Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2015 6 30 /05 /mai /2015 15:22

L'aut' ièr bouteran lou coumençoment de "La cigalo e la fournigo" de La Fontaine per lou jiouve Mistral.

 

Auèi boutan Cur de cigalo... de Fernand Prax, qu'es pas uno traducciou de La Fontaine mas uno istòrio que s'achabo outromen amm' una mouralo plô diferento.

 

 

 

                                 Cur de cigalo




Lo cigalo qu'abio cantat dempièi lo primo
Quond l'hivèr arribè se sentio veni primo
Pertau qu'om' les bèls jiours, n'abio jamai pensat
A metre, peis meissonts, quauco res de coustat.
Alèro s'en anè pèds frets e ventre plate
Cerca deçai delai quaucun que lo recate.




Un ser que barbetabo al ras d'un furmilhier
'Na fournigo passè que ganhabo soun liet.
- Amigo, li diguè lo cigalo doulento,
Prendèt piatat de ièu, lo sabour me tourmento,
Per m'apara del fred n'ai cat de lochioment ;
Me laissassiat pas 'ti mouri d'aganiment. "




Mès l'autro respoundè d'uno bouès ispro e fouorto :
- Vous que venet ahuèi ploura davont mo pouorto
De qué fazias l'estiu ? " - Cantabe, se vous plai."
    - M'ensourdasias prou, d'acuò rai !
    Aro, d'ati l'houro nouvèlo,
    Poudès dansa, madamisèlo !"




Mès s'après lou boun temps arribo lou foutut,
Quond lo cuorpo s'en vo, ràjio lèu lou coucut
E l'hivèr s'acabè. Lou soulelh per lo prado
Espandiguè sous rais. A lo rusco acrancado
D'un vernhat caboussut que s'atinto sul riu
Lo cigalo tournè mena soun criu criu criu.




Ati abès qu'un mati, l'hèrbo fouguè maduro
Lo cuolo des bouiers per lo toundre s'aturo,
Mès n'èrou pas enquèro ol miet del premier rong
Que "Noum de noum d'un sort, cridè lou bouier grond
Ac's un fourniguier !" Del talou de so dalho
Lou segaire enrufat lou tusto e l'escafalho ;
Trai, à bèls cuops d'esclop, dins lou mièt del courrent
    Loi fournigo' e lour lochioment.
Òu bèl faire marchia los patounos menudos
L'aigo lai vo ganha ; las pauros sou perdudos.




Mès lo cigalo agaro o quitat de canta :
Su lo rèi del bernhat davalo se planta ;
Cuopo uno longo busco e soi dents pouderousos
Trainou sul buord del prat  loi bèstios malurousos.
Alèro, d'entre-mièt lou troupèl rescapat,
Uno bouès s'ouziguè que dizio : "L'on passat,
Me souvene qu'un jiour vous tampère mo puorto,
Cossi poudès ahuèi me trata de lo suorto ? "
Lo cigalo respuond :  "Sons quittes, plô segur ;
As countentat toun ventre ai countentat moun cur. "




                           MOURALO


Dizou que lo fourtuno es uno bèlo causo.
Quond gasto pas lou cuor, cuò puod èsse vertat.
Aquel qu'o pas l'argint n'es pas touchiours l'encauso,
E souvent o ticon que vau mai : lo bountat


 

Cur de cigalo

Partager cet article

Repost 0
Published by La Coumpanhio mistralenco - dans escrivans
commenter cet article

commentaires

Presintaciou

  • : Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • : Le blog Mistralenc est la suite du groupe "Info d'oc" mais un blog offre plus de possibilités, notamment d'illustrations.La pratique de Info d'oc a amené à rajouter une rubrique "actualitat" car les abonnés prenaient plaisir à commenter en langue d'oc les sujets chauds.Amm' acò dounc Mistralenc es coumo Info d'oc un endrèit ounde li gents prendou plazi de charra en lengo d'oc.Es animat per li felibres de "La Coumpanhio mistralenco".
  • Contact

Nouste princìpi

UIRIONA EðI SACRA


  La vertat es sagrado


 

Rechercher

Uno citaciou d'un arabe cristiô

« So que retrazi d’uèi al mounde arabe, acò’i l’indigenço de sa counsciéncio mouralo, ço que retrazi à l’Oucident, acò’i sa proupensiou à muda sa counsciéncio mouralo en esplecho de douminaciou. »

 

                                                                                     Amin Ma'alouf

Uno citaciou inteligento

La monarchie, dans notre pays, est franque, elle n'est pas gauloise.

 

                  (Proudhon)

Henri Doniol

Les patois de la Basse-Auvergne, 1878

 

Pagino 20

 

« Si l’accentuation, qui est la prosodie de chaque langue, constitue un signe de race,  la race appartient au patois de la haute Auvergne ; dans ce cas le brivadois est en basse Auvergne le moins éloigné du parler d’autrefois, car il suffit d’ajouter peu de chose à sa prononciation pour le rendre identique au patois cantalien. »