Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mai 2015 5 29 /05 /mai /2015 14:23

Ati l'avet countado per Maurìci Dage :

 

 

 

                                           LA FISICO        




Lou fioc toumbabo. Ma beleto que pioussabo un parelh de debas, se levè per espenge les tizous cramats endusco à la pouncho, que menaçabou de s’escanti, e sourtiguè per ana quère deis estelous.




    Quand fouguè tournado intrado e qu’auguè alandados lei brasos, se tournè metre al trabalh. Prenguè, su la cadièro del cantou, lou debas ound avio picado l’agulho, e cerquè soun dedau : capt de dedau su lou banc, noun mai su la taulo, per terro, dinc las puochos del davantau.




    « Aqu’ei la fisico ! » se faguè la mamo.




    Après avèire cercad un pauc pertout, lou troubè su l’orle de la fenèstro e se tournè asseta.




    Iou, que l’agachave poussa l’agulho, lhi demandère : « Per de qué parlai toujour de fisico quand avès perdut ticouon que tournai pas trouba ? »






Parle de fisico per tau que m’esplique pas cossi aquel dedau s’es troubat su la fenèstro. La fisico, aqu’es acò que vous arribo de countrariant sans que pougassias l’esplica.




« Tè ! te vau counta uno fisico que m’es arribado quand demourabe à Lei Mounirios.




« Lou tiou belet èro al mèstre e iou demourabe soulo à l’oustau. Un ser, avio claussos las cabros coumo de coustumo, estacados davant lou rastelier. Lou lendemô mati, quand intrère dinc l’estaplou per mòuze mas bèstios ; crezes pas que n’en troubère duos estacados al mèmo coular ! Cuop-sé me pensère :


« Quaucun t’o foutudo la fisico ! »


T’eissajère be de lei destaca : lei duos bèstios, cranomen cournudos, estirabou caduno de soun coustat e n’arribabe pas à passa lou fèr del coular dinc l’anèl. Me cauguè ana quère lou vizi e, à toùtei dous, ambe prouto peno, separerion lei duos cabros.




    La fenno del vizi me diguè alèro :




    « Annezou aqu’es pas naturèl. A ta plaço, davalario à Tiazac per demanda counselh al curat. Ai auzit à deire que la mèmo afaire es arribado à maites moundes ammé de las cabros e atabé ambe de lei vacos. Aqu’es pas naturèl, te dize. Te pòu arriba ticouon se lou laisses esta atau.




    D’aquel temp, lou curat èro l’ome lou pus entendud de la paroquio e, per ma fe, del biai que m’avio parlad la vizino, te davalère al bourg.




    Me sentio brìgio à l’aise en tusta à la pouorto de la curo. Inquièto, countère al capelô acò que m’èro arribad. Aqueste m’escoutè en tout faire la cilho, me counfessè e me diguè :




    « Se pouod qu’augussias desplagud à quauque sant que vous vèi aaro (= agaro) d’un meissant uèlh. Aqu’es un advertissomen. Vous puod arriba ticouon de pus serious : uno malautio, uno pèrto, un dòu… Qué sabe ? Vous counsilhario de lhi faire dire uno messo per eissacha de tourna intra en gràcio… »




    Te coumandère la messo e tournère prendre lou cami de l’oustau, pus inquièto que jamai. Te cercabe be prou quanhe pecat avio pougud faire que avio tant desplagud à un sant. E à quònhe sant ?




    Sans quita de boulega de las idèios dinc moun paure cap, alounguère las cambados per tau que mas cabros preissabou de jita.




    Arribado à l’oustau, me remudère vistomen e, davant de mena lei bèstios pes coumus, pourtère lou garlou al pouorc qu’engraissave.




    En durbi la pouorto de la sout, de qué te veguère ? Lou pouorc estendud davant lou nau, rete.
    Lou garlou m’en descapè. En tout ploura e quirda (= crida), sounère la vizino e me i tournère counfessa… Las paraulos del curat me venguèrou à la memouorio.


Quond lou tiou belet venguè à l'oust
au lou saute d'après, me poulhè bravomen : "Ouriés mièl fat de sourvilha toun pouorc !" me diguè d'un èr rufe.

 

 

 

Faguè sabèire à tout lou vilatge que permetrio pas qu'un tal daumatge fouguèsso tourna fat à de mounde paure coumo nautres, per tau que, guel, crezio pas à la meissancetat dei sants.


    Des parents, dei bouns vizis, lou mèstre del tiou belet, nous ajudèrou à croumpa un autre pourcèl. Mè jamai n’avon  sagud cossi lei duos cabros èrou estados estacados ensemble, noun mai de qué avio fat peiri lou nostre pouorc.


    Aqu’èro acò, la fisico ! »





Du vocabulaire est traduit en commentaire pour les débutants.
 

 









 

Partager cet article

Repost 0
Published by La Coumpanhio mistralenco - dans countes e racountes
commenter cet article

commentaires

Coumpanhio Mistralenco 29/05/2015 16:11

Pioussabo de debas = reprisait des bas
quère deis estelous = aller chercher des copeaux
lou dedau = le dé à coudre
Cuop-sé = tout de suite, aussitôt
eissacha, ensaja = essayer
lou garlou = le petit seau de bois
lou belet = l'arrière-grand-père

Presintaciou

  • : Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • : Le blog Mistralenc est la suite du groupe "Info d'oc" mais un blog offre plus de possibilités, notamment d'illustrations.La pratique de Info d'oc a amené à rajouter une rubrique "actualitat" car les abonnés prenaient plaisir à commenter en langue d'oc les sujets chauds.Amm' acò dounc Mistralenc es coumo Info d'oc un endrèit ounde li gents prendou plazi de charra en lengo d'oc.Es animat per li felibres de "La Coumpanhio mistralenco".
  • Contact

Nouste princìpi

UIRIONA EðI SACRA


  La vertat es sagrado


 

Rechercher

Uno citaciou d'un arabe cristiô

« So que retrazi d’uèi al mounde arabe, acò’i l’indigenço de sa counsciéncio mouralo, ço que retrazi à l’Oucident, acò’i sa proupensiou à muda sa counsciéncio mouralo en esplecho de douminaciou. »

 

                                                                                     Amin Ma'alouf

Uno citaciou inteligento

La monarchie, dans notre pays, est franque, elle n'est pas gauloise.

 

                  (Proudhon)

Henri Doniol

Les patois de la Basse-Auvergne, 1878

 

Pagino 20

 

« Si l’accentuation, qui est la prosodie de chaque langue, constitue un signe de race,  la race appartient au patois de la haute Auvergne ; dans ce cas le brivadois est en basse Auvergne le moins éloigné du parler d’autrefois, car il suffit d’ajouter peu de chose à sa prononciation pour le rendre identique au patois cantalien. »