deïn lis anèls d'un boua que li coupavo lei costos e ensajavo també de l'escana.


Goufier cridè  "
Autafort ! Poumpadour !" e amm' una simplo dago talhè lou cap de la sèrp puèi lis anèls que sarravou inquèro lou paure lïoun.

 

 

Lou lïoun caimavo e sanhavo de pertout. Goufier s'aturè de guel, lou flatinguè e lou prenguè à mitat deïn si bras per lou pourta à una sourgo ounde lou nitijè e lou curè coumo pouguè.


Lou lïoun se rescoumbeliguè e se metè de sègre Goufier pertout ount' anavo, al quite coumbat ounde desquissavo li musulmans à bèlos caissados !

 

 

Quond Goufier vouguè tourna en Lemouzi anè à Jafa ount' uno galeo genueso devio  lou prendre mas lou capitàni refuzè de prendre lou lïoun.

 

 

Goufier deguè lou leissa soubre la ribo, acò li fouguè un crèbo cor, mas lou pieje èro per veni.



Quond la nau levè l'ancouro lou lïoun coumprenguè pas mas quond  la veguè en nalto mar se sentiguè abandounat e s'escampè deïn l'àio ound' ensajè de nada en bramant de desespèr.


Li courrents l'empourtèrou, lou veguèrou capoussa, tourna mounta, capoussa, tourna mounta, fin que tournè mounta souto la formo d'un cadabre !

 


Goufier de Lastours mouriguè en Lemouzi soubre sas terros. 

Lou sebeliguèrou al Chalard deïn la glèisio.

Soun jazent o à si pès un lïoun, e i o una sèrp i pès de sa fenno, Anhès d'Aubussoun, enterrado costo guel.

 

 


 







 




 

 

coumo un gros chat

coumo un gros chat

Partager cet article

Repost 0
Published by La Coumpanhio mistralenco - dans Istòrio
commenter cet article

commentaires

Presintaciou

  • : Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • : Le blog Mistralenc est la suite du groupe "Info d'oc" mais un blog offre plus de possibilités, notamment d'illustrations.La pratique de Info d'oc a amené à rajouter une rubrique "actualitat" car les abonnés prenaient plaisir à commenter en langue d'oc les sujets chauds.Amm' acò dounc Mistralenc es coumo Info d'oc un endrèit ounde li gents prendou plazi de charra en lengo d'oc.Es animat per li felibres de "La Coumpanhio mistralenco".
  • Contact

Nouste princìpi

UIRIONA EðI SACRA


  La vertat es sagrado


 

Rechercher

Uno citaciou d'un arabe cristiô

« So que retrazi d’uèi al mounde arabe, acò’i l’indigenço de sa counsciéncio mouralo, ço que retrazi à l’Oucident, acò’i sa proupensiou à muda sa counsciéncio mouralo en esplecho de douminaciou. »

 

                                                                                     Amin Ma'alouf

Uno citaciou inteligento

La monarchie, dans notre pays, est franque, elle n'est pas gauloise.

 

                  (Proudhon)

Henri Doniol

Les patois de la Basse-Auvergne, 1878

 

Pagino 20

 

« Si l’accentuation, qui est la prosodie de chaque langue, constitue un signe de race,  la race appartient au patois de la haute Auvergne ; dans ce cas le brivadois est en basse Auvergne le moins éloigné du parler d’autrefois, car il suffit d’ajouter peu de chose à sa prononciation pour le rendre identique au patois cantalien. »