Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2015 4 14 /05 /mai /2015 15:40

mas countùnio d'escriéure en "grafia" del farmaciô kollabò Adrien Louis Alibert !


Enfi, v
au mai un cirvèl en diesel que jis de cirvèl.



Vaqui ço que dis aquel militant de "l'Occitanie" vichysto deïn l'Express :

 

 

Deïn l'Express èi troubat acò :


Militant engagé, Eric Fraj appelle le milieu occitanisme à se pencher sans complaisance sur ses erreurs. Un ouvrage polémique, mais salutaire.

Eric Fraj a beau être tombé dans la marmite de l'occitanisme en 1971, il sait prendre de la distance avec son environnement. Et lui poser quelques questions qui fâchent. Ce qui nécessite, quand on connaît la violence dont ce milieu est capable, une réelle bravoure. Illustration. 

Le piètre niveau des enseignants. "L'occitan, c'est du catalan prononcé avec l'accent français", s'étonnait un étudiant aragonais assistant à colloque occitaniste. Fraj ne se contente pas de relater l'anecdote: il considère qu'elle correspond à la réalité! L'accent, le vocabulaire ou la syntaxe des nouveaux occitanophones sont souvent typiquement français, constate-t-il à regret. Quant à certains professeurs, selon lui, ils ne maîtrisent pas vraiment la langue! Ennuyeux, quand on prétend la sauver... 

Le retour du refoulé-jacobin. Selon Fraj, l'occitanisme, consciemment ou pas, reproduit le modèle français contre lequel il croit lutter. "L'Occitanie a été l'une des victimes du centralisme ? L'occitanisme veut se donner un occitan "central". L'occitan a subi la hiérarchisation des parlers ? Il reproduit cette hiérarchie au sein même de la langue minorée qu'il prétend défendre." Et Fraj d'asséner: "Nous restons dépendants de ce que nous combattons, à l'image du colonisé qui s'empresse de mimer son ex-oppresseur dès qu'il a recouvré sa liberté." 

Une "norme" déconnectée du réel. L'occitan a un mythe fondateur : le gascon, le provençal ou le limousin ne seraient que des "variantes" d'une langue unique, l'occitan. Problème, souligne Fraj : l'éloignement entre ces deux niveaux de langue est si grand que l'intercompréhension est difficile. Pire encore : le grand-père, locuteur naturel, ne parvient pas à discuter avec son petit-fils éduqué en occitan, lequel en vient à rejeter la langue familiale ! L'enseignement d'une langue "hors-sol", conclut-il, est un "frein à l a (re)-socialisation de la langue et même un repoussoir". 


Le mythe d'une pureté originelle. Fraj ne se contente pas de dénoncer le manque d'efficacité des militants occitanistes. Il en décortique les causes. Selon lui, ceux-ci vivent dans le mythe de la "pureté" : ils préfèrent la langue telle qu'elle devrait être à la langue telle qu'elle est. Une tentation que Fraj n'hésite pas à qualifier de "totalitaire". De fait, il se produit des exclusions subreptices _ des dictionnaires, des publications, des médias _ des parlers et des artistes considérés comme trop dialectaux, car trop populaires. Aux yeux de certains militants, le peuple serait en effet "peu fiable, contaminé par leVIRUS du français, parasité par un conditionnement sociopolitique et culturel pluriséculaire". Et Fraj de relever subtilement : "Pauvreté de l'occitanisme quand il croit trouver son identité dans la rage qu'il déploie contre la France et le français. Médiocrité de l'occitanisme quand il n'est que réactif, c'est-à-dire n'existe que contre, et non pas dans une affirmation positive et première." 

L'intérêt du livre d'Eric Fraj est qu'il est solidement argumenté, grâce au solide bagage intellectuel de l'auteur (double agrégé d'espagnol et de philosophie). L'ennui pour les occitanistes est qu'il n'est pas écrit par un "ennemi", mais par un homme engagé depuis 40 ans dans le même combat, par ailleurs chanteur de talent (2). Aussi est-il difficile de balayer ses arguments d'un revers de la main quand il leur propose non pas de renoncer à leur objectif, mais de s'interroger lucidement sur leurs pratiques. Et de les changer pendant qu'il en est encore temps. 


http://www.lexpress.fr/region/occitan-les-questions-qui-fachent_1643052.html




 

Eric Fraj, "l'inoucent"

Eric Fraj, "l'inoucent"

Partager cet article

Repost 0
Published by La Coumpanhio mistralenco - dans actualitat
commenter cet article

commentaires

Presintaciou

  • : Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • Mistralenc, blog en lengo d ' oc
  • : Le blog Mistralenc est la suite du groupe "Info d'oc" mais un blog offre plus de possibilités, notamment d'illustrations.La pratique de Info d'oc a amené à rajouter une rubrique "actualitat" car les abonnés prenaient plaisir à commenter en langue d'oc les sujets chauds.Amm' acò dounc Mistralenc es coumo Info d'oc un endrèit ounde li gents prendou plazi de charra en lengo d'oc.Es animat per li felibres de "La Coumpanhio mistralenco".
  • Contact

Nouste princìpi

UIRIONA EðI SACRA


  La vertat es sagrado


 

Rechercher

Uno citaciou d'un arabe cristiô

« So que retrazi d’uèi al mounde arabe, acò’i l’indigenço de sa counsciéncio mouralo, ço que retrazi à l’Oucident, acò’i sa proupensiou à muda sa counsciéncio mouralo en esplecho de douminaciou. »

 

                                                                                     Amin Ma'alouf

Uno citaciou inteligento

La monarchie, dans notre pays, est franque, elle n'est pas gauloise.

 

                  (Proudhon)

Henri Doniol

Les patois de la Basse-Auvergne, 1878

 

Pagino 20

 

« Si l’accentuation, qui est la prosodie de chaque langue, constitue un signe de race,  la race appartient au patois de la haute Auvergne ; dans ce cas le brivadois est en basse Auvergne le moins éloigné du parler d’autrefois, car il suffit d’ajouter peu de chose à sa prononciation pour le rendre identique au patois cantalien. »